Skip to navigation – Site map

La Grande guerre qui n’a pas eu lieu – agir au futur dans l’historiographie

Albert Schirrmeister

Abstracts

The great war who takes not place – acting on future in historiography. In a retrospective view, the years 1605-1610 build the last years of King Henry IV’s reign with the crisis of Jülich and Kleve as major element. The two sources taken in consideration in this contribution represent two possibilities of writing expectations, more nearby one to the other than it seems in first view. First, Pierre de l’Estoile’s Journal, who documents and constitutes the space of experiences for the whole family. The journal holds several temporal perspectives: One present for every day, who is expanded to a perspective of a short-time past but also to a future, formulating expectations – and finally a reflexive perspective, virtually out of all temporality.
The second source, the « décade contenant la vie et les gestes de Henry le Grand, Roy de France et de Navarre IIII du nom » of Jean-Baptiste Legrain is a semi-official historiography. But before all, it is a historiography who reflects the distinct state of knowledge for the different actors and the different human and natural elements (as an eclipse of the sun or Siamese twins) who influence the events, the history.
The possibilities to act with and on expectations appear as questions of a kind of rationality, but primarily as questions of power. The narrations of Pierre de l’Estoile and Jean-Baptiste Legrain show the power in the event. The king is the creator of the history and so the master of the expectations of his subjects – but also of his opponents. The passive expectations show on the other side the subordination of the subjects, the recognition of a complete dependence.

Top of page

Full text

  • 1  Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 2009, p. 943 : « De 1607 à 1609 […] La France prend (...)
  • 2  Ibid., Troisième partie, chap. VIII, p. 910sq : la monarchie impériale.

1Rétrospectivement, les années 1605-1610 en France forment les dernières années de la régence du roi Henri IV. Ce sont les années où la France s’habitue à une paix longtemps manquée, comme l’écrivait Jean-Pierre Babelon dans sa grande biographie d’Henri IV1. Il confronte cette image paisible et idyllique avec une caractérisation comme une alternance de périodes de tension et de périodes de détente. Dès que la paix de Vervins est signée en 1598, la détente lui paraît mal partie, même si Babelon confirme voir un apaisement réel des états européens dans les années 1607-16092. Il dessine donc l’image d’un temps paradoxal. Les tensions entre la France et l’Espagne – et l’Empire, surtout avec la crise de Juliers – apparaissent comme un cas d’école d’un temps d’attente de guerre. Mais qui est-ce qui agit dans ce temps, qui est-ce qui construit le futur par quels moyens ?

  • 3  Pierre de L’Estoile, Mémoires-journaux : 1574-1611, Paris, Tallandier, 1982 (Facsimile de : Paris, (...)
  • 4  Ni Steve Uomini ni Chantal Grell ne mentionnent Legrain : Steve Uomini, Cultures historiques dans (...)

2Les sources consultées ici représentent deux possibilités d’écrire des attentes, deux possibilités qui se révèlent être plus proches l’une de l’autre qu’au premier regard : Le journal de Pierre de l’Estoile est bien connu pour sa qualité de témoignage détaillé, intéressé et individuel en ses jugements historiques ; il donne une narration presque en direct des événements à Paris, en France et en Europe, enrichie par des éléments de pamphlets, des lettres de correspondants à Venise, à Londres et ailleurs3. La « décade contenant la vie et les gestes de Henry le Grand, Roy de France et de Navarre IIII du nom » de Jean-Baptiste Legrain par contre est certes la première historiographie quasi-officielle de la régence d’Henri IV mais quand-même aujourd’hui quasi-inconnu et ignorée de la recherche4.

La situation historique : Clèves et Juliers, les Pays-Bas espagnols, et Condé

  • 5  Heribert Smolinsky, „Jülich-Kleve-Berg“, in Anton Schindling (éd.), Die Territorien des Reichs im (...)
  • 6 Babelon, op. cit., p. 954.

3D’abord un rappel abrégé des événements et du contexte politique de la crise au Nord-Ouest du Saint Empire : Au moins à partir de 1583 avec la guerre de Cologne, les territoires de Clèves et Juliers ont vu et subi les armées espagnoles et des provinces unies. La maladie mentale du duc Johann Wilhelm à partir de 1589, la mort de son père en 1592 et les essais en vains de la duchesse Jakobe de gouverner aboutissent à une situation précaire, la régence d’un comité de conseillers qui simplifiait des interventions par des acteurs extérieurs (impériaux, espagnols …).5 Avec la mort (peut-être le meurtre) de Jakobe et le deuxième mariage de Johann Wilhelm avec Antonie de Lorraine commence une période d’attente de la mort du duc qui arrive enfin le 25 mars 1609. Sa mort signifie une aggravation de la situation en forme de crise à cause du vaste héritage : les duchés de Clèves, Berg et Juliers, les comtés de Ravensberg et la Marck et la seigneurie de Ravenstein entre le Rhin, la Meuse et la Ruhr « forment la façade occidentale de l’Empire germanique, entre l’évêché de Liège, les Pays-Bas espagnols et les Provinces-Unies. C’est le carrefour de l’Europe nord-rhénane »6. Il y a plusieurs partis intéressés à succéder, d’abord deux protestants. Le Margrave de Brandebourg Jean-Sigismond et le comte palatin de Neubourg Philippe-Louis, mais encore d’autres princes allemands comme le duc de Deux-Ponts, le duc de Saxe et même le duc de Nevers.

  • 7  “There are several interested parties who claim the right to the succession, such that is believed (...)

4Le conflit sur l’héritage s’insère donc dans le  grand conflit des confessions et dans le conflit sur la présence espagnole au Nord-Ouest du Saint Empire. En 1606, Spinola avait déjà conquis Ostende et l’Espagne prend pied dans le cercle impérial du Bas-Rhin-Westphalie, le comté de Lingen, dont Maurice de Nassau, prince d’Orange avait réclamé le pouvoir, est occupé par l’Espagne. Le danger de cette situation est bien perçu par les acteurs, comme Alison Anderson a montré en se penchant sur des documents des archives de Clèves : Un mémoire d’avril 1609 souligne qu’il faut user de prudence et de bons conseils pour que la situation ne provoque pas de nouveaux troubles et de nouvelles guerres7. Au mois d’avril on arrive (soutenu par la diplomatie française) à conclure une trêve hispano-hollandaise de douze ans.

  • 8  Friedrich Beiderbeck, „Frankreich und das Reich um 1600: Kooperation und Abgrenzung in den Beziehu (...)
  • 9 Beiderbeck, „Frankreich und das Reich um 1600“, p. 57: „Die französische Außenpolitik begann sich o (...)

5Apparemment, la conquête de Juliers par l’archiduc Léopold le 23 juillet 1609 marque un tournant dans le processus de décision en France : Henri IV le considère comme un changement des rapports de force dans la région inacceptable8. Friedrich Beiderbeck, qui a travaillé en détail les sources diplomatiques, les lettres missives et les instructions du roi français, est certain qu’Henri IV ne voulait pas se contenter d’une guerre qui mettrait fin au conflit d’héritage de Juliers et Clèves, mais qu’il désirait plutôt attaquer la position de l’Espagne dans tout l’espace rhénan-néerlandais. Surtout les instructions à Bongars et à Boissise au cours d’hiver montrent, combien Henri IV tient à intensifier et à accélérer les préparations de guerre des princes allemands – sans qu’il leur dévoile complètement ces buts, soit une confrontation avec l’Espagne et Habsbourg9.

  • 10  Friedrich Beiderbeck, Zwischen Religionskrieg, Reichskrise und europäischem Hegemoniekampf. Heinri (...)
  • 11  Caroline Bitsch, Vie et carrière d'Henri II de Bourbon, prince de Condé, 1588-1646. Exemple de com (...)

6Beiderbeck rejette le jugement de la recherche ancienne (y compris la biographie de Babelon) sur l’importance du scandale de la fuite du prince de Condé à Bruxelles et met en valeur que les décisions préliminaires pour intervenir militairement auraient été pris avant cet événement10 : Henri II de Bourbon, prince de Condé s’était éloigné de la cour le 29 novembre 1609 avec sa femme, Charlotte de Montmorency, la fille du connétable. Elle était mariée au prince de Condé pour empêcher celui-ci de se marier à une princesse étrangère, bien que Charlotte soit promise à Bassompierre. Charlotte était aussi l’objet d’une nouvelle passion amoureuse d’Henri IV, déshonorante pour le prince de Condé. Puisque celui-ci était l’héritier légitime du trône français, l’affaire amoureuse incluait en même temps un caractère politique11 : Le voyage de Condé pouvait être interprété comme un complot espagnol.

  • 12  Beiderbeck, 2005, p. 177-181

7Quand Henri IV cherche à s’allier avec les protestants allemands, vient le moment pour le prince Christian d’Anhalt, qui avait depuis longtemps cherché des alliés en dehors de l’Empire pour se prémunir contre des attaques des États catholique qu’il suppose d’être de plus en plus probable. Le 11 octobre 1609, il obtient le commandement des troupes des princes possédants, en novembre il obtient l’accord de l’union pour une alliance avec la France et en janvier 1610, Henri IV annonce son soutien contre la menace de la proscription impériale et en même temps une attaque contre Milan en alliance avec la Savoie12.

Le journal de Pierre de l’Estoile : rumeur et action écrite - une historiographie en direct

8Toutes ces actions politiques et militaires sont perçues de diverses façons et par divers médias – et reçoivent donc des échos, comme dans les remarques sommaires du journal de Jean Pussot, maître-charpentier à Reims (1568-1626), à la fin de l’année 1609 sous le titre « trouble » :

  • 13  Stefano Simiz et Jérôme Buridant (éd.), Journalier de Jean Pussot Maître-charpentier à Reims, 1568 (...)

« En ce temps y avoit trouble en la cour, dont Monsieur le prince de Condé et sa famille se retira hors du royaume, contre la voulontée du roy : le tout menassant quelque trouble. Dieu y veuille pourveoir13 ! »

  • 14  Gilbert Schrenck, « Pierre de l’Estoile devant ses manuscrits : la fadaise et la sagesse », in Luc (...)
  • 15 Ibid.

9Cette remarque se réfère à rien d’autre qu’à la fuite de Condé, pendant que Pierre de l’Estoile a noté dans son journal des observations plus variées et nombreuses. Il met surtout en relation les différentes sources des nouvelles qu’il apprend. Avec son journal, il continue une pratique déjà exercée par son père, dont il a hérité les manuscrits. Ce n’est pas seulement un contexte social tout à fait différent – des avocats, magistrats, médecins et lettrés, habitués à l’écriture – mais donc aussi une tout autre pratique scriptuaire : Gilbert Schrenck l’a caractérisé d’écrivain au travail, en dialogue avec son manuscrit14. En tant que tel, ses manuscrits forment une source avec une valeur documentaire considérable qui note la « quasi-totalité des événements survenus durant les règnes d’Henri III et d’Henri IV, 1574-1611 »15.

  • 16  Reinhart Koselleck, „'Erfahrungsraum' und 'Erwartungshorizont' - zwei historische Kategorien“, in (...)
  • 17  Pour le réemploi des écritures dans le genre « mémoires » voir le texte de Christian Jouhaud dans (...)

10De la même façon qu’il a développé et évolué la pratique paternelle, il essaie de prolonger ses pratiques dans la génération suivante quand il donne ses papiers en héritage à sa fille. Avec cet acte, la conception du journal reçoit un sens au-dessus de sa vie personnelle : Le journal documente et constitue l’espace d’expérience16 pour toute la famille et ses membres individuels dans les générations successives17.

11Cette notion produit des traces dans le journal – ou plutôt elle est le produit d’une pratique (évoluée pendant les années d’écriture) qui ne se contente pas de notations jour par jour, mais qui ajoute des résumés pour chaque mois. Le journal de Pierre de l’Estoile comprend donc plusieurs perspectives temporelles : D’abord une perspective présentiste pour chaque journée qui s’élargit à une perspective au passé à court terme, mais aussi à une perspective au futur qui formule des attentes et une perspective réflexive, presque en dehors du temps qui lie les notations à l’historiographie et à la lecture de l’Estoile.

12Tous ces éléments se manifestent dans les remarques dédiées à la situation politique en 1609 et 1610 qui forment ensemble des pratiques expectatives réflexives d’un acteur aux marges du champ politique.

  • 18 L’Estoile, Mémoires journaux, t. 10 : 1609-1610, p. 141, 143, Février 1610 : « J’ay extrait, ce jou (...)

13L’Estoile repère attentivement toutes les nouvelles qui sont enchaînées avec les évolutions politiques en Europe et surtout de la crise de Juliers. Il donne des résumés des lettres des amis d’Italie et d’Angleterre et il note la présence répétée du Prince Christian d’Anhalt auprès du roi18.

14Pierre de l’Estoile construit une narration qui organise et évalue les nouvelles qu’il a cueillies. En juillet 1609, il note que tout Paris ne parle que d’une guerre en vue :

15Ce sont des observations assez concrètes qui dépassent de simples rumeurs, mais malgré tout, l’Estoile les démentit par une remarque mise entre parenthèses : « (Mais ce sera à l’avanture, pour aller, à Fontainebleau ou à Mousseaux, minuter une plus douce guerre.) ». La phrase suivante souscrit cette disqualification :

« Comme aussi, dès le lendemain, il n’estoit bruit que de celle-là, et du mescontentement qu’avoit Sa Majesté de la retraicte de M. le prince de Condé à Valeri avec sa femme : disant que la pension qu’il lui donnoit n’estoit pas pour demeurer à Valeri, mais à sa Cour, près de lui et de sa personne, pour lui faire service. Voilà les sots et vains discours des cervelles foibles, inconstantes, volages et mal asseurées, des hommes de nostre temps, qui ne s’enflent que de vent et se manient à bonds, comme les balons. »

16Ceux qui ne formulent leurs jugements qu’à partir des apparences se disqualifient eux-mêmes, le vocabulaire de L’Estoile – les vains discours de cervelles faibles – fait penser aux notices qu’il dédie chaque année de nouveau aux almanachs prophétiques : Ce ne sont pas des attentes rationnelles, mais des fantaisies sans base, sans recours à une réalité avec un accès restreint, la réalité politique du pouvoir, comme L’Estoile le dit explicitement en février 1610 :

17L’Estoile formule là le leitmotiv pour l’historiographie concernant les comptes rendus des choses à venir : Le Roi est le maître d’agir, il l’est aussi des actions expectatives. Par conséquent, tous les autres acteurs doivent observer le Roi et calculer à partir des observations :

  • 21 Ibid., t. 10, p. 191-192.

« Bruits de la guerre, à Paris, qu’on va faire en Allemagne, en Italie et partout. Les préparatifs qu’en fait faire Sa Majesté, voire très – grands, et la croiance qu’il veult qu’on y aye, fait passer ceste nouvelle pour article de foy entre Messieurs les courtizans, et donne un grand poids et auctorité aux autres »21

18Même pour les diplomates reste le secret et le roi joue avec l’ignorance des autres acteurs :

  • 22  Ibid., t. 10, p. 212.

« Ce jour mesme, le Nonce du Pape estant allé trouver Sa Majesté, le Roy lui demanda quelles nouvelles il avoit de Romme ; que c’est qu’on disoit de ceste guerre, et quels bons advis il en recevoit d’Italie ? Auquel ledit Nonce fist reponse qu’il n’y en avoit point d’autres, sinon que chacun estoit estonné des grands appareils de guerre que Sa Majesté faisoit faire ; et que, par ses armes, il s’estoit rendu l’effroy et la terreur de tout l’Europe, sans que pour cela toutesfois on sceust que c’est qu’il vouloit faire, ni où toutes ses armes et armées tendoient. ‘Mais encores’, dit le Roy, ‘où pense-t-on que je veuille donner ? Je vous prie me dire librement quelle opinion on a de delà.’ – ‘Sire’, respondit le Nonce, ‘on n’en sait rien du tout ; et les opinions s’y trouvent tant diverses et confuses, que qui voudroit apprendre quelque chose, faudroit que ce fust de Vostre Majesté’ »22.

  • 23  Sur le cas de la succession d’Espagne, voir le texte de Sven Externbrink dans ce dossier : https:/ (...)

19Il s’agit d’un jeu de dissimulation et de simulation, que L’Estoile dessine – avec le roi comme seul maître de jeu23 :

  • 24  Ibid., t. 10, p. 155.

« Grands bruits de guerre, en ceste saison (qui est une autre folie pire que toutes les autres), que chacun tient à Paris pour résolue, parce que le Roy veult qu’on la croye »24.

  • 25  Sur les pamphlétistes et les libelles, voir les textes de Bernd Klesmann (https://dossiersgrihl.re (...)
  • 26  Voir sur les imprimés en cause : Jules Mathorez, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espa (...)

20Il est donc sans légitimation et sans un savoir sûr que des pamphlétistes25 comme le Maître Guillaume et le Soldat François26 participent à la discussion politique et à la construction des attentes politiques :

  • 27  L’Estoile, t. 9, p. 312.

« Mais quoi ! nostre monde d’aujourd’hui (comme dit Montagne [sic] en ses Essais) n’est formé qu’à l’ostentation : et il n’y a personne qui ne se veuille mesler de discourir de l’Estat, où il n’entend rien, et juger des intentions des Rois et des Princes, et pour la paix et pour la guerre, à la mode du Soldat françois et de Me Guillaume, qui s’connoissent l’un comme l’autre : estant le fond de leurs desseins caché à tous, fors qu’à eux. »27

21Qu’est-ce qui reste donc pour un observateur avec une position extérieure comme possible action expectative en écriture ? D’abord il reste l’espace d’expérience, il reste des réflexions morales à la base de ces lectures :

  • 28  Ibid., t. 11, p. 1.

« Toutesfois, si une guerre, quoique juste, est tousjours détestable, selon l’opinion de S. Augustin, au 19e livre de la Cité de Dieu, et surtout en un prince débonnaire et chrestien, une mauvaise paix vaudra tousjours mieux qu’une bonne guerre ; aussi, qu’on ne void guères d’autres gens s’en mesler, que des audacieux et brouillons, qui poussent les souverains dans ce feu, hommes (comme dit Thucydide) nés pour ne laisser jamais ni eux ni les autres à repos »28.

22Cette réflexion fait partie du cadre du récit de cette guerre qui est restée moins grande qu’on pourrait attendre jusqu’à la mort d’Henri IV, d’un cadre qui est très bien défini de ce côté avec cette phrase :

« Et ainsi prist fin la guerre de Clèves, juste, à la vérité, puisqu’il y alloit de la foy du feu Roy et de la nostre, qui nous commandoit de secourir ceux avec qui nous avions fait alliance défensive. »

Mais le seuil de l’événement de l’autre côté temporel, le début, reste dans le clair-obscur, l’attente de guerre se change imperceptiblement en actions militaires.

23Pour mieux comprendre de quelle façon des attentes sont présentes dans l’écriture de l’Estoile, il s’avère être utile de regarder encore une fois une citation déjà mentionnée, mais cette-fois-ci plus complète :

  • 29  Ibid., t. 10, p. 155.

« Grands bruits de guerre, en ceste saison (qui est une autre folie pire que toutes les autres), que chacun tient à Paris pour résolue, parce que le Roy veult qu’on la croye. Comme aussi le sacre, couronnement et entrée de la Roine sa femme, au mois de may prochain, pour laquelle on fait de grands préparatifs ; ainsi qu’on en fait aussi de la guerre partout, de l’exprès commandement de Sa Majesté. Qui sont toutesfois deux actions bien différentes, et desquelles, pour se rencontrer mal en un mesme temps, plusieurs font doute, et sont induits à croire aussi peu l’un que l’autre. »29

  • 30  On pourrait comparer cette manière d’écrire avec les Mercures étudié par Marion Brétéché (https:// (...)

24Bien qu’il ait condamné les jugements des observateurs insuffisamment informés, il se permet d’examiner les différentes possibilités et de juger les probabilités. Il fait un travail de commentaire en examinant ses sources, en disqualifiant les bruits contre les écrits, en discutant les éléments décisifs, les acteurs de la guerre ; avec ce travail et dans son écriture, il définit l’événement avant l’événement. Il écrit donc une historiographie en direct – et même avant coup30.

Jean-Baptiste Legrain : une attente rétrospective, les signes et le savoir-agir du Roi

25L’historiographie est d’abord un genre rétrospectif. Quel intérêt la relie donc avec les attitudes d’attente et les actions expectatives ? En tout cas, l’historiographie et la pensée historique donnent expression au régime d’historicité de leur temps. Je ne me réfère ici qu’à l’œuvre de Jean-Baptiste Legrain, publiée pour la première fois en 1614 et pour une deuxième et dernière fois en 1633.

26Deux éléments deviennent les points de mire : Il s’agit ici d’une historiographie adressée à Louis XIII – pendant la régence de sa mère et avant la mort de Concini. Il s’agit ici en plus d’une historiographie qui reflète les différents grades de savoir des acteurs et les différents éléments humains et naturels qui influencent les événements, l’histoire.

  • 31  Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et (...)
  • 32  Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Tome 5 [. (...)

27Avec le titre « Décade », Jean-Baptiste Legrain a défini la référence historiographique pour son œuvre, les « décades » de Tite-Live sur l’histoire romaine. L’auteur n’a pas laissé beaucoup de traces, ni littéraires, ni sociales. Les biographies collectives qui ont répertorié Jean-Baptiste Legrain (la « Biographie universelle ancienne et moderne » de 184331et « Le grand dictionnaire historique » de Louis Moréri, surtout dans la version élargie de 175932) rapportent qu’il naquit à Paris et qu’il a vécu proche de la cour, bien que son père, un conseiller au Châtelet, meure quand il avait deux ans. Rien n’est dit de très précis de son éducation et de ses études, mais au moins il est devenu conseiller et maître des requêtes auprès de la reine Marie de Médicis (indiqué au privilège pour sa deuxième œuvre historiographique). En conséquence de son œuvre historiographique et de sa franchise il se serait fait des ennemis « qui troublèrent la paix de ses derniers jours. » Cette remarque ne tient pas compte de la publication de ses œuvres très tôt ; même la deuxième décade, la narration du temps de Louis XIII et Marie de Médicis est publiée en 1618. L’article de Moreri suggère l’écriture de cette deuxième décade comme suite du succès de la première auprès du roi – trois ans après la publication et dans une situation modifiée d’une manière décisive :

« Il la présenta à Louis XIII, après la mort du maréchal d’Ancre, & ce prince lui fit beaucoup d’accueil, & lui ordonna d’écrire aussi son histoire depuis son avénement à la couronne. Louis XIII lisoit cette premiere décade avec plaisir, & la franchise avec laquelle l’auteur y parloit, & qui a toujours été le caractere dominant de M. le Grain, lui plaisoit beaucoup. »

28Moréri reprend avec sa notice la narration établie par Legrain dans la préface de sa deuxième œuvre historiographique :

  • 33  Jean-Baptiste Legrain, Décade commençant l'histoire du roy Louys XIII du nom ... depuis l’an mil s (...)

« Ayant eu ce bon-heur de veoir bien receüe de vostre Majesté l’Histoire que ie luy presentay l’an passé du Roy Henry le Grand de tres-loüable memoire, le commandement qu’il vous pleut me faire lors de continüer, augmenta mon courage, non point tant pour le témoignage qu’il donnoit, que l’œuvre vous estoit agreable (combien que ce me feust un contentement parfaict) ny tant pour l’honneur que ie recevois du commandement d’un si grand Roy, que pour le digne subjet que vous donnez aux plus excellents esprits  (…) d’employer leur temps à rediger par escrit tant d’actions genereuses. »33

  • 34  Le grand dictionnaire historique, p. 321 : « Mais ceux que cette liberté choquoit trouverent moyen (...)

29La qualité spécifique de l’auteur et son historiographie était d’après Moréri – pour le mieux et pour le pire, dépendant du point de vue34 – sa franchise, sa liberté d’expression. En tout cas, ce sont aussi ces qualités que Legrain réclame dans l’épitre aux lecteurs de son œuvre pour lui-même, toutefois avec une réserve fondamentale :

  • 35  Jean-Baptiste Legrain, Décade contenant la vie et gestes de Henri le Grand, roy de France et de Na (...)

« Ie deteste ces Historiographes lesquels pour complaire à quelques particuliers, ou communautez, ou societez, dissimulent la verité, ou la desguisent an tastonnant. Mais ne vous attendez-pas de sçavoir de moy les choses qui ont esté tractées derriere la tapisserie & dans le Cabinet, ains celles seulement qui ont esté descouvertes sur le Theatre lesquelles ie veux conserver à la posterité sans entreprendre de divulguer les choses ausquelles je me pourois bien mesprendre : Car il y a tant d’entrapes aux affaires des Grands qu’il n’appartient qu’à eux-mesmes de les developper ; (…) vous pouvez vous assurer ou que je l’ay veu, & entendu, ou que je l’ay appris de gens capables qui y ont esté presens & me l’ont eux-mesmes rapporté pour l’avoir veu, & entendu : Car je ne desire pas vous conter des sornettes, & bagatelles, ni employer des grands discours & narrations en choses legeres & de peu d’edification. »35

30Legrain se propose d’écrire une historiographie des événements décisifs pour la grandeur du roi et de son état, pour l’utilité publique, comme il le décrit dans la préface de la deuxième décade :

  • 36  Legrain, Décade commençant l’histoire du roy Louys XIII du nom, Au Lecteur [* iii].

« Mon intention vous ayant esté declarée en ma preface de la Decade precedente, i’ay estimé qu’il n’estoit besoin de la ramentevoir en cete deuxiesme, car l’une et l’autre n’ont qu’un subjet, estans toutes deux voüees à la conservation de la grandeur du Roy et de son Estat et à l’utilité publique. (…) Car ie n’ayme point à faire des compilations de ces fatras de memoires passionez et de differente humeur qui ont accoustumé de courir parmy le vulgaire, desquels il y a tant de gens en ce siecle qui font des ramas, pour entasser tout pesle-mesle en un volume mal digeré, sans ordre et le plus souvent sans verité. »36

31Mais d’abord, il s’agit d’une historiographie pour le jeune roi – c’est aussi dans ce sens que la scène de lecture royale rapporté par Moréri trouve son pendant dans l’œuvre de Legrain, et à plusieurs reprises, d’abord programmatique dans l’adresse au roi :

  • 37  Legrain, Décade contenant la vie et gestes de Henri le Grand, Prologue : Au Roy [fol. a ij].

« Le Dauphin suit la Balene pour estre conforté de l’Ambre-gris qu’elle jette : Ainsi cet œil martial & ce naturel besoing qui sont en vous, font assurer vos subiects que vous suyverez à la trace de ce grand Roy, duquel vous auez esté Dauphin, pour conforter vôtre Regne des bonnes odeurs de tant de vertus qu’il a respanduës par tout. C’est là le subject de ce peu de labeur pour lequel seul (non pas pour les proffits & honneurs) i’ay pris la hardiesse de presenter à vostre Majesté, sa vie. (…) Et que vos faicts heroïques, formez sur son exemple facent de rechef suër la statuë d’Orphée par le travail des plus rares esprits de vôtre siecle en vôtre faveur »37.

Mais aussi dans la narration :

  • 38 Ibid., p. 461.

« Le Roy dissipant la fumée qui estoit au Languedoc, & Dauphiné, apperçeut la flame de ce feu en une grande conjuration sur la ville de Marseille & la Provence laquelle me semble necessaire d’estre icy descrite : Car il y a des choses à considerer en suitte de cet acte qui ne seront pas inutiles à vostre Majesté, SIRE . »38

32Comme L’Estoile le fait pour sa famille, Legrain veut définir l’espace d’expérience pour Louis XIII par son œuvre historiographique. On peut parler de deux formes d’agir au futur dans l’historiographie : L’une (conventionnelle) est plutôt externe ; elle est inspirée par la formule idéologique de l’historiographie humaniste qui décrit l’histoire comme maitresse de la vie (historia magistra vitae) et trouve chez Legrain son expression dans ces adresses au roi.

33L’autre forme d’une action au futur est strictement interne et repose sur la qualité narrative de l’historiographie : elle réécrit le déroulement temporel de l’histoire dans sa narration. Dans cette narration, l’historiographie attribue des conséquences à des actions précises ou suit les traces des acteurs en leur attribuant une rationalité et un fondement de leurs actions plus ou moins justifiés :

  • 39 Ibid., p. 468.

« Chacun s’equipe & se prepare à la guerre : Les deux parties s’eschauffent, les Amis conviez de part & d’autre ne manquent point, & de plusieurs s’y presentent sans estre mandez, si bien que ceste guerre ne promet rien moins que la division de toute la Chrestienté en deux grandes parties qui auront en fin leurs effects entre France & Castille : c’est là que tout doit aboutir, si Dieu ne destourne ces horreurs par l’entremise du plus sage. Ils sont neantmoins des-ia aux champs, »39

Legrain ne se contente pas de noter les actions, mais il les commente aussi :

  • 40 Ibid.

« ie suis d’advis de les y laisser s’entr’escarmoucher à la charge de les revisiter quand ils auront tasté de la guerre, & consideré combien elle est esloignée des douceurs de la Paix, attendant laquelle nous irons à Fontaine-Belleau voir les Baptesmes superbes des enfans du Roy, superbes dis-je non pour les despences excessives, mais pour les grandeurs des enfans & de leurs Parrins. »40

34Cependant ce ne sont pas seulement les actions humaines qui organisent le récit et qui déterminent l’histoire – et l’attente. En conséquence des expériences qu’il récapitule, Legrain rejette les opinions de ceux qui veulent réduire les phénomènes naturels à leurs simples notions dans la nature :

  • 41 Ibid., p. 455.

« Les Naturalistes s’arrestent ordinairement aux causes secondes, quand il survient quelque chose extraordinaire, attribuans cela à quelques accidents precedens: comme quand un Automne est fort pluvieux, il nous menasse de grands desbordemens de fleuves, & inondations en l’hyver qui le suit : les tremblements de terre sont attribuez aux combats qui se font par dedans de plusieurs vents qui s’y rencontrent, & les Cometes à quelques exhaltations qui se congregent en forme d’Estoilles, bien esloignées toutefois du lieu & de la nature des Estoilles fixes. Mais ceux qui ont les yeux esleuez par dessus la nature, asseurent que les extraordinaires effects d’icelle, presagient, ou quelques grands changemens, ou quelques grandes rigueurs sur les humains. »41

35Des apparences cachent des présages, des augures. Seulement il faut maîtriser un savoir-faire, qui consiste en la capacité d’observer et d’en tirer les conséquences, de savoir comment il faut agir au futur. En 1570, la naissance des siamois annonce (pour ceux qui savent observer) une catastrophe qui se révèle devenir le massacre de la Saint-Barthelemy :

  • 42 Ibid.

« On vit en France en l’année mil cinq cens soixante & dix du costé de Forest, un monstre de deux enfans qui se tenoient par les parties honteuses : Les philosophes naturels eussent attribué cela à quelque deffaut ou superfluité en la matiere : Mais les plus sages, considerant les dissimulations des hommes, les cruautez & barbaries d’une nation acharnée contre soy-mesme aux  guerres civiles, s’attendoient à quelques sinistres & pernicieux accidents, & de fait ce fut un presage de la reünion de tous les subjets par une paix prochaine, sous laquelle estoit cachée la perfidie du funeste & barbare massacre de la journée sainct Barthelemy, filée en la fusée de ceste paix artificielle, la foy de laquelle honteusement violée devoit produire ce monstre de cruautez qui s’ensuivirent. »42

36La rareté et la qualité des signes influencent la portée des présages, de cette façon, temporalité et espace sont liés dans les signes :

  • 43 Ibid., p. 456.

« Or entre tous les signes que nous avons veu au dessus de nous, lesquels nous ont presagié des choses de plus grande importance, ç’a esté l’Eclipse du Soleil par l’oposition de tout le corps de la Lune, lequel comme il est rare & peu souvent veu, aussi produit-il des effects non vulgaires ni de peu de consequence & durée »43.

  • 44 Ibid.

Après l’éclipse au temps de Charlemagne n’aurait été qu’un seul éclipse : « celuy que nous vismes l’an mil six cens cinq, du Regne de nostre Grand Henry, le dousiesme du mois d’Octobre à une heure vingt-quatre minutes apres midy, le Soleil estant au signe de Libra & dura cét Eclipse environ deux heures & demie, en laquelle espasse de temps se fit une effroyable obscurité, car à peine eut-on peu lire ou escrire sans chandelle,  n’y ayant autre clairté, que celle que donnoient quelques rayons du Soleil que l’on voyoit en rond autour de ceste pierre noire qu’il avoit au devant, qui faisoit iuger que la Lune luy estoit opposée de tout son corps, toutefois on vit aussi tost renestre la lumiere par un temps aussi clair & serein qu’auparavant. Cét Eclipse qui ne s’estoit point veu depuis huict cens ans, nous a produit des Effects que nous allons voir (& que nous verrons davantage cy apres, si Dieu n’a pitié de nous) lesquels blessant le corps particulier du Royaume de France, Chef de la Chrestienté, ont accablé le General d’icelle. »44

La grandeur de ce signe est maintes fois soulignée par la portée que Legrain lui attribue :

  • 45 Ibid.

« l’Angleterre n’en a pas esté exempte ; Rome & Venise, & en consequence, toute la Chrestienté divisée en deux parties en sentoient des-ja le mal qui estoit un des presages de cét Eclipse. »45

  • 46 Ibid., p. 457.

« & venons aux choses qui suivirent cét Eclipse, apres que nous aurons remarqué la mort du Pape Clement VIII le plus grand, & le plus Sainct que la Chrestienté en eust veu depuis mil ans, advenuë le 4. Mars, sept mois & huict iours auparavant l’Eclipse, auquel le Soleil sembla prendre le deüil de ceste mort quoy que quelque temps apres icelle, aussi n’appartient-il qu’au Sauveur du monde de faire prendre le deüil au Soleil à l’instant de sa mort. (...) »46

  • 47 Ibid., p. 464.

« La France & l’Angleterre ne reçoivent pas seules les fascheuses menaces de ce grand Eclipse de Soleil duquel i’ay parlé en l’année 1605. Toute l’Italie en est estourdie : »47

37Seule la grandeur d’Henri IV surpasse les influences de l’éclipse, sa vertu humaine s’appuie contre les causes surnaturelles et par celle-là il est le seul à dépasser le cadre défini par les signes naturels :

  • 48 Ibid., p. 456.

« Mais tout ainsi que durant iceluy on voyait tousiours rayonner le Soleil à l’entour de la Lune qui luy estoit opposite, aussi la vertu de nostre Prince s’est veuë rayonner par dessus tous ces nuages qui vouloient obscurcir sa gloire, & s’opposer à sa grandeur en son Royaume, puis il a departy ses douces influences de paix aux Estrangers, en sorte que tous ces broüillards dissipez par sa vertu, ont reduit les effects de ce grand Eclipse en sa mort, »48

38La Certitude des signes est restreinte par l’interaction du désordre surnaturel et humain – ensemble ils provoquent une incertitude des attentes. En plus, la protection de l’exclusivité du savoir et du légitime secret du roi consolident l’incertitude d’attente pour les acteurs aux marges et à l’extérieur du secret :

  • 49 Ibid., p. 458-459.

« Il y avoit desia trois ans que Monsieur le Vicomte de Turenne Mareschal de France appelé de present Duc de Boüillon, s’estoit absenté de la Cour & retiré en Allemagne, puis à Sedan, il n’y avoit faute de Philosophes sur ceste absence, lesquels peut-estre n’y entendoient tous rien, & couroit le bruit que c’estoit une conjuration approchante de celle du Mareschal de Byron. Ie n’en sçay rien, & quand i’en sçaurois quelque chose, ie n’en voudrois rien escrire, parce que le Roy dissipa tous ces bruits & mouvemens (…) il ne nous appartient pas d’en parler, parce que de tant plus que les desseins des Grands sont haults & leurs conseils grands, dautant moins les pouvons & devons-nous approcher, ils sont si secrets & cachez qu’ils sont le plus souvent tous contraires à nos opinions, qui estiment feintes quelquefois des inimitiez veritables, & d’autres veritables, qui sont feintes & simulées, »49 :

  • 50  Ibid., p. 473.
  • 51  Ibid., p. 475.

« Au mois de Iuillet ensuyvant Dom Pedre de Tolede duquel i’ay cy devant parlé arriva à Fontaine-Belleau comme Ambassadeur particulier envoyé vers le Roy par le Roy Catholique Philippes III. Chacun comme c’est la coustume en devisoit selon son sens & affection. Et le plus commun bruit estoit que l’issuë de cet Ambassade seroit l’entrée de la guerre. Nostre Roy estoit si discret & si secret en tels Ambassades qu’il n’en a laissé la cognoissance entiere à personne, & quand nous le sçaurions il ne nous appartient pas d’en parler, les choses estans peut-estre encores à executer, ce n’est pas comme si nous parlions d’un Ambassade faict cent ans auparavant, les choses auroient reçeu tant de changemens qu’il n’y auroit plus de danger d’en discourir. Ie loüray donc la discretion de ce grand Roy d’avoir entendu seul cet Ambassade & l’avoir conclud & resolu seul quoy qu’il eust prins conseil sur quelques articles d’iceluy sans toutefois le faire cognoistre entierement (…) il y eut neantmoins quelques paroles entre le Roy & luy, qui furent dictes en la presence de plusieurs, lesquelles faisoient conjecturer la guerre : Mais c’est la coustume des Princes bien-advisez de jetter en l’air quelques paroles qui esloignent nostre intelligence de la verité des affaires qui se traictent, affin qu’ils demeurent secrettes, comme il est raisonnable, jusques à ce qu’elles soyent parfaictes et accomplies, »50 « Il est bien vray que quelque temps apres le départ de Dom Pedre, le Roy se prepara à la guerre, mais non pas pour les choses que plusieurs se sont imaginées car il vouloit conserver la paix à son peuple : Mais le vray motif de la levée de ses armées (comme plusieurs ont creu) estoit seulement le Duché de Cleues vacquant par la mort du Duc sans enfans : Plusieurs y aspiroient, chacun y en vouloit instaler un à sa guise, le successeur legitime estoit le plus foible & le plus aysé à opprimer : il eut recours à la Iustice du Roy Chef de la Chrestienté, & Arbitre naturel des differens d’entre les Princes d’icelle. »51

  • 52  Estoile, t. 9, p. 14.

39Cette pratique de dissimulation et de divertir les attentes, le jeu de paroles ouvertes et secrètes reformulent la pratique que Pierre de l’Estoile avait décrite en septembre 1609 par les mots « faire courir les bruits »52. Par cette pratique, le roi garde sa liberté d’agir et laisse les autres acteurs en suspens et leur fait subir la dépendance de ces propres actions. Il protège et exerce son pouvoir sur le temps. Pour soutenir cette interprétation, l’éclipse du soleil semble inspirer Legrain à établir un emploi métaphorique des phénomènes naturels :

  • 53  Ibid., p. 459.

« Or quoy qu’il en soit, le Roy partit de Fontaine-belleau le 20. Septembre accompagné de toutes ses gardes & bon nombre de Noblesse, & ayant faict partir devant luy quelques troupes & de l’artillerie, arriva jusques à Lymoges. La commune opinion estoit que ce voyage se faisoit sur l’advis donné à sa Majesté que le Sieur de Rignac Partisan (comme l’on pretendoit) du Mareschal de Boüillon avoit prins les armes en Languedoc, & faisoit soubs-lever la Noblesse du pays : & disoit-on en Daulphiné que c’estoit une autre guerre du bien public auquel ceste Noblesse adjoustoit la vengeance de la mort du Mareschal de Byron (les hommes perdus & desesperez ne manquent jamais de pretexte). Mais tout cela ne fut qu’un petit broüillar qui fut aussi-tost dissipé quand le Soleil s’en approcha. »53

40Les erreurs de l’opinion commune cachent les vérités du souverain, mais comme le brouillard est chassé par le soleil, le soleil royal comme lieu de savoir et de vérité fait disparaître les fausses pistes  dans l’espace temporel que représentent les bruits. Pourtant, Henri IV se distingue d’autres monarques, surtout des Espagnols, par son manque de défiance, par son amour de la paix et donc par ses vertus royales :

  • 54  Ibid.

« On a dict que le Roy avoit un autre dessein : Ceux qui veillent à surprendre leurs voisins, sont tousjours en deffiance & craignent que leurs voisins ne facent le semblable contr’eux : Les Espagnols redoublerent par ce voyage du Roy la crainte qu’ils avoient des-ja conçeuë de quelque entreprise sur Pampelune, ie n’en sçay rien, & n’en croy rien, car le Roy cherissoit lors par trop la paix pour se rejetter en guerre : Mais quoy qu’il en soit, il y en eut de mal-traictez à Pampelune sur ce soupçon, & dit-on qu’il n’y avoit que trois personnes avec le Roy qui sçeussent le subject du voyage de sa Majesté, lequel subject toutefois fut eventé. »54

41Les Espagnols ne sont pas seulement les adversaires de la France mais forment aussi le contraire du Roi-Soleil Henri IV par leur attitude de deviner les intentions des acteurs. Ils utilisent des pratiques de déduction à partir de leurs propres intentions, dont les produits sont une défiance des craintes et des soupçons. La rationalité de ces actions expectatives – on observe, on intègre les observations dans le cadre des pratiques politiques et on tire ses conclusions – est diffamée parce qu’elle n’adapte pas les observations. « Les Espagnols », donc le roi d’Espagne et ses conseillers, ne mettent pas en corrélation les actions qu’ils ont observé et l’acteur, le roi Henri IV : C’est par l’ensemble de ses vertus qu’Henri IV gagne son indépendance à l’égard des craintes, des soupçons et aussi des pronostics écrits, tandis que les Espagnols, les Habsbourgs se lient aux prophéties et sont incapables de dépasser une attente. Ils exécutent des attentes écrites par Agrippa de Nettesheim  :

  • 55  Ibid., p. 468.

« Les Espagnols sont aux Escoutes, car ils sont fort reverens au sainct Siege quand il y a quelque esperance de butin, il ne leur peut eschapper soit sur la Seigneurie de Venise, soit sur les terres de sa Saincteté, ou sur tous les deux ensemble, si ceste guerre prend traict. Ils ont bien recordé leurs vieilles instructions de l’Empereur Charles V. fondées sur les resveries & illusions de ce grand Magicien Agrippe son valet de chambre : Voicy (ce leur semble) l’occasion venue d’executer une partie de ces Memoires »55.

Le pouvoir politique et le temps : Les récits et les cadres

  • 56  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil (collection « Liber »), 1997, (...)

42Les manières d’agir avec des attentes s’avèrent comme une question de pouvoir. Les jeux d’expectation montrent le pouvoir à l’épreuve, l’attente passive du futur est la soumission des sujets sous ce pouvoir, la reconnaissance d’une dépendance absolue56.

  • 57  Legrain, Dixiesme Livre de la Decade du Roy Henry le Grand, « Sommaire », p. 478.

43En ce sens, les historiographies de Pierre de l’Estoile et de Jean-Baptiste Legrain réalisent le pouvoir dans leurs récits. Ils montrent comment le roi sort du cadre du récit temporel par ses actions autonomes. Le roi est le créateur de l’histoire et donc le maître des attentes de ses sujets – mais de même de ses adversaires. C’est surtout dans l’œuvre de Legrain qu’on voit le roi dépasser les attentes et le cadre, même celui établi par des signes naturels. Même le meurtre – donc la mort prématurée – du roi n’empêche pas que son œuvre apparaisse accomplie et parfaite. Legrain dessine l’image d’un pays idyllique où on ne parle « que de festins, de jeux, tournois, & resioüissances publiques »57.

  • 58  Louis Marin, Le Récit est un piège, Paris, Ed. de Minuit, 1990, p. 85-86.
  • 59  Marin, p. 92 sq. « Vous croyez contempler, dans la distanciation instituée par la lecture et le pa (...)
  • 60  Reinhart Koselleck, „Vergangene Zukunft der frühen Neuzeit“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik g (...)

44L’Estoile et Legrain montrent le roi muni d’un « savoir permanent et caché de la situation historique [qui] est ainsi productrice de l’événement »58. Surtout Legrain, qui prétend écrire pour le jeune roi Louis XIII, conçoit son histoire comme une écriture pédagogique qui prescrit le rôle du monarque à celui-ci même. Pourtant, c’est L’Estoile qui raconte la fin de la guerre de Juliers comme l’accomplissement de la sagesse et de la vertu royale59. Pendant que Legrain constitue dans sa narration d’un futur passé60 la perspective d’en haut, L’Estoile adopte la perspective d’un sujet du roi – mais tous les deux tracent l’espace d’attente et conçoivent en ce sens des actions expectatives réflexives.

Top of page

Notes

1  Jean-Pierre Babelon, Henri IV, Paris, Fayard, 2009, p. 943 : « De 1607 à 1609 […] La France prend le temps d’entrer dans le nouveau siècle et d’adopter les mentalités d’un État moderne. Elle fait l’apprentissage de la paix. »

2  Ibid., Troisième partie, chap. VIII, p. 910sq : la monarchie impériale.

3  Pierre de L’Estoile, Mémoires-journaux : 1574-1611, Paris, Tallandier, 1982 (Facsimile de : Paris, Jouaust, 1875-1896) ; Frederic J. Baumgartner, “Pierre de l’Estoile (1546-11 October 1611) », in Megan Conway (éd.): Sixteenth-Century French Writers, Detroit, Thomson Gale (Dictionary of literary biography, 327), p. 256-261, p. 256 : « Pierre de L’Estoile’s journal and the pamphlets, broadsides, and books he collected are the most valuable sources of information about life in Paris during the last phases of the French Wars of Religion and the reign of Henri IV. His descriptions are among the most vivid to come out of the sixteenth century, and his observations of the political events through which he lived continue to provide historians with insights into the anarchy of the religious wars and the recovery under Henri. ”

4  Ni Steve Uomini ni Chantal Grell ne mentionnent Legrain : Steve Uomini, Cultures historiques dans la France du xviie siècle, Paris, L’Harmattan 1998 ; Chantal Grell, Les Historiographes en Europe de la fin du moyen âge à la révolution, Paris, Presses Paris Sorbonne, 2006 ; Christian Jouhaud, Les Pouvoirs de la littérature. Histoire d'un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000, p. 184-186 comme exemple pour les considérations critiques de la Bibliothèque françoise de Sorel ; Camille Caruso Weiss, "Striking a Delicate Balance: Politique Historians of Henri IV’s reign, 1589-1610", in Explorations in Renaissance culture: EIRC 33, 2 (2007), p. 300-327 : p. 311sq., ne voit pas Legrain très intensément concerné par l’histoire militaire mais plutôt intéressé par l’histoire culturelle.

5  Heribert Smolinsky, „Jülich-Kleve-Berg“, in Anton Schindling (éd.), Die Territorien des Reichs im Zeitalter der Reformation und Konfessionalisierung : Land und Konfession 1500-1650, Münster, Aschendorff, t. 3: Der Nordwesten, 1991, p. 86-106, ici p. 100.

6 Babelon, op. cit., p. 954.

7  “There are several interested parties who claim the right to the succession, such that is believed that the affairs could be reduced to extraordinary means and dangerous results if not prevented by good advice and prudence. And if thus the lands fall to the hands of a third person who has no title to them, to the prejudice of the claimants and to the public this could only cause troubles and new wars.” Alison D. Anderson, On the verge of war. International Relations and the Jülich-Kleve Succession Crises (1609-1614), Boston, Humanities Press (Studies in Central European histories), 1999, p. 33. Elle se réfère à cette source : Düsseldorf, Hauptstaatsarchiv, Bestand Kleve-Mark 131, fol 497-498 (copy) Heidelberg, 24.4.1609 (old style).

8  Friedrich Beiderbeck, „Frankreich und das Reich um 1600: Kooperation und Abgrenzung in den Beziehungen zwischen Heinrich IV. und den protestantischen Reichsfürsten“, in Friedrich Beiderbeck, Gregor Horstkemper, Winfried Schulze (éd.), Dimensionen der europäischen Außenpolitik zur Zeit der Wende vom 16. zum 17. Jahrhundert, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag 2009 (Innovationen, 10), p. 35-60; p. 56 en se référant surtout à une lettre du roi Henri IV à Berny de Brûlart (19.10.1609), Lettres missives, t. VIII, p. 965.

9 Beiderbeck, „Frankreich und das Reich um 1600“, p. 57: „Die französische Außenpolitik begann sich offensichtlich im Herbst 1609 auf eine Intervention in Jülich-Kleve vorzubereiten, die Heinrich IV. nur in enger Abstimmung mit den protestantischen Reichsständen vornehmen wollte. Die in seinen Augen unvermeidlich gewordene gewaltsame Lösung der Erbfolgefrage sollte dann aber nicht nur dazu dienen, lediglich das Jülicher Problem im Sinne der deutschen Protestanten zu bereinigen, sondern die Position der Spanier im gesamten niederrheinisch-niederländischen Großraum zu attackieren.“ Beiderbeck se réfère ici à une instruction pour Bongars du 10 novembre 1609 et une instruction pour Boissise du 29.12.1609 ; Beiderbeck, 2005, p. 416f.

10  Friedrich Beiderbeck, Zwischen Religionskrieg, Reichskrise und europäischem Hegemoniekampf. Heinrich IV. von Frankreich und die protestantischen Reichsstände, Berlin, Berliner Wissenschafts-Verlag, 2005 (Innovationen, 8), p. 413.

11  Caroline Bitsch, Vie et carrière d'Henri II de Bourbon, prince de Condé, 1588-1646. Exemple de comportement et d'idées politiques au début du xviie siècle, Paris, H. Champion, 2008 (Bibliothèque d'histoire moderne et contemporaine, 27), p. 25-108.

12  Beiderbeck, 2005, p. 177-181

13  Stefano Simiz et Jérôme Buridant (éd.), Journalier de Jean Pussot Maître-charpentier à Reims, 1568-1626, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2008, p. 172.

14  Gilbert Schrenck, « Pierre de l’Estoile devant ses manuscrits : la fadaise et la sagesse », in Luc Fraisse(éd.) Le Manuscrit littéraire, Travaux de littérature 11, 1998, p. 95-105.

15 Ibid.

16  Reinhart Koselleck, „'Erfahrungsraum' und 'Erwartungshorizont' - zwei historische Kategorien“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt/Main, Suhrkamp 1979, p. 349-375. Traduction française : « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, EHESS, 1990, p. 307-329.

17  Pour le réemploi des écritures dans le genre « mémoires » voir le texte de Christian Jouhaud dans ce dossier : https://dossiersgrihl.revues.org/6645.

18 L’Estoile, Mémoires journaux, t. 10 : 1609-1610, p. 141, 143, Février 1610 : « J’ay extrait, ce jour, par plaisir, les advis suivans de trois lettres escrites à un mien ami : l’une de Romme, dactée du 6e de janvier dernier, et les deux autres de Venise, par Fra Paolo […]. L’une, du 5 du mois passé ; l’autre, du 20. […] 4° On fait ici d'autant plus de cas de la sortie du Prince de Condé, que là où vous estes on n'en fait pas beaucoup. 5° Il faudrait estre bon astrologue pour deviner l’yssue de la guerre de Clèves. » ; p. 192, Mars 1610 : « Le prince d’Anhalt, protestant, arrive à Paris, le lundi 29e de ce mois » ; p. 391 [Supplément], Janvier 1610 : « Le Lundy 4 du mois de Janvier, est arrivé à Paris Christian, Prince d’Anhalt, député vers le Roy par l’Electeur Palatin et le Duc de Virtemberg. Le Roy l’a reçû avec toute bienveillance, avec promesse, qu’il donnerait secours aux Princes Protestans unis ».

19  L’Estoile, Mémoires journaux, t. 9, 1607-1609, p. 312.

20 Ibid., t. 10, p. 155.

21 Ibid., t. 10, p. 191-192.

22  Ibid., t. 10, p. 212.

23  Sur le cas de la succession d’Espagne, voir le texte de Sven Externbrink dans ce dossier : https://dossiersgrihl.revues.org/6691.

24  Ibid., t. 10, p. 155.

25  Sur les pamphlétistes et les libelles, voir les textes de Bernd Klesmann (https://dossiersgrihl.revues.org/6576) et Dinah Ribard (https://dossiersgrihl.revues.org/6588) dans ce dossier.

26  Voir sur les imprimés en cause : Jules Mathorez, « À propos d’une campagne de presse contre l’Espagne. Le Soldat français [1603-1606] » in Bulletin du bibliophile et du bibliothécaire 55, 1913, p. 313-329, 361-385.

27  L’Estoile, t. 9, p. 312.

28  Ibid., t. 11, p. 1.

29  Ibid., t. 10, p. 155.

30  On pourrait comparer cette manière d’écrire avec les Mercures étudié par Marion Brétéché (https://dossiersgrihl.revues.org/6608) et avec le volume de chansons que Dinah Ribard a analysé (https://dossiersgrihl.revues.org/6588).

31  Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie publique et privée de tous les hommes, t. 23, Paris, 1843ff, p. 632.

32  Le grand dictionnaire historique, ou Le mélange curieux de l'histoire sacrée et profane. Tome 5 [...] par Mre Louis Moreri,... Nouvelle édition, dans laquelle on a refondu les Supplémens de M. l’abbé Goujet, le tout revu, corrigé et augmenté par M. Drouet, Paris, 1759.

33  Jean-Baptiste Legrain, Décade commençant l'histoire du roy Louys XIII du nom ... depuis l’an mil six cens dix jusques à l’an mil six cens dix-sept inclus... en laquelle seront aussi représentées les choses mémorables advenues... ez autres estats de la chrestienté... par Baptiste Legrain, Paris, Vve M. Guillemot, 1619 : Au roy [* ii].

34  Le grand dictionnaire historique, p. 321 : « Mais ceux que cette liberté choquoit trouverent moyen de soustraire ce livre au jeune roi, en le déchirant en beaucoup d'endroits, ce qu’ils firent palier pour un accident causé par un singe. Cependant M. le Grain suivant les ordres de son prince écrivit sa seconde décade, & la fit imprimer comme la premiere chez lui & à ses dépens […] en 1618 […] Il s’attendoit qu'on lui laisseroit la liberté de présenter cette seconde décade à Louis XIII ; mais cet ouvrage fut pour lui le commencement d’une longue suite de mauvais procédés que l’on eut à son égard, & qui lui causerent bien du chagrin. On voulut le faire censurer par la Sorbonne, & l’on fit par trois ou quatre fois de fortes tentatives pour y réussir ; mais elles furent inutiles. M. Duval, le plus ancien des docteurs qui étaient alors, le fit néanmoins examiner par six de ses confreres ; & après un examen sérieux, il répondit à ceux qui poursuivoient la condamnation de cette histoire, « qu’on n’y avoit trouvé aucune erreur… »

35  Jean-Baptiste Legrain, Décade contenant la vie et gestes de Henri le Grand, roy de France et de Navarre... en laquelle est représenté l'estat de la France depuis le dernier traicté de Cambray, 1559, jusques à la mort du dict seigneur... avec ce qui s'est passé incontinent après icelle... par Baptiste Legrain, Paris : aux dépens de l'auteur, impr. de J. Laquehay, 1614 : Au lecteur, [a v]r, [a vi]v.

36  Legrain, Décade commençant l’histoire du roy Louys XIII du nom, Au Lecteur [* iii].

37  Legrain, Décade contenant la vie et gestes de Henri le Grand, Prologue : Au Roy [fol. a ij].

38 Ibid., p. 461.

39 Ibid., p. 468.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 455.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 456.

44 Ibid.

45 Ibid.

46 Ibid., p. 457.

47 Ibid., p. 464.

48 Ibid., p. 456.

49 Ibid., p. 458-459.

50  Ibid., p. 473.

51  Ibid., p. 475.

52  Estoile, t. 9, p. 14.

53  Ibid., p. 459.

54  Ibid.

55  Ibid., p. 468.

56  Pierre Bourdieu, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil (collection « Liber »), 1997, p. 270 : « Le pouvoir absolu est le pouvoir de se rendre imprévisible et d’interdire aux autres toute anticipation raisonnable, de les installer dans l’incertitude absolue en ne donnant aucune prise à leur capacité de prévoir. […] Le tout-puissant est celui qui n’attend pas et qui, au contraire, fait attendre. L’attente est une des manières privilégiées d’éprouver le pouvoir, et le lien entre le temps et le pouvoir. […] L’attente implique la soumission [anxieuse du « patient »] : visée intéressée d’une chose hautement désirée, elle modifie durablement, c’est-à-dire pendant tout le temps que dure l’expectative, la conduite de celui qui est, comme on dit, suspendu à la décision attendue. »

57  Legrain, Dixiesme Livre de la Decade du Roy Henry le Grand, « Sommaire », p. 478.

58  Louis Marin, Le Récit est un piège, Paris, Ed. de Minuit, 1990, p. 85-86.

59  Marin, p. 92 sq. « Vous croyez contempler, dans la distanciation instituée par la lecture et le passé, l’histoire accomplie, vous ne lisez que son projet futur, son modèle ou sa matrice opérationnelle, mais comme l’histoire en train de se faire (au présent). […] « Il y a bien récit d’événements, mais ceux-ci tiennent leur « historicité » de relever entièrement et totalement d’une sagesse souveraine qui les a toujours sus et connus, d’une rationalité absolue, intemporelle qui les a toujours déjà performés, et qui, par là même, les réalise : il y a bien récit, narration écrite d’un passé accompli ; mais ce passé est en vérité le présent intemporel de l’essence royale, de son verbe. Le maître de cette transformation est l’historiographe ; c’est lui l’opérateur – par l’écriture – de cette simulation ; c’est lui le dépositaire, dans le texte qu’il écrit, de la raison comme raison d’État »

60  Reinhart Koselleck, „Vergangene Zukunft der frühen Neuzeit“, in Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Frankfurt/Main, Suhrkamp, 1979, p. 17-37.

Top of page

References

Electronic reference

Albert Schirrmeister, « La Grande guerre qui n’a pas eu lieu – agir au futur dans l’historiographie », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 01 March 2017, connection on 27 May 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6660 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6660

Top of page

About the author

Albert Schirrmeister

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org