Navigation – Plan du site

Extase sans savoir et écriture de l’extase (France, xviie siècle)

Clément Duyck

Résumés

Comment l’affirmation d’une extase dépourvue de l’activité de l’intelligence et de la mémoire peut-elle se concilier avec des pratiques d’écriture qui entendent en faire le témoignage ? La configuration ancienne de l’extase sans savoir pose en effet un double problème au moment de l’essor moderne d’une littérature mystique centrée sur l’« expérience » personnelle : elle met en cause d’une part les conditions transcendantales de la connaissance mystique, et d’autre part la possibilité même d’une écriture qui ne s’appuierait pas sur la connaissance de ce dont elle traite. Cet article envisage trois solutions psychologique, lyrique et narrative apportées durant le xviie siècle français au problème de l’extase sans savoir, en insistant sur l’originalité présentée par les solutions littéraires par rapport aux formulations philosophico-théologiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article est la version remaniée d’une communication proposée pour la journée d’études Que savaient-ils ? organisée le 12 janvier 2013 par le Centre d’anthropologie religieuse européenne (EHESS) et le Groupe de recherches interdisciplinaires sur l’histoire du littéraire (EHESS-Sorbonne nouvelle). Elle s’inscrivait dans le cadre de recherches doctorales qui ont abouti en 2015 à une thèse intitulée Poétique de l’extase (France, 1601-1675), à paraître chez Classiques Garnier.

Texte intégral

  • 1  « Extase », « excès » et « ravissement » (raptus) sont considérés au xviie siècle comme des synony (...)
  • 2  2 Cor 12, 2-4.
  • 3  Pseudo-Denys l’Aréopagite, La Théologie mystique, in Œuvres complètes, trad. Maurice de Gandillac, (...)
  • 4  La distinction entre extases intellectuelles et extases affectives s’appuie sur la topique aristot (...)
  • 5  La mystique rhéno-flamande insiste sur le « dépassement des images et des concepts », le « rejet [ (...)

1La question du savoir dans l’extase, l’excès ou le ravissement1 hérite au xviie siècle une tradition dont les premières formulations chrétiennes remontent au ravissement de saint Paul, qui ne savait pas s’il avait été ravi au troisième ciel dans ou hors de son corps2, ou à la Théologie mystique du Pseudo-Denys l’Aréopagite, qui fait de l’extase le moyen d’une connaissance négative de « Celui qui échappe à toute connaissance », quand l’âme a pénétré « dans la Ténèbre véritablement mystique de l’inconnaissance3 ». Les concepts et les images de l’extase dionysienne forment avec le ravissement paulinien des motifs qui traversent l’histoire médiévale et moderne de la spiritualité, contribuant à faire de l’intelligence ou de l’entendement une faculté occupant dans l’extase une place inconfortable, que cette faculté soit dévalorisée au profit des extases de la volonté, siège de l’amour et des affections4, ou qu’elle soit appelée à être dépassée comme tout intermédiaire créé en faveur d’une union directe et essentielle de l’âme avec Dieu, comme on le lit dans la spiritualité abstraite française du début du xviie siècle après les théologiens rhéno-flamands des xive et xvesiècles5.

  • 6  Jacques Le Brun, La Jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge cl (...)
  • 7  La situation d’énonciation de l’écriture mystique féminine amplifie la tension entre savoir et ign (...)

2L’essor moderne d’une littérature mystique qui ordonne l’écriture sur une « expérience » personnelle, auquel participe en France la première publication en français des écrits de Thérèse d’Avila (1601)6, offre dans ce cadre une formulation nouvelle du rapport entre extase et connaissance, qui se voit rabattu sur l’écart entre le savoir supposé par l’acte d’écrire de son extase et l’ignorance dont cette écriture fait état7. De nombreux témoignages de l’extase dans la littérature mystique du xviie siècle français présentent en effet la contradiction suivante : le sujet des extases se dit privé de l’usage de ces facultés de l’âme que sont l’entendement et la mémoire, de sorte qu’il n’est pas en mesure de connaître ce dont il fait l’expérience ; ce sujet ignorant est tout de même capable d’écrire à propos de ses extases. Loin d’esquiver cette contradiction, les auteurs mystiques l’affrontent en réfléchissant aux modalités de l’écriture sans savoir de l’extase. Il en résulte l’invention de solutions dont l’originalité n’est pas tant théologique ou philosophique que littéraire.

Extase et ignorance

  • 8  Par exemple chez l’ursuline Marie de l’Incarnation dans Claude Martin, La Vie de la Vénérable mère (...)
  • 9  La Vie de la Mère Térèse de Jésus, nouvellement traduicte d’espagnol en françoys par I.D.B.P. [Jea (...)

3La référence à une extase sans savoir est un des lieux communs de la littérature mystique du xviie siècle, qui réemploie dans une écriture s’autorisant de l’expérience personnelle de son auteur certaines des figures de l’ignorance qui ont marqué le développement théologique de l’extase. Des écrits autobiographiques font jouer la distinction des « puissances » de l’entendement et de la volonté pour composer des extases sublimes où la première, voire la seconde puissance, n’ont plus de part8. Dans la traité d’oraison qu’elle insère dans sa Vie autobiographique (chapitres XI à XXII), Thérèse d’Avila isole ainsi deux degrés durant lesquels l’entendement cesse d’opérer, l’oraison d’union et l’oraison de ravissement. L’oraison d’union tout d’abord se démarque des degrés précédents en cela qu’« il n’y a que de la joüissance sans cognoissance de ce qu’on joüit9 ». C’est la volonté seule qui opère, tandis que la mémoire et l’entendement sont totalement ou partiellement « suspendus », engendrant une confusion qui se retrouve au niveau de ce qui est décrit comme de la description :

  • 10  Ibid., f. 155 ro.

Toutes les puissances sont icy suspendües de sorte que comme j’ay dict, on ne cognoist aucunement qu’elles operent si on estoit pensant à quelque mistere, la mémoire s’en perd comme si jamais on n’y eust pensé, si on lisoit, on ne s’y arreste point, & ny à aucun souvenir de ce qu’on lisoit. De sorte que lez aisles sont icy bruslees à ce petit papillon de la mémoire, & ne se peut plus remuer, la volonté est celle qui doit estre bien occupee à aimer : mais elle ne sçait comment elle aime. Quand à l’entendement, s’il entend, on ne peut entendre comme il entend, au moins ne peut il comprendre rien de ce qu’il entend : Pour mon regard il me semble pas qu’il entende au moins ne peut il comprendre rien de ce qu’il entend, & je n’entendz pas bien entierement ce que c’est10.

  • 11  Ibid., chap. XX, f. 178 ro-vo.
  • 12  Les conceptions de l’amour de Dieu in Les Œuvres de sainte Thérèse de Jésus […]. Traduictes d'espa (...)
  • 13  Traicté du chasteau, ou Demeures de l'âme, […] nouvellement traduicte [sic] d'espagnol en françoys (...)

De même, le degré suivant dit de ravissement se caractérise par un bref moment de suspension totale des puissances : « on ne sent aucune puissance, & si on ne sçait ce qui se passe là, & cela n’est pour estre entendu en terre cependant que nous vivons11 ». De l’union au ravissement, l’absence d’opération de l’entendement puis de toute puissance, confirmée par Thérèse dans Les conceptions de l’amour de Dieu12 et Le château de l’âme13, creuse dans l’espace autobiographique une contradiction qui engage à la fois l’authenticité et la possibilité du témoignage.

  • 14  Ibid., f. 78 vo.

4Thérèse d’Avila oppose en effet à sa description de l’oraison d’union dans Le Château de l’âme l’objection suivante: « Mais vous me demanderez comment c’est qu’elle [l’âme] la [sic] [Dieu] veu ou entendu, si elle ne void ny entend14 ? » Elle réitère cette objection de façon plus nette encore à propos du ravissement :

  • 15 . Ibid., VI, 4, f. 132 ro.

Ce que j’ay peu entendre en ce cas cy, c’est que l’ame ne fut jamais si esveillee pour les choses de Dieu, ny avec si grande lumiere & cognoissance de sa Majesté. Cela semblera estre impossible, parce que si les puissances sont si perdues & englouties que nous pouvons dire qu’elles sont mortes, & les sens aussi tout de mesme, comment est-ce qu’il se peut entendre qu’on entend ? Ce secret là, je ne le sçay point, ny possible aucune creature, sinonle Createur mesme, non plus que plusieurs autres choses qui se passent en cest estat, je dis en ces deux dernieres Demeures15.

  • 16  Jean Chéron dans son Examen de la théologie mystique : qui fait voir la différence des Lumieres Di (...)

Cette contradiction entre l’affirmation d’une connaissance de Dieu et l’absence d’activité de l’entendement dans l’extase est à son tour soulevée par le carme Jean Chéron dans son très critique Examen de la théologie mystique (1657). Il affirme tout d’abord l’impossibilité philosophique d’un amour sans connaissance, reprenant sur ce point des propositions bien connues remontant à Augustin16. En outre, discutant de cet « attouchement » sans connaissance du Saint-Esprit au sommet de la volonté dont fait état le carme espagnol Juan de Jesús María dans son traité de la Théologie mystique (publié en latin en 1607), Jean Chéron se demande

  • 17  Jean Chéron, op. cit., chap. XXVI, p. 254, cf. p. 255 : « Mais pour suivre l’examen de cét Autheur (...)

[...] comment [les mystiques] sçavent qu’ils l’ont eu, & s’en souviennent s’ils l’ont eu sans aucune connoissance, ce qui est evidemment impossible & contraire à lasouvenance, qui est essentiellement connoissance des choses connuës, ou de la connoissance des choses connuës, de laquelle on est dit se souvenir, parce qu’on l’infere certainement de la connoissance des choses connuës […]17.

Jean Chéron déplace l’objection thérésienne, qui ne porte plus seulement sur la possibilité de connaître « les choses de Dieu » durant les extases, mais sur la capacité des mystiques à se rappeler et à rapporter leurs extases. Cette objection forte lui sert à démontrer l’inanité du socle expérientiel sur lequel repose la théologie mystique : d’où provient en effet ce savoir des extases si l’on n’a pas les moyens de s’en souvenir ? Comment se fait-il que l’on trouve quelque chose à en exprimer ? On retiendra ici deux catégories de réponses apportées à ces questions, les premières psychologiques et les secondes littéraires.

Une solution psychologique

  • 18  Thérèse d’Avila, Traicté du chasteau, op. cit., VI, 1, f. 78 v: « Je ne dis pas qu’elle [l’âme] (...)
  • 19  La Theologie Mystique du venerable Pere Jean de Jesus Maria, General des Carmes déchaussés. Œuvre (...)

5Le premier type de solutions, qui ne sera que brièvement évoqué ici, ne concerne pas directement la capacité du sujet de l’extase à en écrire, mais porte sur les conditions transcendantales d’une connaissance capable de fournir la « certitude qui demeure en l’ame » qu’elle a bien été en présence de Dieu malgré l’absence d’activité de l’entendement18. L’une des solutions adoptées consiste à interpréter la suspension de l’entendement comme une suspension incomplète. Juan de Jesús María, se demandant « comment se peut-il faire que l’entendement cognoisse sans acte, & que la volonté pareillement ayme sans operation19 » dans ce qu’il appelle le ravissement dans l’essence de l’âme, suppose ainsi que les puissances de l’âme continuent tout de même d’agir en sourdine :

  • 20  Ibid., p. 259-260.

[…] la puissance de l’acte ne defaut point entierement en cette obscurité divine, mais […] ce sont lors des actes si tranquilles & si doux, qu’estans comparez à ces actes incitez que ces puissances produisoient un peu auparavant, ils semblent avoir une tres-grande convenance, ou un rapport d’une exacte uniformité avec des paroles prononcées hautement, & d’autres proferées d’un ton fort bas, qui seroit si peu sensible, qu’en parlant selon l’usage de l’observance reguliere, cela pourroit s’appeler silence20.

  • 21  Marcel Lépée, Sainte Thérèse d’Avila. Le réalisme chrétien, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Les (...)

Le « silence » de l’entendement et de la volonté ne serait donc pas un véritable silence, mais plutôt comme un murmure susceptible d’être confondu avec le silence, à la façon dont Marcel Lépée propose de maintenir une activité minimale de la « conscience » pour rendre compte de l’union et du ravissement thérésiens21.

  • 22  Cf. la présentation que Jean Orcibal donne du carme et de l’ambition de sa Suma y compendio dans L (...)
  • 23  Tomás de Jesús, Sommaire et abbregé des degrés de l’oraison mentale par lesquels l’ame monte à la (...)
  • 24  Ibid.

6Une telle interrogation psychologique sur les opérations des puissances de l’âme recouvre au xviie siècle un enjeu doctrinal important. Le carme espagnol Tomás de Jesús, dont le Sommaire et abrégé des degrés de l’oraison mentale (publié en espagnol en 1610, traduit en français en 1612 et 1663) cherche à réduire sous la forme d’une doctrine unifiée les textes épars de Thérèse d’Avila sur l’oraison mentale22, entend démontrer dans le cortège des textes d’avertissements liminaires « Comme la Bien-heureuse Mere n’admet point en ses Livres l’operation de la volonté sans estre accompagnée de la connoissance de l’entendement23 », afin de contredire une interprétation de l’union et du ravissement thérésiens selon laquelle « la joüissance de Dieu consiste au seul estat passif avec lequel l’ame est jointe avec luy24 ». Il distingue pour ce faire, avec le secours de la philosophie, deux « operations de l’entendement » chez Thérèse :

  • 25  Ibid., n. p. Tomás de Jesús propose une autre formulation du problème, résolue en faveur d’une act (...)

[…] la bien-heureuse Mere distingue avec une grande perspicuité ces deux operations en l’entendement, l’une est entendre une chose, & avec cela avoir avertance, & entendre qu’elle l’entend, qui est ce que les Philosophes appellent operation reflêchie de l’entendement. L’autre est entendre, & estre si delecté & si occupé de ce que l’on entend que l’on ne peut avoir d’avertance pour ce que l’on entend. Or la bien-heureuse Mere dit, que lors que l’entendement n’entend pas qu’il entend, c’est lors qu’il se perd, qu’il est suspendu, & qu’il n’opere pas, parce que cet acte que nous appellons reflexe, est celuy qui manque souvent qui est celuy qui se perd en l’union & au ravissement […]25.

  • 26  Somme théologique, Ia, q. 87, art. 3, ad 2, qui distingue deux actes de l’intelligence humaine : « (...)
  • 27  J. Chéron, op. cit., par exemple chap. VIII, p. 88 ; chap. XX, p. 198 sq. ; chap. XXI, p. 204 sq. (...)
  • 28  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’épo (...)
  • 29  Alors que Fénelon dans son Explication des maximes des saints (1697), in Œuvres, éd. J. Le Brun, t (...)

En formulant une telle distinction entre opération réfléchie et non réfléchie de l’entendement, que l’on trouve chez Thomas d’Aquin26, le carme veut parer aux accusations de promotion d’une oraison absolument passive, qui serait contraire à la liberté de l’âme nécessaire à l’accomplissement des œuvres méritoires. C’est d’ailleurs ce que J. Chéron avec d’autres ne manquent pas de le souligner27, dans un contexte français de suspicion grandissante à l’encontre des formes de dévotion extraordinaire valorisant une contemplation passive28. La querelle du quiétisme qui oppose à la fin du siècle Bossuet et Fénelon montre plus largement combien le maintien d’« actes » de l’intelligence dans la « contemplation passive » a pu revêtir un enjeu primordial dans la défense face aux accusations d’une indifférence quiétiste à la pratique des vertus, serait-ce en déployant des raffinements de distinctions entre actes directs et actes réfléchis, actes distincts et actes continus29. Loin d’être périphérique, la question du savoir dans l’oraison occupe un point nodal dans la crise de la théologie mystique au xviie siècle, dont ceux qui se sont souciés de la défendre n’ont pas pu affirmer sans risque la complète disparition.

Une solution lyrique

  • 30  Le Langage et la vie (1913), 3e éd. augmentée, Genève, Droz - Lille, Giard, coll. « Société de pub (...)
  • 31  Jacques François et Dominique Legallois, « Définition et illustration de la notion d’expressivité (...)

7Cette solution psychologique aux implications doctrinales contraste avec les solutions littéraires chargées de rendre possible l’écriture de l’extase. Deux solutions principales sont apportées à la contradiction entre ignorance et écriture, qui ont en commun de déplacer les données du problème au niveau de l’énonciation. La première peut être qualifiée de lyrique : elle consiste en la production d’une parole qui ne porte pas sur l’extase, mais qui provient de l’extase, considérée en tant que phénomène affectif. Cette parole est donc de nature expressive, au sens où Charles Bally définit comme « expressif tout fait de langage associé à une émotion30 ». Désignées de façon déictique et non pas signifiées par la parole31, les émotions extatiques donnent lieu à une énonciation qui n’est pas articulée à une connaissance.

  • 32  Cf. Ct 1, 1 ; 1, 3 ; 2, 4 ; 4, 10 ; 5, 1 ; etc., où le vin sert d’image de l’amour divin ; Ac 2, 1 (...)
  • 33  Notamment chez Jan van Ruusbroec, L’Ornement des nopces spirituelles, Composé par le divin Docteur (...)

8Cette parole de l’extase revêt au xviie siècle deux figures principales, l’ivresse spirituelle et l’inspiration poétique. L’ivresse spirituelle tout d’abord, d’origine biblique32, voit son usage spirituel se développer chez les théologiens rhéno-flamands médiévaux33. Dans la description qu’en donnent Jan van Ruusbroec et Hendrik Herp, l’ivresse spirituelle apparaît comme une extase expressive causée par une infusion de grâce dans l’âme sous la forme d’un flux de volupté d’une telle intensité qu’elle doit être évacuée par des cris, des sauts, des danses, des courses ou des chants, à la louange de Dieu. L’ivresse désigne à proprement parler le débordement de la grâce reçue en excès, selon une situation de communication qui comprend un énonciateur divin, un destinateur humain et un destinataire divin. Des personnages échappés des Fioretti de saint François, le frère Bernard et le frère Massée, servent de modèle à cette extase expressive, comme on peut le lire chez Juan de Jesús María :

  • 34  Juan de Jesús María, op. cit., p. 230-231, d’après H. Herp, op. cit., p. 222-224, qui emprunte ces (...)

Les signes exterieurs de ce divin enyvrement, sont des cantiques, des cris de joye, qui sont les saillies de cette sainte yvresse, des gemissemens, des sons informes tels que proferoit le Frere Massée de la famille de saint François, qui estant épris de cette sainte folie, ou de ce celeste enyvrement ne desgoisoit point d’autre son, que U, U, U, par où il faisoit paroistre la force excessive du contentement divin qu’il sentoit : Il arrive aussi lors des tremblemens de membres, des sauts, des battemens de mains, des impulsions vehementes, des courses, suivant ce qu’on rapporte de Frere Bernard, premier enfant du saint Patriarche, […] qui avoit coustume de courir quelquefois par les montagnes, estant meu & agité par l’esprit34.

  • 35  Cf. les cinq éléments du modèle de la communication du théoricien de l’information Harold D. Lassw (...)

Les formes articulées de l’ivresse spirituelle ne constituent donc qu’une réalisation parmi d’autres possibles sur un spectre expressif large qui comprend aussi bien des manifestations vocales, gestuelles que lyriques ayant pour point commun de référer leur expression à une gamme d’émotions inspirées par la grâce. Envisagée du point de vue verbal, la communication de l’extase semble pouvoir idéalement se réduire à la seule mobilisation de son cadre communicationnel, à savoir l’énonciation par un locuteur ému par la grâce, la destination divine et la fonction épidictique du message, sans qu’importe la réalisation discursive de ce message aux niveaux formel et sémantique, seuls susceptibles d’articuler un savoir35.

9Dans l’ivresse, c’est plutôt la jouissance extatique qui cherche à se communiquer, comme permet de le comprendre ce récit par Thérèse d’Avila d’une énonciation lyrique de l’extase, au chapitre XVI de la Vie :

  • 36  Probablement en référence à la Samaritaine de Jn 4, dont il est aussi question dans Les Conception (...)
  • 37  Vie, op. cit., chap. XVI, f. 135 ro-136 ro.

On dit icy plusieurs parolles en la loüange de Dieu sans aucun ordre, si le mesme Seigneur ne les ordonne : au moins l’entendement n’est icy d’aucune valeur : l’ame voudroit faire des crys en loüanges de Dieu, & est de sorte qu’elle ne peut durer en soy en une inquietude savoureuse & desja les fleurs s’espanissent & commencent à rendre bonne odeur : l’ame voudroit icy que tout le monde la veist & cogneust sa gloire afin de rendre graces à Dieu, & qu’il l’aydast à ce faire, & luy faire part de ce qu’elle joüist, parce qu’elle ne peut elle seule joüir de tant : il semble à ce qui est dict en l’Evangile, qu’elle voudroit appeler ses voysins36, & cela mesme devoit sentir l’esprit admirable du Prophete Royal David, lors qu’il chantoit & touchoit sur la Harpe les loüanges de Dieu. […] O mon Dieu, en quel estat est l’ame lors qu’elle est ainsi, elle voudroit estre reduicte en langues afin de loüer Dieu ; elle dit mille follies sainctes, & toutesfois bien sages, pour donner contentement à celuy qui la tient en tel estat : je cognois quelque personne, à laquelle, encore qu’elle ne fust pas Poëte, il arrivoit de composer sur le champ des vers fort pathethiques, non toutesfois forgez de son entendement, où elle declaroit & faisoit bien cognoistre sa peine, & afin de jouyr avec plus de contentement, de la gloire qu’une si savoureuse peine luy causoit : elle se plaignoit à Dieu d’icelle peine. Elle voudroit que son corps & son ame se peust mettre en pieces, pour monstrer la joye qu’elle sent avec cette peine37.

Les « vers fort pathethiques » que Thérèse finit par composer ne sont pas « forgez de son entendement », comme elle l’explique et l’illustre à travers la thématique de la sainte folie, mais relèvent d’un mode expressif dont le désordre se soutient par la référence à une situation affective de deux états mêlés, la « joye » et la « peine », elles-mêmes révélatrices d’un ordre divin. Ainsi les « mille follies sainctes » que la carmélite prononce, conséquence du retrait de l’entendement hors de l’énonciation de la louange, recouvrent-elles une sagesse cachée, si ce n’est à celle qui l’énonce et « à celuy qui la tient en tel estat ». La valeur de cette louange ne tient donc pas tant à ce que cette parole signifie qu’à ce qu’elle est capable de « monstrer », de manière expressive. Si les vers de Thérèse semblent à même de faire « bien cognoistre sa peine », ils relèvent seulement d’un compromis entre les émotions et la parole articulée qui ne suffit pas à mettre un terme au désir irrépressible de communication de ces émotions, serait-ce au prix de « mettre en pieces » « son corps & son ame ».

  • 38  Notamment quand J.-J. Surin raconte comment les « transports […] de la joie et de la folie le port (...)
  • 39  Ibid., p. 313.
  • 40  Claude Martin, op. cit., p. 51, d’après la relation autobiographique de 1633 : « J’avois une si gr (...)
  • 41  Claude Martin insère par exemple dans le récit de la Vie les « mouvemens de [la] passion » que sa (...)

10L’ivresse spirituelle constitue ainsi, au xviie siècle, un mode et un modèle de communication de l’extase, que l’on trouve par exemple mobilisé dans l’autobiographie du jésuite Jean-Joseph Surin38, animé qu’il était d’un « esprit de cantiques39 », ou encore dans la Vie de l’ursuline Marie de l’Incarnation, qui fait à son tour de la solution d’un devenir-poète occasionnel une soupape qui diminue, par « évaporation », une « vivacité interieure » dont la trop grande intensité la fait mécaniquement « souffrir40 ». La « vivacité intérieure » fait marcher, sauter, chanter les louanges et enfin écrire les « passions amoureuses ». Marie de l’Incarnation et Jean-Joseph Surin dessinent après Thérèse d’Avila une voie lyrique de l’extase, qui va de l’émotion à l’écriture, et qui est susceptible d’altérer ou de briser la continuité du récit par des énoncés au présent d’énonciation qui font entendre soudainement cette parole de la déraison amoureuse41.

  • 42  Cf. Perrine Galand-Hallyn, Fernand Hallyn et Jean Lecointe, « L’inspiration poétique au quattrocen (...)
  • 43  Clément Duyck, « De la physique de l’inspiration à la poétique de l’extase (France, xviie siècle)  (...)
  • 44  Claude Hopil, Les Œuvres chrestiennes de Claude Hopil, Parisien, Lyon, Thibault Ancelin, 1604, « E (...)
  • 45  Ibid., f. 3 ro-vo.
  • 46  Ibid., « Discours de la poesie », f. 6 ro.
  • 47  Ibid., « Epistre », f. 4 vo.
  • 48  Pour une analyse de ces mêmes passages des Œuvres chrestiennes de 1604, qui compare, mais pour les (...)

11La seconde figure revêtue par cette écriture lyrique de l’extase au xviie siècle affirme une prétention littéraire plus grande que l’ivresse spirituelle, puisqu’elle est fournie par la conception néo-platonicienne de l’inspiration, dont on connaît le succès à la Renaissance avec la poésie de la Pléiade42. Le furor néo-platonicien est en effet acclimaté au début du xviie siècle dans une poésie explicitement chrétienne qui prétend faire de l’extase l’expérience originaire de l’énonciation poétique43. Le poète Claude Hopil convoque par exemple à travers l’extase les fureurs poétiques et prophétiques du Phèdre de Platon dans l’épître dédicatoire de ses Œuvres chrestiennes de 1604 : « Le Poëte Extazé en ses plus ardantes conceptions, & ravy en ses plus belles Idées, escrit des choses merveilleuses, & son esprit, comme transporté de soy, eslance mesme son vol devers l’advenir, imperceptible à tout jugement bien rassis44. » Le poète réfère à son tour l’écriture poétique de son recueil à une telle extase furieuse : « Lors que j’escrivoy ces vers sacrez, j’estois transporté hors de moy-mesme, aussi n’en suis-je pas l’autheur, mais le seul organe, Dieu me les ayant inspirez en l’ame pour les produire en faveur de sa gloire45. » Devenu simple « organe de Dieu », le poète met l’énonciation poétique sur le compte d’une énonciation divine qui est désignée comme la source de sa propre parole. Il peut alors faire valoir sa poésie comme relevant d’un « art sans art46 » partagé entre un « sujet immense, qui comble d’admiration » le poète ravi en extase, et le « style rude, mal poly, imparfait47 » par lequel il s’efforce de transcrire cette matière inspirée par un Esprit quasi dictateur48.

  • 49  Par exemple dans Cl. Hopil, Les Doux Vols de l’âme amoureuse de Jésus (1629), Grenoble, Jérôme Mil (...)

12Si dans le recueil de 1604 l’inspiration se veut encore une theoria des mystères divins qui suppose l’activité de l’entendement, elle survient dans la production de 1627-1629 de Claude Hopil sous la forme d’une « blessure49 » ou d’un « excès d’amour » tels que le locuteur peut dire :

  • 50  Cl. Hopil, Les Doux Vols de l’âme amoureuse de Jésus, op. cit., Cantique VII (« Extase d’Amour »), (...)

Ce n’est pas moi qui parle, & ris, & chante encore,
Ce n’est pas moi qui vis, c’est le Dieu que j’adore
Qui cause ces effets dans mon cœur son séjour
__________ Par un excès d’amour50.

  • 51  Ibid., Cantique XVI (« des Montagnes »), p. 68. Cf. Cl. Duyck, « Les allégories dans les Œuvres ch (...)
  • 52  Cf. du point de vue sémantique la mise en lumière du processus de la constitution d’un sens « myst (...)

L’excès ou l’extase forme un appareil de communication de la grâce divine au locuteur à travers l’interface du « cœur ». Ils permettent de pallier l’ignorance du Dieu caché dans laquelle se trouve le locuteur en lui substituant une évidence affective transmise par cette interface : « Je ne sais pas que c’est que de voir l’amour même, / Mais mon cœur est pâmé dans l’extase suprême / Au sein de Jésus-Christ51. » La grâce est inspirée comme une expérience exclusivement affective, que le poète tente d’inscrire dans l’énoncé au moyen des figures rhétoriques de la véhémence ou d’interventions métapoétiques qui signalent la discordance entre la qualité de l’émotion inspirée et l’insuffisance de la langue pour la dire. Ces interventions engagent alors le poète à un travail poétique sur les limites sémantiques et syntaxiques de la langue qui oblige le lecteur à un effort d’interprétation pour suppléer à la signification défaillante par la postulation d’un sens caché52.

  • 53  On mentionnera à titre indicatif l’œuvre de poètes comme André Mage de Fiefmelin, Pierre de Croix (...)
  • 54  Cf. Jean-Charles Monferran, L’école des Muses. Les arts poétiques français à la Renaissance (1548- (...)
  • 55  Cf. la notion de « crise du lyrisme » appliquée à La Fontaine par Jean-Charles Darmon, Philosophie (...)

13L’examen de cette nouvelle forme d’inspiration extatique pourrait être poursuivi dans un corpus relativement large de poésie chrétienne française du xviie siècle, et d’ailleurs assez peu exploré sous cet aspect, depuis les premiers recueils de Claude Hopil (1603-1604) jusqu’à la poésie de Madame Guyon au début du xviiie siècle53, à une époque où les historiens de la littérature évoquent volontiers, depuis le tournant malherbien et la publication de l’Académie de l’art poétique de Pierre de Deimier (1610), une valorisation nouvelle de l’« art » au détriment de l’« inspiration », que celle-ci soit à mettre sur le compte du divin, du « génie » ou de la « nature » du poète54. La référence à une « expérience » mystique semble pourtant en mesure d’inspirer une puissance d’énonciation enthousiaste que les fictions fatiguées du Parnasse ne sont plus à même de fournir dans la poésie profane55.

Une solution narrative

  • 56  Vie, op. cit., chap. XVIII, f. 151 ro-vo.

14La seconde solution permettant de pallier l’ignorance de l’extase est proprement narrative : Dieu prend en charge le savoir défaillant du narrateur en devenant le véritable auteur du récit. Thérèse d’Avila s’étonne par exemple d’avoir pu écrire d’une oraison d’union dont il lui « sembloit impossible de sçavoir dire aucune chose, non plus que parler Grec56 ». Mais après avoir communié, elle peut constater que Dieu lui a fait la grâce suivante :

  • 57  Ibid., f. 151 vo.

Dieu esclaircit & illumina mon entendement, une fois par parolles, une autresfois me mettant au devant ainsi que je le devois dire, de sorte que comme sa majesté feit en la derniere oraison, il semble qu’elle vueille dire, ce que je ne puis & ne sçaurois dire57.

L’ignorance de la narratrice, qui renvoie ici à son incompétence dans la matière théologique dont elle traite, est surmontée par un savoir infus au moment où elle entreprend l’exposition écrite de sa méthode d’oraison.

  • 58  Le manuscrit anonyme et non autographe de ces relations date de la deuxième moitié du xviie siècle (...)
  • 59  Cf. M. Lépée, op. cit., p. 421-481.
  • 60  Cl. Moine, op. cit., 1re relation, p. 144.
  • 61  Ibid., 3e relation, p. 347 : « Cette présence de Dieu efface si fort tous les autres objets de mon (...)
  • 62  Ibid., 1re relation, p. 131 : « [Cette connaissance de mon néant] m’a été donnée si forte que même (...)
  • 63  Ibid., p. 111 : « Dieu m’a ôté la connaissance de la conduite qu’il a tenue sur moi, avec celle de (...)

15Ce procédé apparaît dans toute son ampleur narrative dans les quatre relations spirituelles de Claudine Moine, qu’elle écrivit à Paris dans les années 1650 à la demande de son directeur spirituel58. Cette modeste couturière y fait le récit d’une vie passée dans une extase invisible et continue qui se confond avec la durée même de son existence. Elle reconduit par là le modèle du mariage spirituel, exposé par Thérèse d’Avila dans les septièmes et dernières demeures de son Château de l’âme, où la « présence » habituelle et continue de Dieu dans le « centre de l’âme » joint les bénéfices spirituels de l’oraison de ravissement avec les exigences de la vie active59. Claudine Moine fait elle-même état d’une semblable « impression » de « Dieu dans l’âme » : « La présence du Dieu visible et sensible m’a été changée en une impression que j’ai de Dieu dans l’âme, qui la remplit et l’occupe tellement que rien autre chose n’y peut entrer, qui me recueille et fait être en grand respect en tout temps, en tout lieu et en toute rencontre60. » Mais en devenant le seul objet du récit, cette « impression » intime et continue de Dieu dans l’âme produit l’effacement du monde61 et du personnage de Claudine Moine62 par une ignorance si profonde, que la connaissance même de cette « impression » divine finit par se dissiper, la laissant dans une solitude et un abandon radicaux63.

  • 64  Ibid., 2e relation, p. 291.

Devenue un état absolu et permanent, l’ignorance extatique dans laquelle la narratrice se trouve d’elle-même, de Dieu et de toutes choses entame les conditions de possibilité du récit que son directeur lui a ordonné de faire. Il lui faut pour ce faire invoquer le « secours » de la « grâce » divine, comme c’est le cas à la fin de la deuxième relation : « […] je vous demande de nouveau votre aide et le secours de votre sainte grâce, afin que je puisse dire ce que je n’entends pas, que je puisse dire ce que je vois et expérimente, et que je ne comprends pas64. » Dieu répond favorablement à la demande de Claudine Moine par l’infusion d’un « rayon de lumière » qui guide l’écriture en suppléant à son ignorance :

  • 65  Ibid.

Mais je ne voyais rien distinctement et ne savais presque par où commencer, n’ayant rien d’ordonné dans l’esprit. Mais résolue simplement à l’obéissance, je me mis à écrire et Notre-Seigneur m’a donné dès le commencement, jusqu’à la fin, un rayon de lumière qui, non seulement m’a fait voir les choses extérieures et sensibles clairement et nettement, mais encore les affections intérieures, que j’ai été obligée d’écrire en beaucoup d’endroits, pour n’avoir pas eu d’autres ouvertures à déclarer mes sentiments et ma disposition et qui, toutes, sont dans les mêmes paroles dont je me servais […]65.

  • 66  Cf. ibid. : « Et quelquefois je me suis mise à écrire, tâchant de me souvenir moi-même des choses. (...)
  • 67  Ibid.

Fait remarquable, une telle infusion du savoir dans l’acte d’écrire de son extase n’ouvre pas à une plus claire connaissance de soi. Le « rayon de lumière » permet certes à Cl. Moine d’accomplir ce à quoi sa propre mémoire ne suffit pas66, mais cette opération ne relève pas d’une entreprise d’identification entre le personnage de l’histoire et la narratrice : « À mesure que je les ai eu marquées sur le papier, elles [les paroles] se sont effacées de mon esprit, ne faisant pas plus d’impression que si ce n’était pas dans moi que ces choses se fussent passées ou que je ne les eusse pas faites67. » La durée du savoir coïncide exactement avec celle de l’écriture qui, une fois achevée, ne permet plus à Cl. Moine de se reconnaître comme le sujet d’une histoire qui s’est racontée comme « si ce n’était pas dans moi que ces choses se fussent passées ou que je ne les eusse pas faites ». De la même façon, la tertiaire minime Madeleine Vigneron (1628-1667), dont les écrits autobiographiques sont publiés en 1679, s’étonnait d’un tel décrochage entre le savoir produit par l’écriture et l’ignorance effective dans laquelle elle se trouve de ce que son écrit sur son enfance lui raconte :

  • 68  Madeleine Vigneron, Vie et conduite spirituelle de la damoiselle Madelène Vigneron, sœur du Tiers- (...)

[…] ma mémoire ne me represente nullement une infinité de choses que je trouve ici couchées, quoy tant & tant d’operations si rares & si interieures, & dans un si bas age ! qui est-ce qui n’aura peine à le croire ; pour moy je confesse n’en avoir aucune connoissance que celle qui m’en est donnée par ces écrits : c’est pourquoy si le tout est veritable, je dois certainement trembler de crainte d’avoir été si infidelle après avoir reçû tant de graces68.

16À cette disjonction entre le personnage et la narratrice s’ajoute, dans les écrits de Claudine Moine, une incertitude qui pèse sur l’instance narratrice elle-même, qui ne se donne à voir que comme un canal singulièrement absent à lui-même dans l’acte de raconter. Les « paroles » qui s’écoulent du « rayon de lumière » vers le « papier » transitent en effet par la narratrice sans lui laisser d’« impression » patente, puisqu’« elles se sont effacées de [son] esprit ». La conclusion métatextuelle de la quatrième relation fait encore intervenir le « rayon » de cette lumière infuse qui a rendu possible la narration, sans que la narratrice soit capable d’attester de la réalité de celle-ci :

  • 69  Cl. Moine, op. cit., 4e relation, p. 453.

[…] un rayon de clarté m’a conduite peu à peu, et lequel ne me servait point pour me faire réfléchir sur les choses dites, desquelles incontinent je perdais le souvenir, mais seulement celles qui me restaient, et qui m’étaient à moi-même inconnues et cachées, comme elles sont maintenant, tout de même que si elles n’avaient point passé par mon esprit69.

  • 70  Ibid.

Le « rayon de clarté » produit une écriture sans savoir et un savoir sans écriture : d’une part, il permet l’énonciation par écrit de « choses dites » mais aussitôt oubliées ; d’autre part, il fournit à la narratrice une intelligence réflexive sur ces énigmatiques « choses qui me restaient », contemporaines à la narration, qui n’ont cependant fait l’objet d’aucune énonciation. Dans le présent de l’énonciation métatextuelle, ce savoir a disparu : ces « choses » non dites sont « maintenant » « inconnues et cachées » à celle-là même qui les a sues. Tout le savoir de la narration s’est donc perdu. L’hypothèse avancée que ces « choses » n’ont pas « passé par [l’]esprit » de celle qui les a sues sans les raconter, pas plus que par l’esprit de celle qui les a racontées sans les savoir, contribue à renforcer ce dispositif d’exclusion mutuelle entre savoir et narration. Selon ce dispositif, l’écrit s’est fait le seul dépositaire d’un savoir que la narratrice n’est pas capable de reconnaître, quoiqu’elle la concerne, ce qui tend à faire du sujet racontant et raconté une fiction dont le rayon de clarté serait le véritable auteur. Ce ne peut donc être à Claudine Moine d’attester de la réalité de la « conduite » que Dieu a tenue sur elle, mais, comme pour Madeleine Vigneron, c’est à ses écrits : « Ces écrits en sont de bonnes preuves70 », écrit-elle des effets que Jésus produit en elle à travers son confesseur, tandis qu’elle reste pour sa part comme étrangère à ce qu’elle raconte.

  • 71  J. Le Brun, « Refus de l’extase et assomption de l’écriture dans la mystique moderne », Savoirs et (...)
  • 72  Ibid., p. 43.
  • 73  François de Sales, Traité de l’amour de Dieu, op. cit., liv. VII, chap. VI, p. 681-684, qui après (...)
  • 74  Phénomène historique mis par ailleurs en lumière par S. Houdard, « Des fausses saintes aux spiritu (...)
  • 75  Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, coll. « Points », 1996, p. 27-35.
  • 76  Le contrat spirituel que le personnage de Claudine Moine scelle avec Dieu dans la 1re relation, op (...)

17Cette solution narrative apportée au problème de l’écriture de l’extase relève de ce que Jacques Le Brun qualifiait, à propos de Madame Guyon écrivant ses Torrents et ses Explications de la Bible, d’« écriture comme extase et évidement du moi71 » : « Si l’extase ne peut être ni vue, ni observée dans l’ordre des sens ou de la pensée, elle ne pourra qu’être “écrite” en une écriture qui ne dira pas la sortie de soi mais qui sera sortie de soi72. » La réalisation de l’extase dans l’écriture apparaît en effet comme le prolongement du devenir-invisible de l’extase au cours de la période moderne. Entériné par l’invention du mariage spirituel thérésien et les extases de vie et d’action de la dévotion civile73, cette évolution permet à l’extase de se conformer à un mouvement général de méfiance à l’égard des formes spectaculaires de dévotion, remarqué par J. Le Brun dans le même texte74. Dans le cas de Claudine Moine, antérieur aux inspirations guyoniennes, comme d’ailleurs dans celui de Thérèse d’Avila que j’ai évoqué plus haut, l’extase narrative fournit le moyen de contourner le problème de l’ignorance en permettant une écriture qui fasse l’économie du savoir de la narration sur son propre récit au profit d’une illumination divine qui assume seule ce savoir. À rebours du célèbre « pacte autobiographique » mis en évidence par Philippe Lejeune, qui signale chez Rousseau la naissance de l’autobiographie contemporaine par la position contractuelle de l’identité du personnage, du narrateur et de l’auteur75, le « rayon de clarté » n’autorise, chez Claudine Moine ou chez Madeleine Vigneron, aucune identification entre ces trois instances, l’auteur n’étant pas capable de se reconnaître comme la narratrice d’un récit qu’elle a fait en ignorant l’histoire dont elle a été le personnage76. L’illumination divine joue ainsi le rôle d’un facteur configurant le récit comme lieu d’un savoir de l’extase au prix d’une décomposition extatique de ses instances, que l’ignorance a rendues étrangères les unes aux autres.


*

18Les deux solutions lyrique et narrative au problème de l’extase sans savoir ont pour originalité de ne pas résoudre la contradiction entre ignorance et écriture mais de la creuser : à la différence de la solution psychologique qui consiste à faire de l’extatique le sujet d’un savoir qui s’ignore, les solutions littéraires ne demandent pas au locuteur extatique d’être un tel sujet. Au contraire, ce locuteur se trouve grâce à elles en mesure d’assumer jusqu’au bout son ignorance, en rejetant la responsabilité du savoir dont l’écriture témoigne sur un sujet divin qui est désigné comme le véritable auteur de ces écrits. Cet auteur se fait entendre selon deux modalités génériques qui reconduisent la partition classique entre extase de la volonté et extase de l’entendement : à travers un complexe d’émotions inspirées que l’énonciation s’efforce d’articuler de manière expressive, ou comme une illumination qui rend possible un récit surmontant l’ignorance de ses acteurs. Ainsi reconfiguré, le problème de l’extase sans savoir surmonte ses contradictions théologiques et psychologiques pour devenir un problème littéraire, dont la solution réside dans l’invention de formes nouvelles d’énonciation.

Haut de page

Notes

1  « Extase », « excès » et « ravissement » (raptus) sont considérés au xviie siècle comme des synonymes, à quelques nuances près. « Extase » dérive du grec ἔκστασις, « excès » du latin excessus qui en est l’équivalent le plus courant dans la tradition scripturaire et patristique latine, en concurrence avec la translittération ecstasis ou extasis. La distinction la plus couramment reçue entre extase et ravissement est fournie par Thomas d’Aquin dans sa Somme théologique, IIa IIae, q. 175, art. 1, resp. 1 et art. 2, ad 1, qui fait d’extasis le genre et de raptus l’espèce, le ravissement ajoutant la violence à l’extase la violence et relevant par conséquent d’un principe extérieur à l’inclination naturelle de l’homme. Thomas insiste toutefois dans les Questions disputées. De Veritate, t. I, trad. André Aniorté, Le Barroux, Sainte-Madeleine, 2011, q. 13, art. 2, ad 9, p. 1150, sur la synonymie d’excessus, extasis et raptus : « À ce que l’on demandait en dernier lieu, il faut répondre que l’excès de l’esprit, l’extase et le ravissement, tout cela revêt le même sens dans les Écritures, et signifie une certaine élévation depuis les sensibles extérieurs, auxquels nous nous appliquons naturellement, vers des choses qui sont au-dessus de l’homme. » (« Ad id quod ultimo quaerebatur, dicendum, quod excessus mentis, extasis, et raptus, omnia in Scripturis pro eodem accipiuntur ; et significant elevationem quamdam ab exterioribus sensibilibus, quibus naturaliter intendimus ad aliqua quae sunt supra hominem. ») (Je modifie quelque peu la traduction d’A. Aniorté.)

2  2 Cor 12, 2-4.

3  Pseudo-Denys l’Aréopagite, La Théologie mystique, in Œuvres complètes, trad. Maurice de Gandillac, Paris, Aubier, coll. « Bibliothèque philosophique », 1980, chap. I, § 3, p. 179.

4  La distinction entre extases intellectuelles et extases affectives s’appuie sur la topique aristotélico-thomiste de l’âme, qui la partage en deux puissances principales, l’intelligence et l’entendement, d’après lesquelles on distingue deux sortes d’extases correspondant à la puissance attirée hors de son inclination naturelle vers les réalités divines, comme l’explique Thomas d’Aquin dans la Somme théologique, Ia IIae, q. 28, art. 3 (« Utrum extasis sit effectus amoris »), et IIa IIae, q. 175 (« De raptu »), en particulier dans l’art. 2. La valorisation moderne de l’extase affective sur l’extase intellectuelle se nourrit des références au principe amoureux de l’extase chez le Pseudo-Denys (Les Noms divins, chap. IV, § 13 : « Est extasim faciens divinus amor », « amor Ecstasim facit », « Divinus amor, ecstasin facit », etc., selon les traductions latines du Pseudo-Denys utilisées par les commentateurs, dont le plus cité est Thomas d’Aquin, De Veritate, loc. cit.), aux propos pauliniens sur la charité (1 Cor 13) et à la tradition médiévale de la mystique affective qui avec Bernard de Clairvaux et Bonaventure accorde à l’extase une place éminente, comme on peut par exemple le lire chez Bonaventure, qui fait de « l’excès mystique de l’esprit où l’intelligence se tient en repos, tandis que l’affection passe toute entière en Dieu » (« De excessu mentali et mystico, in quo requies datur intellectui, affectu totaliter in Deum per excessum transeunte »), l’objet propre et le but de la théologie mystique (Itinéraire de l’esprit vers Dieu, Paris, Vrin, coll. « Bibliothèque des textes philosophiques », 1994, titre du chap. VII, p. 101). La promotion de l’extase de la volonté bénéficie aussi, de manière négative, de la méfiance suscitée par les extases de l’intelligence ou de l’entendement, dont des collections d’anecdotes rappellent les usages païens, philosophiques, voire diaboliques. François de Sales, dans son Traité de l’amour de Dieu (1616) in Œuvres, éd. André Ravier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1969., liv. VII, chap. 6, p. 681, illustre par exemple l’extase de l’entendement par le cas de ces « philosophes […] [qui] ont reconnu certaines espèces d’extases naturelles faites par la véhémente application de l’esprit à la considération des choses plus relevées », pour mettre ensuite en garde contre les tromperies du diable, qui sait « se transformer en esprit de lumière ». On peut reconnaître ici une allusion aux extases de Socrate rapportées dans Platon, Le Banquet, 175 A-B et 220 C-D.

5  La mystique rhéno-flamande insiste sur le « dépassement des images et des concepts », le « rejet […] de la conscience réflexive », pour atteindre grâce et par la volonté une union déiforme dans le « fond » de l’âme sans connaissance distincte (M. de Gandillac, « Tradition et développement de la mystique rhénane. Eckart, Tauler, Seuse » in Mélanges de sciences religieuses, vol. 3, n° 1, 1946, p. 76, cf. Louis Cognet, Introduction aux mystiques rhéno-flamands, Tournai, Desclée, 1968). Héritière de ces conceptions nordiques, la « spiritualité abstraite », que L. Cognet caractérise par l’« extinction volontaire de toute activité notionnelle, pour atteindre l’essence divine directement, en dépassant tout intermédiaire créé » (Histoire de la spiritualité chrétienne, t. IV. L’essor de la spiritualité moderne. 1500-1650, Paris, Cerf, coll. « Bibliothèque du Cerf », 2011,p. 244), fait de l’extase une participation essentielle à la volonté de Dieu, opérée par un « trait » qui tire passivement l’âme hors de ses capacités humaines, comme chez. Benoît de Canfield, La Règle de perfection. The Rule of Perfection (1609), éd. Jean Orcibal, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque des hautes études sciences religieuses », 1982, III, 8, p. 376, où l’adverbe « extatiquement » se réfère à un processus d’abstraction de l’âme humaine, un « moyen » qui « opère nuement, extatiquement, et supernaturellement […] quand l’âme est tirée hors d’elle par la force du susdit actuel trait de la volonté de Dieu ».

6  Jacques Le Brun, La Jouissance et le trouble. Recherches sur la littérature chrétienne de l’âge classique, Genève, Droz, coll. « Titre courant », 2004, chap. II (« Expérience religieuse et expérience littéraire »), p. 46-49 ; Alphonse Vermeleyn, Sainte Thérèse en France au xviie siècle. 1600-1660, Louvain, Bibliothèque de l’université bureau du recueil - Publications de l’université de Louvain, 1958.

7  La situation d’énonciation de l’écriture mystique féminine amplifie la tension entre savoir et ignorance en opposant, de manière courante, un destinateur représenté par une figure d’autorité masculine (en général le directeur spirituel) qui commande à l’auteur féminin d’écrire de sa vie spirituelle, et la revendication topique par cet auteur de son incompétence, qui s’avoue incapable, en raison d’une ignorance propre à sa condition de femme, de mener à bien le projet qui lui est commandé, comme cela a été montré à propos de Thérèse d’Avila par Alison Weber, Teresa of Avila and the Rhetoric of Feminity, Princeton, Princeton University Press, 1990, en particulier le chap. 2, p. 42-76, sur la « rhétorique de l’humilité » dans la Vie, et Hélène Trépanier, « L’incompétence de Thérèse d’Avila. Analyse de la rhétorique mystique du Château intérieur (1577) », Études littéraires, vol. 27, n° 2, 1994, p. 53-66.

8  Par exemple chez l’ursuline Marie de l’Incarnation dans Claude Martin, La Vie de la Vénérable mère Marie de l’Incarnation […], Paris, Loüis Billaine, 1677 (relation autobiographique de 1654), p. 647-648 : « Alors la volonté, qui pour avoir été ravie en Dieu & qui par ce moyen joüit de ces embrassemens, n’ayant plus besoin de l’entendement pour luy fournir dequoy fomenter son feu […], elle demeure comme une Reine qui joüit de son divin Epoux dans des privautez dont les Seraphins pouroient mieux parler par leurs langues de feu que la creature par une langue de chair, incapable de porter l’expression d’une chose si haute & si sublime. » Claudine Moine, La Couturière mystique de Paris. Relation spirituelle, Paris, Téqui, 1981,4e relation (vers 1655), p. 398-399 : « Tout cela s’opère de Dieu dans l’âme, sans qu’elle sache ce qu’il fait, parce que l’entendement (où réside la connaissance) n’est point employé à cet ouvrage. Elle suit et consent à tous ces mouvements, sans savoir ce que l’on fait ni où on la mène. » Élisabeth de l’Enfant-Jésus dans La vie de la vénérable Mère Elizabeth de l'Enfant Jésus religieuse de l'Ordre de Saint Dominique au monastère de S. Thomas d'Aquin à Paris, Paris, Sébastien Mabre-Cramoisy, 1680, p. 341 : « l’ame se trouve toute abismée en Dieu, & si fort penetrée de sa divine essence, qu’elle ne sçait proprement plus ce qu’elle fait, ni ce qu’elle devient, toutes ses facultez perdant leurs propres operations. » Etc.

9  La Vie de la Mère Térèse de Jésus, nouvellement traduicte d’espagnol en françoys par I.D.B.P. [Jean de Brétigny, prêtre] et L.P.C.D.B. [Les Pères chartreux de Bourgfontaine], Paris, Guillaume de la Noüe, 1601, chap. XVIII, f. 147 ro.

10  Ibid., f. 155 ro.

11  Ibid., chap. XX, f. 178 ro-vo.

12  Les conceptions de l’amour de Dieu in Les Œuvres de sainte Thérèse de Jésus […]. Traduictes d'espagnol en françois par le R.P. Elisée de Saint-Bernard, Paris, Michel Sonnius, 1630, t. 2, chap. VI (« Du fort amour, des suspensions, & ravissemens. Ausquels, l’ame croyant qu’elle ne fait rien, (sans sçavoir comment, ny de quelle façon) Dieu ordonne la charité, luy donnant des vertus heroïques, avec un grand advancement d’esprit »), p. 485 : « […] toutes les puissances estans mortes ou endormies, l’amour demeure vif, & que sans entendre comme il opere, sa divine Majesté ordonne qu’il opere si admirablement, qu’elle devienne une mesme chose avec le Seigneur de l’amour, qui est Dieu, avec une grande netteté & pureté : dautant que rien ne l’empesche, ny sens, ny entendement, ny mémoire, la seule volonté s’entend. » Cf. p. 487-488.

13  Traicté du chasteau, ou Demeures de l'âme, […] nouvellement traduicte [sic] d'espagnol en françoys par I. D. B. P. et L. P. C. D. B., Paris, Guillaume de la Noüe, 1601, V, 1, f. 74 r: « l’ame vrayement demeure comme sans sentiment, pendant ce peu de temps que dure l’union, luy estant impossible de penser à aucune chose, encore qu’elle le voulust » ; ibid., f. 78 r: « vous voyez des-ja ceste ame (car Dieu l’a renduë toute simple & idiote pour mieux imprimer en elle la vraye sapience) qu’elle ne void, ny oit, ny entend, pendant le temps qu’elle est ainsi, lequel est tousjours fort brief, voire mesme il luy semble à elle, plus brief qu’il n’est pas de faict » ; etc.

14  Ibid., f. 78 vo.

15 . Ibid., VI, 4, f. 132 ro.

16  Jean Chéron dans son Examen de la théologie mystique : qui fait voir la différence des Lumieres Divines de celles qui ne le sont pas, & du vray, assuré & catholique chemin de la Perfection, de celuy qui est parsemé de dangers, & infecté d’illusions […], Paris, Edme Couterot, 1657, chap. VI, p. 76-79, cite les mystiques qui « assurent, qu’ils ont l’experience qu’on peut aymer quelqu’un sans penser à luy, & sans sçavoir ce qu’on ayme » (p. 76), parmi lesquels il range les jésuites Diego Alvarez de Paz et Maximilianus Sandaeus, contredits en cela par des autorités aussi variées qu’Aristote, Thomas d’Aquin, Bonaventure, voire par certains des « Mystiques » contemporains qu’il combat (comme le carme espagnol Juan de Jesús María et le capucin Constantin de Barbanson), et surtout par l’autorité d’Augustin, probablement la plus alléguée au xviie siècle sur le sujet, qui dans sa Trinité « prononce absolument, qu’il est impossible que la volonté se porte à ce qui est inconnu » (p. 79). CfAugustin, La Trinité, trad. M. Mellet, Th. Camelot et P. Agaësse, Paris, Institut d’études augustiniennes, coll. « Bibliothèque augustinienne », 1991, vol. 2, liv. VIII, IV, 6 et liv. X, II, 4, repris par Thomas d’Aquin, Somme théologique, Ia IIae, q. 3, art. 4, ad 4 : « on n’aime que ce qui est déjà connu » (« non enim diligitur nisi cognitum »).

17  Jean Chéron, op. cit., chap. XXVI, p. 254, cf. p. 255 : « Mais pour suivre l’examen de cét Autheur, ce qu’il adjouste que de cét attouchement suit une secrette union ; je demande à qui elle est secrette ? si c’est aux autres qui ne voyent pas l’interieur. Il en est de mesme de tout ce qui se passe en l’interieur, & elle n’est pas plus secrette que le reste : c’est donc vouloir sembler dire quelque chose de particulier, lors qu’on ne dit rien de tel : Si c’est à l’ame mesme que cette union est secrette, qu’en sçait-elle donc ? & comment sçait-on que de cét attouchement suit une union secrette ? & en quoy est-ce qu’elle consiste ? car je ne vois pas qu’on se puisse unir à Dieu que par une simple connoissance & une affective. »

18  Thérèse d’Avila, Traicté du chasteau, op. cit., VI, 1, f. 78 v: « Je ne dis pas qu’elle [l’âme] le [Dieu] void pour lors [durant le ravissement], mais qu’elle le void par apres clairement, & non pas pourtant que ce soit vision, mais c’est une certitude qui demeure en l’ame, & laquelle n’y peut estre mise que de Dieu. » Cf. Vie, op. cit., chap. XVIII, f. 154 vo, où Thérèse d’Avila explique, à propos de la « docte ignorance » de l’oraison d’union, que « l’ame se represente estre aupres de Dieu, & luy en demeure une telle certitude qu’elle ne peut en aucune façon faire qu’elle ne le croye. »

19  La Theologie Mystique du venerable Pere Jean de Jesus Maria, General des Carmes déchaussés. Œuvre tres-merveilleuse pour exciter les Ames à l’amour de Dieu. Traduite de latin en françois par le R. Pere Cyprien de la Nativité de la Vierge, Religieux du mesme Ordre, Paris, Simon Le Sourd, 1666, 2de partie, chap. XI, p. 259.

20  Ibid., p. 259-260.

21  Marcel Lépée, Sainte Thérèse d’Avila. Le réalisme chrétien, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « Les études carmélitaines », 1947, p. 372-388.

22  Cf. la présentation que Jean Orcibal donne du carme et de l’ambition de sa Suma y compendio dans La rencontre du Carmel thérésien avec les mystiques du nord, Paris, PUF, coll. « Bibliothèque de l’école des hautes études. Section des sciences religieuses », 1959, p. 46-47.

23  Tomás de Jesús, Sommaire et abbregé des degrés de l’oraison mentale par lesquels l’ame monte à la parfaite Contemplation, tiré des Livres de la Sainte Mere Terese de Jesus fondatrice de la Reforme des Carmes Déchaussés par le P. F. Thomas de Jesus Religieux du mesme Ordre. Traduit d’Espagnol en François par le R. Pere Nicolas Cabart de la Doctrine Chrestienne, Paris, Georges Josse, 1663, n. p.

24  Ibid.

25  Ibid., n. p. Tomás de Jesús propose une autre formulation du problème, résolue en faveur d’une activité consécutive ou plus intense de la volonté par rapport à celle de l’entendement, dans les Divinae orationis, sive a Deo infusae methodus, natura et gradus, libri quatuor […], Anvers, apud Balthasarem Moretum & Viduam Joannis Moreti, & Io. Meursium, 1623, lib. IV, IIa pars, cap. X, § 5, p. 429-430 : il met en garde contre l’erreur dans laquelle sont tombés « plusieurs mystiques » en traitant du degré de l’union fruitive, quand ils ont jugé que « la volonté, dans ce degré où elle excède l’intelligence, peut aimer Dieu sans connaissance préalable de l’intelligence ; mais ils n’ont pas su distinguer deux choses : premièrement, que la volonté aime alors que toute opération de l’intelligence est suspendue ; deuxièmement, que la pointe de la volonté entre là où l’intelligence n’entre pas. La première en effet est tout à fait propre à l’acte de la volonté, dont il est certain qu’il ne peut se produire sans connaissance de l’intelligence. Quant à la seconde, elle se rapporte au mode ou à l’intensité de l’acte, qui consiste dans le fait que la volonté aime plus, de façon plus ardente, est unie de façon plus intime à son objet que l’intelligence est capable de le connaître ou le pénétrer. » (« In qua re quamplures Mystici fuerunt decepti, existimantes voluntatem in illo gradu, in quo intellectum excedit, posse Deum sine cognitione praevia intellectus dilligere ; nescientes distinguere inter hoc, quod est, voluntatem amare cessante omni intellectus operatione ; & hoc quod est, voluntatem suo acumine intrare quo intellectus non intrat : quia primum pertinet absolute ad actum voluntatis, quem constat non posse absque intellectus cognitione consistere ; secundum vero, ad modum sive intentionem actus refertur, qui in es consistit, quod voluntas plus amet, ardentius amet, & intimius uniatur cum suo objecto, quam intellectus hoc ipsum cognoscat aut penetret. »)

26  Somme théologique, Ia, q. 87, art. 3, ad 2, qui distingue deux actes de l’intelligence humaine : « Unde alius est actus quo intellectus intelligit lapidem, et alius est actus quo intelligit se intelligere lapidem » (Trad. : « Autre est donc l’acte par lequel l’intelligence connaît la pierre, et autre l’acte par lequel elle connaît qu’elle connaît la pierre »).

27  J. Chéron, op. cit., par exemple chap. VIII, p. 88 ; chap. XX, p. 198 sq. ; chap. XXI, p. 204 sq. ; etc. Cf. la synthèse de Maximilianus Sandaeus dans la Theologia mystica, seu contemplatio divina religiosorum a calumniis vindicata, Mayence, Joannes Theobaldus, 1627, lib. 2, commentatio 8, disquisitio 7 (« An in raptu actus amoris sit liber, ac meritorius ? » Trad. : « Dans le ravissement, l’acte d’amour est-il libre et méritoire ? »), p. 576 ; du même, Pro theologia mystica clavis, elucidarium, onomasticon vocabulorum et loquutionum obscurarum, quibus Doctores Mystici, tum veteres, tum recentiores utuntur ad proprium suae Disciplinae sensum paucis manifestum […], Cologne, ex officina Gualteriana, 1640, s. v. « Ecstasis », disq. 15 (« An Ecstasis Mystica liberet hominem ab obligatione operum praeceptorum ? » Trad. : « L’extase mystique libère-t-elle de l’obligation des œuvres prescrites ? »), p. 192. Voir aussi le § 43 (« Du mérite des Extases ») de Jean-Pierre Camus, La théologie mystique (1640), Grenoble, Jérôme Millon, 2003, p. 217-218.

28  Sophie Houdard, Les Invasions mystiques. Spiritualités, hétérodoxies et censures au début de l’époque moderne, Paris, Les Belles Lettres, coll. « Histoire », 2008 ; Moshe Sluhovsky, Believe Not Every Spirit. Possession, Mysticism, & Discernment in Early Modern Catholicism, Chicago, The University of Chicago Press, 2007.

29  Alors que Fénelon dans son Explication des maximes des saints (1697), in Œuvres, éd. J. Le Brun, t. I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1983, définit la contemplation passive comme « une connaissance amoureuse » qui consiste en un « tissu d’actes de foi et d’amour si simples, si directs, si paisibles et si uniformes, qu’ils ne paraissent plus faire qu’un seul acte, ou même qu’ils ne paraissent plus faire aucun acte, mais un repos de pure union » (art. XXIX, p. 1071-1072), Bossuet juge cet état passif contraire aux actes distincts et réitérés que demande la pratique des vertus (selon J. Le Brun, La Spiritualité de Bossuet, Paris, Klincksieck, coll. « Bibliothèque française et romane », 1972, p. 516). S’il veut bien admettre qu’un tel état passif et non méritoire puisse être produit durant la durée limitée d’une extase, il juge avec circonspection ce qu’il identifie comme un rejet mystique de la réflexion et de la méditation discursive au profit d’actes directs, non réfléchis de l’entendement, qui aboutissent selon lui à la promotion d’un acte continu de contemplation qui perdurerait quels que soient les états, les occupations et les péchés (ibid., p. 546-550 sur les articles d’Issy et p. 614-625 sur l’Instruction sur les états d’oraison (1697) de Bossuet qui répond à l’Explication de Fénelon).

30  Le Langage et la vie (1913), 3e éd. augmentée, Genève, Droz - Lille, Giard, coll. « Société de publications romanes et françaises », 1952, chap. IV, p. 76, cf. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Quelle place pour les émotions dans la linguistique du xxe siècle ? Remarques et aperçus », in Christian Plantin, Marianne Doury et Véronique Traverso (dir.), Les émotions dans les interactions, Presses universitaires de Lyon, coll. « Éthologie et psychologie des communications », 2000, p. 33-74.

31  Jacques François et Dominique Legallois, « Définition et illustration de la notion d’expressivité en linguistique », in Nicole Le Querler, Franck Neveu et Emmanuelle Roussel (dir.), Relations, Connexions, Dépendances. Hommage au Professeur Claude Guimier, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Rivages linguistiques », 2012, p. 209 : « liée à des formes conventionnelles, [l’expressivité] est exhibée, montrée et non signifiée. Autrement dit, elle n’est pas inférée à partir du sens des mots. »

32  Cf. Ct 1, 1 ; 1, 3 ; 2, 4 ; 4, 10 ; 5, 1 ; etc., où le vin sert d’image de l’amour divin ; Ac 2, 1-13, où la capacité des apôtres inspirés à parler « d’autres langues » durant la Pentecôte est perçue par certains des témoins comme de l’ivresse.

33  Notamment chez Jan van Ruusbroec, L’Ornement des nopces spirituelles, Composé par le divin Docteur et tres excellent Contemplateur Jean Rusbroche. Traduict en françois par un Religieux Chartreux de Paris. Avec la vie de l’autheur à la fin du livre, Toulouse, Vve Jacques Colomiez et Raymond Colomiez, 1606, liv. II, chap. 19-20, et Hendrik Herp (ou Harphius), L’Escole de Sapience ou Theologie mistique composee par Henry Herphius, de l’ordre des Freres Mineurs et par lui distinguee en cincq classes ou parties, Arras, Guillaume de La Rivière, 1605, classe III, chap. 40.

34  Juan de Jesús María, op. cit., p. 230-231, d’après H. Herp, op. cit., p. 222-224, qui emprunte ces anecdotes aux chap. 32 et 28 des Fioretti de saint François.

35  Cf. les cinq éléments du modèle de la communication du théoricien de l’information Harold D. Lasswell dans « The Structure and Function of Communication in Society », in Wilbur Schramm et Donald F. Roberts (dir.), The Process and Effects of Mass Communication, Urbana, University of Illinois Press, 1971, p. 84-99, résumés par la célèbre formule : « Who says what in which channel to whom with what effect? » Jean-Marie Schaeffer dans Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? Paris, Seuil, coll. « Poétique », 1989, p. 79 sq., propose de distribuer les cinq éléments de ce modèle de la communication dans ce qui a trait d’une part au cadre communicationnel ou pragmatique (énonciation, destination, fonction illocutoire) et d’autre part à l’acte discursif réalisé (niveau sémantique et niveau formel, que J.-M. Schaeffer appelle « syntaxique »).

36  Probablement en référence à la Samaritaine de Jn 4, dont il est aussi question dans Les Conceptions de l’amour de Dieu, op. cit., chap. VII, p. 492.

37  Vie, op. cit., chap. XVI, f. 135 ro-136 ro.

38  Notamment quand J.-J. Surin raconte comment les « transports […] de la joie et de la folie le portaient à prendre deux bâtons, l’un [res]semblait à un violon, et l’autre à un archet, et avec cela disait des chansons qui le touchaient et pénétraient, et donnaient même de la dévotion aux autres qui en étaient témoins », dans la Science expérimentale des choses de l’autre vie (1663), in Écrits autobiographiques, éd. A. Paschoud, Grenoble, Jérôme Millon, coll. « Atopia », 2016, p. 320.

39  Ibid., p. 313.

40  Claude Martin, op. cit., p. 51, d’après la relation autobiographique de 1633 : « J’avois une si grande vivacité interieure qu’en marchant elle me faisoit faire des sauts, en sorte que si l’on m’eût apperceuë, l’on m’eût prise pour une folle. Et de fait, je l’étois, ne faisant rien comme font les autres. Je faisois comme l’Epouse des Cantiques, qui pensoit aux perfections de son bien-aimé. Je pensais à Jesus, non dans son humanité, nôtre Seigneur m’ayant, comme j’ai dit, ôté cette façon d’oraison ; mais en sa divinité. Quand j’avois bien chanté ses loüanges, je prenois une plume & j’écrivois mes passions amoureuses pour évaporer la ferveur de l’esprit, car autrement ma nature n’eût pû tant souffrir. »

41  Claude Martin insère par exemple dans le récit de la Vie les « mouvemens de [la] passion » que sa mère écrivait « quand l’impetuosité de l’amour étoit trop violente » (op. cit., p. 129-130), composant un « Cantique » ou « Epithalame » réduit à de courts fragments saturés par les renvois déictiques à la situation d’énonciation. En voici quelques exemples dans lesquels on remarquera que les interjections, qui renvoient « obligatoirement à [leur] énonciateur » (Jacques Bres, « “- Hóu ! Haa ! Yrrââ” : interjection, exclamation, actualisation », Faits de langue, n° 6, septembre 1995, p. 82-83), forment avec les vocatifs le noyau prosodique de ces énoncés : « Ah, ah Amour, combien sont doux vos charmes & vos aimables liaisons ? Ah que vous étes un doux amour » ; « O Amour ô grand Amour ! Vous étes Tout & je ne suis rien : Mais il suffit que le Tout aime le rien, & que le rien aime le Tout » ; « O mon Dieu, ô mon grand Dieu ! » ; etc. (Cl. Martin, op. cit., p. 130-131.) De même, chez Thérèse, l’ivresse gagne-t-elle soudainement la narration quand elle fait à son directeur spirituel la demande suivante : « Plaise à vostre Majesté, ô mon Roy, & je vous en supplie, puisque par vostre bonté & misericorde, de laquelle vous usez envers moy, sans aucun mien merite, je ne suis hors de ceste saincte & celeste folie, pendant que j’escripts cecy, que tous ceux avec lesquelz je traicteray & communiqueray, soient ainsi folz de vostre amour, ou bien ne permettez que je traicte avec personne, ou ordonnez, Monseigneur, en sorte que je n’aye plus rien à desmesler en choses de ce monde, ou me tirez d’iceluy » (Vie, op. cit., chap. XVI, f. 137 vo).

42  Cf. Perrine Galand-Hallyn, Fernand Hallyn et Jean Lecointe, « L’inspiration poétique au quattrocento et au xvie siècle » in P. Galland-Hallyn et F. Hallyn (dir.), Poétiques de la Renaissance. Le modèle italien, le monde franco-bourguignon et leur héritage en France au xvie siècle, Genève, Droz, 2001, p. 109-147 ; J. Lecointe, L’Idéal et la différence. La perception de la personnalité littéraire à la Renaissance, Genève, Droz, coll. « Travaux d’humanisme et de Renaissance », 1993, p. 284-365.

43  Clément Duyck, « De la physique de l’inspiration à la poétique de l’extase (France, xviie siècle) », in Chantal Connochie-Bourgne et Jean-Raymond Fanlo (dir.), Fables mystiques. Savoirs, expériences, représentations du Moyen Âge aux Lumières, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, coll. « Senefiance », 2016, p. 169-178.

44  Claude Hopil, Les Œuvres chrestiennes de Claude Hopil, Parisien, Lyon, Thibault Ancelin, 1604, « Epistre », f. 3 vo-4 ro.

45  Ibid., f. 3 ro-vo.

46  Ibid., « Discours de la poesie », f. 6 ro.

47  Ibid., « Epistre », f. 4 vo.

48  Pour une analyse de ces mêmes passages des Œuvres chrestiennes de 1604, qui compare, mais pour les distinguer, Spiritus chrétien et furor poétique, cf. Michèle Clément, « Poésie biblique et théorie poétique (1582-1629) », in Pascale Blum et Anne Mantero (dir.), Poésie et Bible de la Renaissance à l’âge classique. 1550-1680. Actes du Colloque de Besançon des 25 et 26 mars 1997, Paris, Champion, coll. « Colloques, congrès et conférences sur la Renaissance », 1999, p. 37 sq.

49  Par exemple dans Cl. Hopil, Les Doux Vols de l’âme amoureuse de Jésus (1629), Grenoble, Jérôme Million, coll. « Atopia », 2015, Cantique XL (« de la Blessure d’Amour »), p. 138-140, cf. Cl. Hopil, Les Douces Extases de l’âme spirituelle (1627), in Méditations sur le Cantique des cantiques et Les douces extases de l’âme spirituelle, éd. Guillaume Peyroche d’Arnaud, Genève, Droz, coll. « Textes littéraires français », 2000, p. 261-266, qui commentent en prose le Ct 4, 9 (« Ma sœur, mon Espouse, tu as navré mon cœur avec un de tes yeux, et avec un des cheveux de ton col »), à partir de François de Sales, Traité de l’amour de Dieu, op. cit., liv. VI, chap. 13 (« De la blessure d’amour ») et 14 (« De quelques autres moyens par lesquels le saint amour blesse les cœurs »).

50  Cl. Hopil, Les Doux Vols de l’âme amoureuse de Jésus, op. cit., Cantique VII (« Extase d’Amour »), p. 39.

51  Ibid., Cantique XVI (« des Montagnes »), p. 68. Cf. Cl. Duyck, « Les allégories dans les Œuvres chrestiennes et Les Divins Eslancemens d’amour de Claude Hopil », in Ralph Dekoninck, Agnès Guiderdoni, Emilie Granjon, Fiction sacrée. Spiritualité et esthétique durant le premier âge moderne, Louvain, Peeters, coll. « Art & religion », 2013, p. 284-286.

52  Cf. du point de vue sémantique la mise en lumière du processus de la constitution d’un sens « mystique » dans l’oxymore par Michel de Certeau dans La Fable mystique, 1. xvie-xviie siècle, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1987, p. 197-200, et l’étude des contradictions chez Cl. Hopil par Anne Mantero dans La Muse théologienne. Poésie et théologie en France de 1629 à 1680, Berlin, Duncker & Humblot, coll. « Schriften sur Literaturwissenschaft », 1995, p. 438-443. Lire aussi M. Clément, Une poétique de crise. Poètes baroques et mystiques (1570-1660), Paris, Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 1996, p. 270-286.

53  On mentionnera à titre indicatif l’œuvre de poètes comme André Mage de Fiefmelin, Pierre de Croix ou Jean de La Ceppède dans le premier tiers du xviie siècle, Pierre Le Moyne, Martial de Brive, Jean-Joseph Surin ou Jean de Labadie entre les décennies 1640 et 1670, qui font à leur tour du ravissement ou de l’extase la formule d’une néo-fureur mystique.

54  Cf. Jean-Charles Monferran, L’école des Muses. Les arts poétiques français à la Renaissance (1548-1610). Sébillet, Du Bellay, Peletier et les autres, Genève, Droz, coll. « Les seuils de la modernité », 2011, chap. IV ; René Bray, La Formation de la doctrine classique en France, Paris, Nizet, 1983, p. 85-98 ; et, plus largement, l’hypothèse du « crépuscule de l’enthousiasme au xviie siècle » présentée par Marc Fumaroli dans Héros et orateurs. Rhétorique et dramaturgie cornéliennes, Genève, Droz, coll. « Histoire des idées et critique littéraire », 1990, p. 349-377.

55  Cf. la notion de « crise du lyrisme » appliquée à La Fontaine par Jean-Charles Darmon, Philosophies de la fable. La Fontaine et la crise du lyrisme, Paris, PUF, coll. « Écriture », 2003.

56  Vie, op. cit., chap. XVIII, f. 151 ro-vo.

57  Ibid., f. 151 vo.

58  Le manuscrit anonyme et non autographe de ces relations date de la deuxième moitié du xviie siècle (cote Ms. 1409 aux Archives des Missions étrangères de Paris). Il fut redécouvert dans les années 1950 puis publié en 1968 par Jean Guennou, qui est à l’origine de son attribution à Claudine Moine selon des arguments convaincants exposés par son découvreur dans La Couturière mystique de Paris, Paris, Cerf, 1959, et dans l’« Introduction générale » à son édition de Claudine Moine, La Couturière mystique de Paris. Relation spirituelle, Paris, Téqui, 1981 (reprise de l’éd. de 1968), p. 11-16.

59  Cf. M. Lépée, op. cit., p. 421-481.

60  Cl. Moine, op. cit., 1re relation, p. 144.

61  Ibid., 3e relation, p. 347 : « Cette présence de Dieu efface si fort tous les autres objets de mon âme, que d’être dans un cachot ou dans un palais doré, je n’y remarquais point de différence, parce que je n’avais nulle réflexion ni sur les lieux, ni sur les objets visibles et sensibles, mais mon âme était toute absorbée dans son Dieu. »

62  Ibid., 1re relation, p. 131 : « [Cette connaissance de mon néant] m’a été donnée si forte que même je n’ai plus vu, et ne le vois point encore, avoir ni corps ni âme, ni être, ni subsistance, ni forme, ni mesure ».

63  Ibid., p. 111 : « Dieu m’a ôté la connaissance de la conduite qu’il a tenue sur moi, avec celle de mes péchés » ; 2e relation, p. 283-284 : « Voici le point principal de l’état et de la disposition de mon âme qui est, comme je l’ai déjà dit, d’être dans l’ignorance tout entière de mon sort et de ma condition, ne sachant, de même que ces pauvres âmes du Purgatoire, si je suis réprouvée ou sauvée, je veux dire ne sachant en quel état je suis, si c’est l’esprit de Dieu ou quelque autre esprit qui me conduise. Je ne sais où je suis ni où je vais » ; 2e relation, p. 292 : « je suis une pauvre aveugle qui ne sait où elle adresse ses pas » ; 3e relation, p. 374 : « Je suis comme une personne qui travaille toujours et ne voit aucunement son ouvrage. Je fais tous les jours, tous les mois et tous les ans, mes exercices et dévotions ; et je ne vois nullement ce que je fais » ; etc.

64  Ibid., 2e relation, p. 291.

65  Ibid.

66  Cf. ibid. : « Et quelquefois je me suis mise à écrire, tâchant de me souvenir moi-même des choses. Mais j’ai été obligée de quitter mon écrit, ne faisant que fatiguer mon esprit sans pouvoir presque bouger d’une place et ne pouvant rien faire sans le secours de ce rayon. »

67  Ibid.

68  Madeleine Vigneron, Vie et conduite spirituelle de la damoiselle Madelène Vigneron, sœur du Tiers-Ordre de S. François de Paule, suivant les mémoires qu'elle en a laissez par l'ordre de son Directeur. Le tout recueilli par les soins d’un Religieux Minime, Rouen, Bonaventure Le Brun, 1679, t. 1, partie 1, p. 78.

69  Cl. Moine, op. cit., 4e relation, p. 453.

70  Ibid.

71  J. Le Brun, « Refus de l’extase et assomption de l’écriture dans la mystique moderne », Savoirs et clinique, n° 8 (« L’écriture et l’extase »), 2007, p. 44.

72  Ibid., p. 43.

73  François de Sales, Traité de l’amour de Dieu, op. cit., liv. VII, chap. VI, p. 681-684, qui après avoir classiquement distingué l’extase de l’entendement de celle de la volonté, promeut une « extase de l’œuvre et de la vie » ou « extase perpétuelle d’action et d’opération » qui n’a d’extase que le nom, puisqu’elle consiste dans l’accomplissement des vertus héroïques sans suspension des puissances de l’âme et des sens, reprise par Jean-Pierre Camus dans son op. cit., p. 207-209.

74  Phénomène historique mis par ailleurs en lumière par S. Houdard, « Des fausses saintes aux spirituelles à la mode : les signes suspects de la mystique », xviie siècle, n° 200, juillet-septembre 1998, p. 417-433 ; Les Invasions mystiques, op. cit. ; par Antoinette Gimaret, Extraordinaire et ordinaire des Croix. Les représentations du corps souffrant. 1580-1650, Paris, Champion, coll. « Bibliothèque littéraire de la Renaissance », 2011.

75  Philippe Lejeune, Le pacte autobiographique, Paris, Seuil, coll. « Points », 1996, p. 27-35.

76  Le contrat spirituel que le personnage de Claudine Moine scelle avec Dieu dans la 1re relation, op. cit., p. 158, peut à cet égard apparaître comme un anti-pacte autobiographique, puisqu’il s’agit d’un blanc-seing par lequel le personnage abandonne toute prétention à quelque propriété sociale, morale ou personnelle au bénéfice de la seule « volonté » divine, cf. Cl. Duyck, « Le rien ne se voit pas : intimité et intériorité dans les relations autobiographiques de Claudine Moine » dans Sylvie Crinquand et Paloma Bravo (dir.), L’Intime à ses frontières, Bruxelles, E.M.E., coll. « Proximités. Anthropologie », 2012, p. 113-114. Sur le contrat spirituel envisagé à partir du cas de J.-J. Surin, cf. S. Houdard, « La donation pure et simple : la mystique contractuelle chez Jean-Joseph Surin », Littératures classiques, n° 40 (« Droit et littérature »), automne 2000, p. 295-308.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Duyck, « Extase sans savoir et écriture de l’extase (France, xviie siècle) », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Sophie Houdard, mis en ligne le 01 mars 2017, consulté le 15 août 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6740

Haut de page

Auteur

Clément Duyck

Clément Duyck est chercheur post-doctoral en littérature française du xviie siècle à l’Université catholique de Louvain. Il est l’auteur d’une thèse consacrée à la Poétique de l’extase (France, 1601-1675), à paraître chez Classiques Garnier. Ses recherches actuelles portent sur l’inspiration dans la poésie française du xviie siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org