Skip to navigation – Site map

La fin d’une longue attente. Le 16 Novembre 1700 dans les Mémoires du duc de Saint-Simon

Sven Externbrink

Abstracts

Charles II of Spain died on November 1, in Madrid. Once this information is known in Versailles, Louis XIV must surely take the most important decision of his reign: Should he accept the will of Charles II and proclaim his grandson Philip of Anjou King of Spain? The description made later by Saint-Simon of the tension at the court of Versailles shows more than any other document the art of "King of glory" to stage political decisions. His announcement on November, 16 that he accepts the will shows Louis XIV as the "director" of the set. As the true master in this field, all at once, he united the kingdoms of France and Spain and deceived Emperor Leopold 1st, his competitor to the legacy.

Top of page

Full text

Introduction

  • 1  Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, (...)
  • 2  Jean-Pierre Labatut, Louis XIV. Roi de gloire, Paris, Imprimerie Nationale, 1984.
  • 3  Philippe Beaussant, Louis XIV artiste, Paris, Payot, 22005.
  • 4  Lucien Bély, Les Secrets de Louis XIV. Mystères d'État et pouvoir absolu, Paris, Perrin, 2013.
  • 5  Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshoritzont – zwei historische Kategorien », in R (...)

1Les historiens ont donné beaucoup de surnoms à LouisXIV pour souligner certains aspects de sa personnalité ou de son règne : ainsi l’ont-ils nommé roi de guerre (Cornette1), roi de gloire (Labatut2), roi artiste (Beaussant3) et roi secret (Bély4). La lecture que nous proposons ici d’un extrait des Mémoires du duc de Saint-Simon, dans lequel il raconte l’annonce de la mort du roi CharlesII d’Espagne et l’acceptation de son testament par LouisXIV, nous conduira peut-être à proposer d’autres surnoms. Le concept de Reinhart Koselleck d’« horizon d’attente » qui a servi de fil conducteur à la discussion de ces journées d’étude, s’avère très utile pour analyser la composition du récit de Saint-Simon5.

  • 6  Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshoritzont », p. 358 : « Es ist die Spannung zwischen Erf (...)

2Saint-Simon a su percevoir d’une manière très pertinente les attentes des différents acteurs à la cour d’Espagne et de France. On trouve donc dans son récit des attentes comblées et d’autres déçues. De plus, peut-être inconsciemment, il met en scène une double déception à la fois à Madrid et à Versailles : celle des ambassadeurs impériaux. La construction de son récit montre que Saint-Simon, écrivant en tant que mémorialiste et historien, a bien compris qu’il était témoin d’un événement-clé du règne de LouisXIV et de l’histoire de l’Europe. Il a saisi, pour citer Koselleck, « la tension entre l’expérience et l’attente qui provoque de façon toujours différente de nouvelles solutions et inaugure un nouveau temps de l’histoire6 ».

3Cette lecture de Saint-Simon est divisée en trois parties :

Nous commencerons avec une introduction retraçant le contexte, c’est-à-dire par une brève description des enjeux de la succession d’Espagne pour dessiner la gamme des attentes en nous appuyant aussi sur d’autres témoignages contemporains ;

suivra une lecture du texte de Saint-Simon, centrée sur l’expression des attentes et la mise en scène de la décision royale  

et nous finirons par quelques réflexions en guise de conclusion.

Une attente de 35 ans – la fin de la dynastie des Habsbourg d’Espagne

  • 7  Voir Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe xviiexviiie siècles, Paris, PUF, 42007, (...)
  • 8  Pour Lisola, voir Charles-Edouard Levillain, Le Procès de Louis XIV. Une guerre psychologique Fran (...)

4En 1659, LouisXIV épouse Marie-Thérèse, Infante d’Espagne. Dans le contrat de mariage, elle renonce à tous ses droits sur la couronne d’Espagne (qui pouvait être transmise par le lignage féminin), moyennant une dot. Or, cette dot n’ayant jamais été payée, LouisXIV déclarera pouvoir compter parmi les héritiers présomptifs de la couronne d’Espagne. Ainsi, à la mort de PhilippeIV en 1665réclame-t-il les Pays-Bas espagnols pour sa femme en s’appuyant sur le droit de dévolution7. Il en résulte la guerre de dévolution et LouisXIV finit par acquérir quelques villes frontières. La guerre est accompagnée par une campagne propageant la défense des droits de LouisXIV. La réponse du camp habsbourgeois ne tarde pas : le diplomate d’origine de Franche-Comté, François Paul de Lisola, publie notamment le Bouclier d’état, dans lequel il réfute les prétentions françaises et accuse LouisXIV d’aspirer à la monarchie universelle8.

  • 9  Récente mise en point relatives à ces négociations dans Lucien Bély, Les Secrets de Louis XIV, p.  (...)

5Mais l’évènement le plus important est la conclusion par LouisXIV d’un traité secret avec l’Empereur LéopoldIer en 1668 qui reconnaît les droits de la reine de France à la couronne d’Espagne et prévoit le partage de l’empire espagnol au cas où le roi CharlesII, un enfant de sept ans toujours malade, venait à mourir9. Il faut souligner l’importance de la paix et du traité qui restera secret jusqu’au xixesiècle, car le véritable succès de la guerre de dévolution n’a pas été la conquête des villes frontalières comme Lille, mais comme les Mémoires pour l’instruction du dauphin l’indiquent :

  • 10 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, éd. Pierre Goubert, Paris, Imprimerie Nationale, (...)

« [le] secret abandonnement des renonciations par lesquelles seules les Espagnols prétendaient exclure la Reine de toutes les successions de sa maison […] Ce qui fut encore une merveilleuse confirmation des droits de la Reine, et un aveu fort exprès de la nullité des renonciations : acte d’autant plus important qu’il était fait par la partie même qui seule alors avait intérêt de les soutenir ».10

  • 11  Faute de l’existence d’une biographie moderne, nous renvoyons à  Ludwig Pfandl, Karl II. Das Ende (...)
  • 12  Pour l’histoire de ces guerres, voir. Lucien Bély, Les Relations internationales enEurope, op. cit (...)

6Ainsi LouisXIV était assuré que la succession de l’Empire espagnol ne se fera pas sans le roi de France. Mais cette succession se fait attendre. Contre toute attente, le roi CharlesII, maladif et contrefait, survit à l’enfance11. Et chaque année passée voit augmenter ses chances d’engendrer des descendants. D’un autre coté, avec la guerre déclenchée par LouisXIV en Hollande en 1672 et les guerres qui s’ensuivront jusqu’en 1697, la succession espagnole n’est plus au premier rang des affaires politiques en Europe12. Dans les cours d’Europe, on attend. Ce n’est qu’après la paix de Ryswick que la succession d’Espagne redevient une des préoccupations principales des cabinets car l’état de santé de CharlesII se dégrade rapidement.

  • 13 Journal de Dangeau, cité d’après François Bluche, Louis XIV, Paris, Pluriel, 21988, p. 763.

7Entre 1698 et 1700 on estime que la mort de CharlesII n’était plus qu’une question de jours : les bulletins de santé du roi d’Espagne font partie du quotidien. Dans le journal de Dangeau nous lisons le14 mai 1698 : « Les dernières nouvelles de Madrid ne sont pas bonnes pour la santé du roi d’Espagne ». Le 12juillet il continue : « Il est mieux présentement », mais il faut se méfier car le 6août il note : « Le roi d’Espagne est plus mal que jamais … » et le 14 du même mois on attend l’annonce de sa mortprochaine : « On ne croit pas qu’il passe l’automne ». Mais, quelques semaines plus tard, à la surprise des courtisans, le roi d’Espagne va « considérablement mieux ». Et le 5novembre 1698 il note même : « On me mande de Madrid que le roi d’Espagne se porte considérablement mieux ; on n’est pas même sans espérance qu’il n’ait bientôt des enfants »13.

  • 14  Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Berlin (Archives d’État de Prusse, Berlin, désorma (...)

8Bien sûr, les diplomates écoutent aussi chaque nouvelle en provenance de Madrid. À l’été 1700, le bruit coure même que la reine d’Espagne est enceinte ; mais le 13août, l’envoyé brandebourgeois à Versailles, Ézéchiel Spanheim, indique à l’Électeur : « la nouvelle de la prétendue grossesse de la Reine [...] qui estoit la plus importante, qu’on pust mander, n’a aucun fondement »14.

Ainsi non seulement la cour de Versailles attend, mais avec elle, toutes les cours d’Europe.

  • 15  Sur les négociations, voir Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe, op. cit., p. 375- (...)

9Les pouvoirs intéressés ne sont pas restésinactifs : en 1698, LouisXIV, l’Empereur et le roi GuillaumeIII en tant qu’arbitre entre les deux candidats à la succession, se mettent d’accord sur le partage de l’Empire espagnol. Dans un premier traité le fils de l’Électeur de Bavière –petit-fils d’une fille de PhilipeIV d’Espagne – est choisi comme héritier. Après sa mort prématurée en 1699, un nouveau traité est signé entre LouisXIV, GuillaumeIII et les Hollandais. Jusqu’en novembre 1700, l’attitude de LéopoldIer à l’égard du nouveau partage reste plutôt vague, ce qui dévalorise le traité15. Néanmoins il faut souligner que les puissances voulaient, en concluant ces traités de partage, influencer le futur, déterminer les actions concernant un événement –la mort de CharlesII– qu’on considérait comme certain et imminent. Le but de ces traités était de préserver la paix en Europe dont tous les pays avaient tant besoin après neuf ans de guerre entre 1688 et 1697.

10Ainsi, à la cour de Versailles, les courtisans, les envoyés étrangers, bref tout monde continue à discuter et à spéculer sur les suites possibles du traité de partage.Les dépêches de Spanheim reflètent cette atmosphère d’attente, ainsi dans sa dépêche du 31 mai 1700 il conclut:

  • 16  GStA PK, I. HA, Rep. 11, Nr. 89, Fasz. 70, fol. 81r–v.

« Ce sont là, Monseigneur, des réflexions qu’on entend faire par deça aux spéculatifs, ou aux Intéressés au sujet d’un semblable Traitté ; pendant qu’on en voit d’autres, qui le considèrent comme un Ouvrage salutaire pour conserver la paix et le repos dans l’Europe ; empêcher, que la France par les forces et facilités qu’elle en auroit, cas avenant de la mort du Roy d’Espagne, n’engloutit bientost une plus grande partie de la Succession de cette Monarchie.
A quoy on ajoute ce qui en résulte de la modération du Roy à y renoncer, et dans la veuë d’éviter les engagemens d’une nouvelle et sanglante guerre dans l’Europe, et pour contribuer à en revêtir l’Archiduc. Qu’en fin on doit tenir un assez grand préjugé de la convenance publique de ce même Traitté ; puis que c’est l’ouvrage d’un Roy aussi éclairé et aussi intéressé d’ailleurs dans l’équilibre et dans le repos de l’Europe, que le roy d’Angleterre ».16

  • 17  Philippe de Courcillon de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau. Publié en entier pour la premièr (...)

11Enfin, le 1er novembre 1700, CharlesII meurt à Madrid. Déjà depuis quelques semaines le bruit couraitque, dans un nouveau testament, le roi avait désigné le duc d’Anjou comme héritier de l’Empire espagnol17. La nouvelle de la mort de CharlesII arrive à Versailles le mardi 9novembre et provoque un changement dans l’emploi du temps du monarque. Au lieu d’aller à la chasse, LouisXIV tient conseil chez Madame de Maintenon, de 15 à 19 heures. Probablement LouisXIV avait-il décidé d’accepter le testament dès le 10 ou le 11 novembre, mais il ne rend cette décision publique que le16. Pourquoi ce délai ? C’est une des questions à laquelle nous essaierons de répondre.

La mise en scène d’une décision politique : l’acceptation du testament de CharlesII d’Espagne dans les Mémoires de Saint-Simon

  • 18 Saint-Simon, Mémoires. Additions au journal de Dangeau, éd. Yves Coirault, Bibliothèque de la Pléia (...)

12Tournons-nous maintenant vers le récit que Saint-Simon nous fait de ce moment, de cet événement-clé de la vie et du règne de LouisXIV18.

  • 19  Sur les Mémoires du duc, voir les études récentes comme celle de Marc Hersant, Le Discours de véri (...)

Il s’agit d’un texte écrit aposteriori par un contemporain, témoin des événements décrits. Pour faire son récit, Saint Simon pouvait s’appuyer non seulement sur ses propres notes personnelles mais aussi sur le Journal de Dangeau, autre témoin et chroniqueur à la cour du roi-soleil. En ce qui concerne les faits et les discussions entre le roi et ses ministres à l’intérieur du conseil d’en haut, délibérations secrètes dont nous ne connaissons en général pas la teneur, on peut leur attribuer une haute crédibilité car Saint Simon comptait parmi ses amis le chancelier Pontchartrain et il semble avoir aussi eu connaissance du Journal-Mémoires de Torcy19.

13L’événement à raconter –la nouvelle de la mort du roi d’Espagne, la désignation du duc d’Anjou comme héritier et l’acceptation du testament– marque l’apogée de l’histoire du règne de LouisXIV ainsi qu’un tournant dans l’histoire de l’Europe. Donc, Saint-Simon se devait d’arranger son récit de façon à ce que l’importance de l’événement soit évident, et ce d’autant plus que, au moment de la rédaction des faits, Saint-Simon connaissait les suites de la décision de LouisXIV.

14Comme nous l’avons vu, la mort du roi d’Espagne est attendue dans toutes les cours d’Europe. Pour reprendre le concept de Koselleck « l’horizon d’attente » est clairement définie lors des deux années qui suivent la paix de Ryswick : On sait que cette mort est imminente et on est conscient du danger que constitue cet événement pour la paix en Europe. Les traités de partage évoqués ci-dessus illustrent la volonté de maîtriser ce danger. C’était la première fois que des souverains essayent de se concerter en amont pour régler une question de succession. Or, à l’époque moderne, les querelles de succession sont souvent à l’origine de conflits. Ainsi, par les traités de partage, les souverains se déclarent-ils d’accord pour limiter d’avance et volontairement leur marge de manœuvre future. Mais d’importantes questions attendent encore une réponse : L’Empereur acceptera-il le deuxième traité de partage ? Comment les cours d’Europe réagiront-elles à la publication du testament de CharlesII ?

15La question était donc de savoir si au moment de la mort de CharlesII et de l’ouverture de son testament, les cours d’Europe, et notamment celle de France, agiraient selon les promesses fixées dans le dernier traité de partage. La décision de LouisXIV comblerait-elle les attentes ?

16Avec l’annonce de la mort du roi d’Espagne s’ouvre donc un temps d’attente et de tension car toute la cour –et probablement toute l’Europe – sait que la paix en Europe dépend de la décision de LouisXIV.

17Tout ce qui se passe à la cour d’Espagne du 1er au 16novembre est inscrit dans le récit de Saint-Simon. Nous allons parcourir le texte et nous arrêter sur les moments où « l’horizon d’attente » est « touché » et où il change soudain parce que les décisions prises ne sont pas conformes aux attentes.

18L’art de Saint-Simon dans la composition de son récit consiste dans sa capacité à nous faire revivre le suspens qui régnait à la cour d’Espagne au moment de la mort de CharlesII :

  • 20 Saint-Simon, Mémoires, p. 771.

« La curiosité de la grandeur d’un événement si rare, et qui intéressait tant de millions d’hommes, attira tout Madrid au palais, en sorte qu’on étouffait dans les pièces voisines de celle où les grands et le Conseil ouvraient le testament. Tous les ministres étrangers en assiégeaient la porte : c’était à qui saurait le premier le choix du roi qui venait de mourir, pour en informer sa cour en premier ».20

  • 21 Ibid.

19Il faut insister sur le rôle des ministres étrangers : ils avaient pour fonction de propager la nouvelle par leurs dépêcheset ils représentaient les souverains concernés. À Madrid, sont donc présents le comte de Blécourt et le comte d’Harrach, les ambassadeurs du roi de France et de l’Empereur. Nous retrouvons ici, comme à la cour de France, l’idée d’une compétition, à savoir lequel des deux sera le premier à remettre au roi les nouvelles de Madrid. L’attente devant les portes augmente le suspense : « Cela dura assez longtemps pour exciter impatience »21.

  • 22 Ibid.

20Enfin, le contenu du testament de CharlesII est annoncé d’une manière humiliante et décevante pour l’espoir et l’attente de l’ambassadeur impérial : Le duc d’Abrantes, un Grand d’Espagne et partisan de la France sort de la salle du conseil, embrassa Harrach, fait ainsi croire que l’héritier choisi est l’archiduc Charles mais conclut en disant : « [c’est] avec le plus grand contentement que je me sépare de vous et prends congé de la très auguste maison d’Autriche »22 –sans véritablement annoncer qui est l’héritier et en laissant l’ambassadeur impérial dans le désespoir.

21Nous retrouvons cette concurrence et cette même attente à la cour de France où Torcy, secrétaire d’État aux affaires étrangères et ministre, et Barbezieux, secrétaire d’État de la guerre sans être ministre mais aspirant à être nommé ministre d’État, se battirent pour annoncer au roi le contenu du testament. Barbezieux fut le premier chez le roi mais ne fut finalement jamais ministre d’état –une autre attente déçue …

22Le texte de Saint-Simoncontient une longue description des débats au sein du conseil d’en haut entre LouisXIV et ses ministres. Pour notre propos il n’est pas nécessaire d’entrer dans les détails des arguments échangés entre les ministres, notamment entre Torcy et le chancelier Pontchartrain. Mais au centre de leur discours on retrouve l’attente : toute l’Europe attend la décision du roi car de sa décision dépend la suite des affaires. Agira-t-on selon les expectatives, c’est-à-dire selon les clauses du traité de partage ou non ? Dans ce dernier cas de figure, la question est de savoir si une nouvelle guerre va éclater. Écoutons Pontchartrain :

  • 23 Ibid., p. 778.

« Enfin, qu’il convenait qu’une si riche succession ne se recueillerait pas sans une guerre, mais qu’il fallait lui accorder aussi que l’Empereur ne souffrirait pas plus paisiblement l’exécution du traité de partage que celle du testament : que jamais il n’avait voulu y consentir, qu’il avait tenté tout pour s’y opposer, qu’il n’était occupé qu’à des levées et à des alliances ; que, guerre pour guerre, il valait mieux la faire à mains garnies, et ne se pas montrer à la face de l’univers indignes de la plus haute fortune et la moins imaginée ».23

23On voit ici entrer en jeu une autre attente, celle des actions de l’Empereur.

  • 24 Ibid.
  • 25  Voir Herbert H., Rowen, The King’s State. Proprietary Dynasticism in Early Modern France, New Brun (...)

C’est le Dauphin –« tout noyé comme il fut dans la graisse et dans l’apathie » (SaintSimon ne l’aime pas)– qui met sur la table une nouvelle et importante perspective d’attente : celle de la dynastie. Il rappelle son père au devoir de défendre les biens de la dynastie et de la famille. Il considère donc l’Empire espagnol comme un héritage familial : « il prenait la liberté de lui demander son héritage puisqu’il était en état de l’accepter ; que la monarchie d’Espagne était le bien de la Reine sa mère, par conséquent le sien ».24 Sûrement touche-t-il ici à un élément fondamental de la pensée politique de LouisXIV qui devait se comprendre comme exécuteur testamentaire de son beau-frère CharlesII.25

À l’issue des conseils le roi décide de ne pas se déclarer en public et d’augmenter ainsi la tension et les attentes 

  • 26 Saint-Simon, Mémoires, op. cit., p. 779.

 « Le Roi conclut sans s’ouvrir : il dit qu’il avait tout bien ouï, et compris tout ce qui avait été dit de part et d’autre, qu’il y avait des grandes raisons des deux cotés, que l’affaire méritait bien de dormir dessus et d’attendre vingt-quatre heures ce qui pourrait venir d’Espagne, et si les Espagnols seraient du même avis que leur roi ».26

24Même si le roi a déjà décidé d’accepter l’héritage du roi d’Espagne lors de ce premier conseil, la question reste ouverte et augmente le suspens à la cour :

  • 27 Ibid., p. 781.

« Dès que la nouvelle devint publique, elle fit la même impression sur toute la cour, et les ministres étrangers percèrent les nuits à conférer et à méditer sur la partie que le Roi prendrait et sur les intérêts de leurs maîtres, et gardaient à l’extérieur un grand silence. Le courtisan ne s’occupait à raisonner, et presque tous allaient à l’acceptation ».27

Comme à Madrid, la « communauté » des ministres étrangers présents à la cour attend avec impatience. La décision du roi touche au cœur de leur devoir : recueillir des informations et les transmettre le plus vite possible par la voie des dépêches.

25Il semble que le roi joue avec l’attente de toute sa cour et se montre également bien conscient de la portée de sa décision, comme nous pouvons le constater lorsqu’il parle avec les princesses :

  • 28 Ibid.

« Je suis sûr, leur répliqua le roi, que, quelque parti que je prenne, beaucoup de gens me condamneront ».28

  • 29 Ibid., p. 782.

26Derrière la non-décision du 6novembre se cache probablement une raison précise. En ce début de novembre la cour se trouve à l’époque à Fontainebleau pour la chasse. Or, LouisXIV considère que le château de François Ier n’offre pas le cadre adéquat pour la mise en scène d’une décision d’une telle ampleur. Ainsi, avant de la prononcer, la cour doit d’abord retourner à Versailles, ce qui a lieu le 15 novembre.29

27Enfin, le matin du 16novembre, dans une mise en scène théâtrale « au sortir de son lever » le roi annonce sa décision en deux étapes. D’abord il déclare accepter le testament devant sa famille, l’ambassadeur espagnol et quelques courtisans. LouisXIV est alors le metteur en scène du destin de l’Europe et l’acteur principal dans cette mise en scène :

  • 30 Ibid., p. 782-783.

« Tout aussitôt après, le Roi fit, contre tout coutume [détail important, S.E.], ouvrir les deux battants de la porte de son cabinet, et commanda à tout le monde qui était là presque en foule d’entrer ; puis, passant majestueusement les yeux sur la nombreuse compagnie : « Messieurs, leur dit-il en montrant le duc d’Anjou, voilà le roi d’Espagne. La naissance l’appelait à cette couronne, le feu roi aussi par son testament ; toute la nation l’a souhaité et me l’a demandé instamment : c’était l’ordre du ciel ; je l’accorde avec plaisir »; et se tournant à son petit-fils : « Soyez bon Espagnol ; c’est présentement votre premier devoir ; mais souvenez-vous que vous êtes né Français, pour entretenir l’union entre les deux nations ; c’est le moyen de les rendre heureuses et de conserver la paix en Europe ».30

  • 31 Ibid., p.783.

28Qui est le destinataire de cette mise en scène ? La cour bien sûr, mais surtout l’empereur LéopoldIer en la personne de son représentant, le comte deSinzendorf, qui est également présent car c’est un mardi, jour des audiences des envoyés chez le roi et chez Torcy. Cependant, Sinzendorf est là pour annoncer la naissance d’un nouveau membre de la famille impériale – ce qui fait partie de ses fonctions habituelles d’ambassadeur. Ainsi, il ne s’attend pas du tout à être présent lors d’un tel événement : « Le roi fit passer le nouveau monarque et l’ambassadeur d’Espagne dans ses arrière-cabinets, puis fit entrer Sinzendorf, qui n’apprit en sortant le fâcheux contretemps dans lequel il était tombé ».31 Comme Harrachà Madrid, Sinzendorf est dupé à Versailles. C’est en cela que le récit de Saint Simon est si évocateur : il dévoile en effet, sans même en être conscient, l’intention poursuivie par LouisXIV avec cette mise en scène : montrer à l’Empereur que c’est le roi de France qui décide du destin de l’héritage de la maison de Habsbourg. Par conséquent, il revendique ainsi l’égalité de rang avec l’Empereur, si non la préséance. C’est à Madrid et à Versailles que les attentes se devaient d’être comblées ou déçues.

29Le 16 novembre 1700 vu par les contemporains

30La décision de LouisXIV met fin à une concurrence entre les dynasties de la maison de Habsbourg d’Espagne et les Valois-Bourbons qui remonte au début du xviesiècle. L’Espagne est « conquise » par le droit dynastique. Ainsi LouisXIV accomplit –pour ainsi dire– le travail commencé par son père. Le fils achève ce qu’avait demandé l’auteur de la Trompette de la Valtoline à LouisXIII :

  • 32 La Trompette de la Valtoline sonné par le Grison blanchy soubs la tyrannie de l’Espagnol, s.l., 162 (...)

« C’est à ce coup qu’il faut remettre les anciennes bornes de ce Royaume, & recueillir les membres separez de c’est Empire […] allez, allez, comme vos valeureux peres, conquerir l’Espagne toute entiere ».32

  • 33 Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. Pierre-Jules de Cosnac et Edouard Po (...)

31Nous avons choisi un récit a posteriori pour décrire ce moment d’attente qui se transforme en un événement d’importance et de dimension mondiale. Pour élargir les perspectives, nous pouvons nous pencher sur les sources contemporaines afin de saisir encore plus précisément l’attente et les aspirations des acteurs. Outre les « mémorialistes », tel que Louis-François Du Bouchet, marquis de Sourches ou Philippe de Courcillon, marquis de Dangeau (le dernier étant la source principale de Saint Simon), nous devons avoir recours aux dépêches des ministres étrangers présents –comme Spanheim– pour comprendre le degré d’attente des contemporains et la manière dont celui-ci est retranscrit dans leur récit. Laissons le dernier mot non à Saint Simon, mais au marquis de Sourches, autre courtisan et témoin de la scène : « Ce fut ce jour-là que se passa dans Versailles la plus grande et la plus extraordinaire scène qui se fût jamais passée dans l’Europe ».33

Top of page

Notes

1  Joël Cornette, Le Roi de guerre. Essai sur la souveraineté dans la France du Grand Siècle, Paris, Payot, 22000.

2  Jean-Pierre Labatut, Louis XIV. Roi de gloire, Paris, Imprimerie Nationale, 1984.

3  Philippe Beaussant, Louis XIV artiste, Paris, Payot, 22005.

4  Lucien Bély, Les Secrets de Louis XIV. Mystères d'État et pouvoir absolu, Paris, Perrin, 2013.

5  Reinhart Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshoritzont – zwei historische Kategorien », in Reinhart Koselleck, Vergangene Zukunft. Zur Semantik vergangener Zeiten, Frankfurt, Suhrkamp, 31984, 349-375.

6  Koselleck, « Erfahrungsraum und Erwartungshoritzont », p. 358 : « Es ist die Spannung zwischen Erfahrung und Erwartung, die jeweils verschiedener Weise neue Lösungen provoziert und insoweit geschichtliche Zeit aus sich hervortreibt ».

7  Voir Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe xviiexviiie siècles, Paris, PUF, 42007, p. 222-230. John A. Lynn, Les Guerres de Louis XIV 1667-1714, Paris, Perrin, 22014, p. 149–153.

8  Pour Lisola, voir Charles-Edouard Levillain, Le Procès de Louis XIV. Une guerre psychologique François-Paul de Lisola. Citoyen du monde, ennemi de la France, Paris, Perrin, 2015.

9  Récente mise en point relatives à ces négociations dans Lucien Bély, Les Secrets de Louis XIV, p. 331-351.

10 Louis XIV, Mémoires pour l’instruction du Dauphin, éd. Pierre Goubert, Paris, Imprimerie Nationale, 1992, p. 256-257.

11  Faute de l’existence d’une biographie moderne, nous renvoyons à  Ludwig Pfandl, Karl II. Das Ende der spanischen Machtstellung in Europa,München, Callwey, 1940.

12  Pour l’histoire de ces guerres, voir. Lucien Bély, Les Relations internationales enEurope, op. cit., et John A. Lynn, Les Guerres de Louis XIV, op. cit.

13 Journal de Dangeau, cité d’après François Bluche, Louis XIV, Paris, Pluriel, 21988, p. 763.

14  Geheimes Staatsarchiv Preußischer Kulturbesitz, Berlin (Archives d’État de Prusse, Berlin, désormais cité : GStA PK), I. Haptabteilung (HA), Rep. 11, Nr. 89, Fasz. 70, fol. 29v.

15  Sur les négociations, voir Lucien Bély, Les Relations internationales en Europe, op. cit., p. 375-381et John A. Lynn, Les Guerres de Louis XIV, op. cit., p. 351-361.

16  GStA PK, I. HA, Rep. 11, Nr. 89, Fasz. 70, fol. 81r–v.

17  Philippe de Courcillon de Dangeau, Journal du marquis de Dangeau. Publié en entier pour la première fois. Avec les additions inédites du duc de Saint-Simon, éd. Feuillet de Conches, Paris, Didot, vol. VII, p. 411.

18 Saint-Simon, Mémoires. Additions au journal de Dangeau, éd. Yves Coirault, Bibliothèque de la Pléiade, Paris, 1983, p. 771-786 (cité Saint-Simon, Mémoires).

19  Sur les Mémoires du duc, voir les études récentes comme celle de Marc Hersant, Le Discours de vérité dans les Mémoires de Saint-Simon, Paris, Honoré Champion, 2009 et deDelphine de Garidel, Poétique de Saint-Simon. Cours et détours du récit historique dans les Mémoires, Paris, Honoré Champion, 2005.

20 Saint-Simon, Mémoires, p. 771.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Ibid., p. 778.

24 Ibid.

25  Voir Herbert H., Rowen, The King’s State. Proprietary Dynasticism in Early Modern France, New Brunswick, Rutgers University Press, 1980.

26 Saint-Simon, Mémoires, op. cit., p. 779.

27 Ibid., p. 781.

28 Ibid.

29 Ibid., p. 782.

30 Ibid., p. 782-783.

31 Ibid., p.783.

32 La Trompette de la Valtoline sonné par le Grison blanchy soubs la tyrannie de l’Espagnol, s.l., 1623, p. 8, 11 ; voir là-dessus Bernd Klesmann, La Trompette de la Valtoline (1623) : Ecrire l’attente à la veille de la guerre franco-espagnole, dans le présent dossier : https://dossiersgrihl.revues.org/6576.

33 Mémoires du Marquis de Sourches sur le règne de Louis XIV, éd. Pierre-Jules de Cosnac et Edouard Pontal, vol. 6, Paris : Hachette, 1886, p. 308.

Top of page

References

Electronic reference

Sven Externbrink, « La fin d’une longue attente. Le 16 Novembre 1700 dans les Mémoires du duc de Saint-Simon », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 23 February 2017, connection on 19 September 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6691 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6691

Top of page

About the author

Sven Externbrink

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org