Skip to navigation – Site map

Agir au futur - l’attente en mouvement

Introduction
Albert Schirrmeister

Author's notes

Ce dossier du Grihl est le résultat d’une recherche menée pendant deux ans : Je remercie vivement la fondation Gerda Henkel (Düsseldorf, Allemagne) de m’avoir accordé une bourse généreuse (Senior Research Fellowship) dans le cadre du programme « M4HUMAN » qui m’a ouvert la possibilité de travailler pendant deux ans à Paris au sein du GRIHL. Ici sont rassemblées les contributions à deux journées d’étude : les textes des sources et les commentaires en guise d’introduction et de réflexions sur un questionnaire établi d’avance. Les deux colloques des 6 et 7 octobre 2014 et des 28 et 29 septembre 2015 n’auraient pas été possibles sans le soutien financier de deux institutions : D’un côté le Centre de Recherches Historiques (UMR 8558 EHESS-CNRS) qui a assuré avec une aide financière le déroulement du colloque. De l’autre côté, l’Institut historique allemand (IHA) avec son directeur Thomas Maissen et Rainer Babel, le directeur du département Temps modernes qui ont, dès le départ, soutenu l’idée des deux colloques et du déroulement comme une discussion de sources. Nous avons été heureux de pouvoir profiter de l’organisation parfaite et des locaux stimulantes de l’IHA. Cécile Soudan a été infatigable en travaillant pour ce dossier, elle a aidé à éviter tous les écueils et elle n’a eu de cesse de s’occuper des problèmes et des questions jusqu’à ce que le travail ait – enfin – atteint son but : Je lui suis profondément reconnaissant.

Full text

1De quelle façon le futur fait-il partie de la réalité historique ? L'attente représente certainement une possibilité majeure de présence du futur puisqu'elle peut être comprise comme réflexion sur l’avenir. Mais pour percevoir l’attente dans l’histoire, il faut la mettre en mouvement, la discerner comme action, sinon elle reste immobile et donc trop vague pour devenir visible. En conséquence, nous analyserons ici des actions expectatives.

  • 1  Dans ce dossier, nous ne reprenons pas l'ensemble des contributions présentées lors de ces deux co (...)

2Premièrement, c’est la raison pour laquelle nous avions choisi « la guerre » comme sujet du premier colloque à l’origine de ce dossier1. La guerre est un phénomène que l’on peut attendre selon plusieurs perspectives et de plusieurs manières – pour faire des plans, en la craignant. On peut notamment l’attendre en tant que phénomène susceptible de modifier d’autres actions pour une multitude d’acteurs.

3Deuxièmement, nous nous sommes focalisés sur l’écriture comme action spécifique qui permet de démultiplier les temporalités des sociétés européennes des xvie et xviie siècles. Alors que le premier colloque avait plutôt porté sur la notion d’événement, étroitement liée à la notion de temps, le second s’est plutôt concentré sur la notion d’action expectative, liée à l’écriture – donc de nouveau une question de temporalité, mais cette fois-ci selon un autre point de vue.

4Les deux colloques à l’origine de ce dossier ont donc été organisés autour de deux sujets – la temporalité et la guerre comme événement complexe – liés par le choix d’un type d’action : l’écriture. Ces éléments vont être présentés dans les pages qui suivent : nous évoquerons leurs significations mais surtout leurs interactions pour discuter de la pertinence de cette liaison des problèmes.

Les temporalités humaines : Expérience - attente

  • 2  Norbert Elias, Über die Zeit, éd. par Michael Schröter (Norbert Elias Gesammelte Schriften, t. 9), (...)
  • 3  François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil, (...)
  • 4  Reinhart Koselleck, „‚Erfahrungsraum‘ und ‚Erwartungshorizont‘ - zwei historische Kategorien“, Ver (...)
  • 5  Koselleck dit que l’intuition heuristique a présidé à la conception de l’encyclopédie „Geschichtli (...)
  • 6  Achim Landwehr, Geburt der Gegenwart. Eine Geschichte der Zeit im 17. Jahrhundert. Francfort, S. F (...)
  • 7  Il n’est pas question de cesser de parler des expériences, que l’on vit avec une « pauvreté d’expé (...)

5Le temps comme condition primordiale de toute existence et de toute action humaine n’est pas perceptible comme une entité simple et indivisée. Norbert Elias distinguait deux concepts temporels fondamentaux, l’un structural et l’autre expérientiel, tous deux strictement humains2. Dans l’espace conflictuel de ces deux concepts temporels s’organisent les perceptions du passé, du présent et du futur dans la culture occidentale qui est informée par des religions eschatologiques et par des conceptions traditionalistes soulignant l’importance des origines. Les temps modernes (et surtout le xviie siècle) sont considérés comme un tournant dans l’évolution des régimes d’historicité, pour reprendre l'expression utilisée par François Hartog pour nommer l’organisation des rapports des différents temps – passé, présent, futur – dans la perception humaine3. Il suit en cela la pensée de Reinhart Koselleck4, qui comprend surtout le xviiie siècle comme « période charnière » (Sattelzeit) du langage politique ; c’est en effet au xviiie siècle que ce langage a connu des évolutions fondamentales5. Ce concept d'évolution de la temporalité a été repris dernièrement par Achim Landwehr qui place la « naissance du temps présent » au xviie siècle. à la suite des luttes confessionnelles sanglantes, des guerres civiles, à la suite des misères économiques et des changements climatiques, des épidémies, le passé aurait perdu dans toute l’Europe sa « puissance de convaincre », il n’avait plus été un modèle que l’on voulait s’approprier. Le futur, par contre, aurait gardé une importance spécifique, suscitée par une pensée eschatologique. Pour Landwehr, le futur est toujours compris comme un temps que rien ne peut influencer. La seule partie du temps qui serait donc restée comme point d’orientation serait donc le présent : « une île dans la mer des temps »6. Bien sûr, il faut concéder que les modalités d’argumenter et d’agir avec le passé ont changé et bien sûr, il faut reconnaître qu’une perception eschatologique de l’avenir peut être constatée dans les sociétés européennes du xviie siècle. Mais qu’est-ce que le présent ? Est-ce vraiment « le présent » comme concept qui fonctionne comme point d’orientation ? Est-ce que ce qui change alors, c’est qu’on n’accorde plus d’autorité au passé comme on l’avait fait au Moyen Âge jusqu’au xvie siècle ? Ou est-ce plutôt la définition du passé qui change, la définition des passés qui font partie du présent ? Sur ce point, il suffit de dire qu’il s’agit plutôt d’une diversification des pratiques du temps – aux pratiques morales et religieuses du temps s’ajoutent des pratiques techniques et rationnelles. Ces nouvelles pratiques pourraient être à l'origine d'une erreur de perspective puisqu’elles favorisent des passés et des futurs à court terme plutôt qu’à long terme ; elles privilégient des expériences qui proviennent des sociétés, des entités et des situations comprises comme étroitement liées au présent, mais pas forcément du présent. L’argument préféré de l’historiographie du xvie et au xviie siècle suit cette voie : Il faut écrire l’histoire de son propre pays parce que l’on peut y apprendre beaucoup plus que de la seule histoire des Anciens. Il n’est pas question de renoncer à agir avec les expériences des passés, mais elles sont conceptualisées différemment et appliquées de manière adaptée à une société qui se différencie7. La condition fondamentale pour relier expérience et attente est la conviction d’une ressemblance entre elles. Les acteurs humains doivent être avant tout capables de voir cette ressemblance, il faut ensuite être capable d’exécuter une opération mimétique pour établir le contact entre elles.

  • 8  Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », p. 309.
  • 9  Ibid.
  • 10  Ibid., p. 313.

6Une question majeure de ce dossier consiste donc à saisir comment les régimes d’historicité des xvie et xviie siècles se réalisent dans les interactions de l’expérience et de l’attente. Reinhart Koselleck proposait de penser l’expérience comme champ et l’attente plutôt comme horizon. Il faut rappeler très brièvement les éléments fondamentaux de son propos : Koselleck renonce strictement à toute historicisation des deux concepts : « Le couple conceptuel ‘expérience-attente’ est manifestement d’une toute autre nature ; il est imbriqué en lui-même, il ne pose aucune alternative, bien plus, on ne peut avoir l’un sans l’autre : pas d’attente sans expérience, pas d’expérience sans attente8. » Koselleck définit ce couple comme « substantiel » et il lui attribue une fonction transcendantale. En outre, il caractérise ce couple comme asymétrique : « Il est manifestement plus clair de parler de ‘champ d’expérience’ et d’‘horizon d’attente’, qu’inversement d’‘horizon d’expérience’ et de ‘champ d’attente’, bien que ces formules, elles aussi, aient un sens. Ce qui importe ici, c’est de montrer que la présence du passé est autre que celle du futur9. » Tandis que l’expérience est décrite par comparaison à un espace à deux dimensions, l’horizon comme métaphore décrit l’attente en référence à une dimension, comme quelque chose qu’on ne peut jamais attraper : L’attente est « cette ligne derrière laquelle va s’ouvrir un nouveau champ d’expérience dont on ne peut encore avoir connaissance. La prospection du futur se heurte, en dépit des pronostics possibles, à une limite absolue, elle échappe à toute expérience10. »

  • 11  Ce qui me parait moins important pour ce dossier est la possibilité inverse : Si on parle d’un « h (...)

7Pour en tirer une analyse historique, la question centrale concernant ce schéma serait d’étudier comment il est possible d’y intégrer les actions expectatives. Pour un historien, il n’est possible de reconnaître des attitudes d’attente et de les caractériser qu’à partir d’actions. Est-il possible de comprendre les actions d’attente comme des tentatives pour voir ce qui est derrière l’horizon ? Je propose une autre solution : si l'on n’accepte pas la métaphore de l’horizon et si on adopte celle du champ, l’attente acquiert une seconde dimension. On pourrait alors comprendre les actions d’attente comme des tentatives pour réduire le nombre des possibles futurs et de favoriser un enchaînement donné d’actions, susceptible de devenir l’avenir11.

  • 12  Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », p. 311.
  • 13  Les remarques du paragraphe renvoient à un livre allemand : „Erfahrung" als Kategorie der Frühneuz (...)

8À partir de la définition de Koselleck, qui saisit aussi l’expérience comme un passé incorporé susceptible d'être mémorisé12, l’historiographie allemande a proposé une compréhension renouvelée de cette notion13. Elle a essayé d’intégrer le travail continuel d’une mise en résonance entre des expériences individuelles, notamment corporelles, d’une part et des expériences sociales et communicationnelle de l’autre. La perception, l’interprétation et les actions se croisent et interagissent les unes avec les autres dans l’expérience. L’expérience, comprise de cette façon, peut être considérée comme jonction entre l’acteur et la société, entre l’expérience subjective et les objectivations sociales, institutionnelles et culturelles. Pour cette raison, on peut observer une tendance à retirer du champ d’expérience (et par conséquent du champ d’attente) les événements qui ne se laissent pas intégrer dans un schéma explicatif (une série, une téléologie). Ou alors des acteurs essaient (de préférence par l’écrit) de construire des cohérences et des logiques linéaires, surtout temporelles.

  • 14  Heinz-Dieter Kittsteiner, „Kants Theorie des Geschichtszeichens. Vorläufer und Nachfahren“, Heinz- (...)
  • 15 Kittsteiner, p. 109 : „Wahrnehmung bedeutet immer, daß das Einzelne schon in einen allgemeinen Rahm (...)
  • 16  Cornel Zwierlein, „Heidelberg und der Westen“, Späthumanismus und reformierte Konfession. Theologi (...)
  • 17  Anders Schinkel, "Imagination as a Category of History: An Essay concerning Koselleck's Concepts o (...)

9Ainsi, Heinz-Dieter Kittsteiner souligne que les catégories de champ d’expérience et d’horizon d’attente ne fonctionnent pas toutes seules, mais qu’elles ont besoin des formes symboliques comme cadre d’organisation14. Toute perception implique une classification des particularités dans un cadre qui est lui-même le résultat d’une évolution historique et qui ne reste stable qu’un certain temps. Sur ce fondement purement historique les catégories « attente » et « expérience » peuvent exercer leur fonction transcendantale : Elles organisent la perception et lient le passé, le présent et le futur. La structuration des expériences est produite rétrospectivement par l’attente qui se porte vers l’avenir15. De la même façon, Cornel Zwierlein propose de comprendre l’histoire et le futur comme éléments d’un monde mental, d’un cadre de pensée des acteurs qui décident de la guerre et de la paix et de tous les détails du quotidien politique. Zwierlein veut appliquer la question de la perception des temps à l’analyse du discours16. à partir d’un autre point de départ, Anders Schinkel a dernièrement attiré l’attention sur quelques autres propositions. Il accentue la différence entre une attente concrète et une attente abstraite, qui se rapporte à différents futurs : l’attente concrète plutôt à un futur proche et moyen, tandis que l’attente abstraite pourrait être liée à un futur éloigné. En outre, Schinkel met en doute la déconnexion de l’expérience et de l’attente à l’époque moderne. Il insiste, en revanche, sur le rôle de l’imagination et de la créativité dans l’élaboration de chaque conception d’attente17.

  • 18  Comme Richard Evans a souligné dans sa critique de l’historiographie contrefactuelle, ces essais m (...)

10Le rôle de l’imagination dans l’arrangement des attentes se manifeste par l’adaptation réciproque des expériences futures aux attentes passées. La construction rétrospective des événements les constitue comme histoire, comme expérience – tout événement ne fait pas forcément partie de n’importe quel espace d’expérience, de la même façon que tout événement n’a pas nécessairement été un événement futur avant de se produire. L’historiographie contrefactuelle réalise en ce sens une action d’expectation rétrospective qui est une exercice d’imagination18.

11Il est assez important d’historiciser les catégories et de se rendre compte de l’évolution des champs sémantiques des concepts. Je me restreins à quelques remarques en utilisant surtout les deux éditions du dictionnaire de Furetière pour donner une idée des usages et des compréhensions possibles des deux concepts.

  • 19  Antoine Furetière, Dictionnaire Universel, contenant généralement tous les Mots François tant vieu (...)

12En ce qui concerne l’expérience, il est remarquable que Furetière renvoie surtout au rôle des expériences dans les sciences – les sciences modernes seraient préférables aux anciennes, parce qu’elles trouvent leur fondement dans l’expérience et parce qu’elles ne commencent pas par un raisonnement sur les causes. Un sens plus général et plus large de l’expérience (y compris dans les sciences), apparaît dans la définition des mots « connaissance » et « connaître ». Le verbe et le nom lient les différents modes de savoir, les différents modes d’être concernés par l’expérience et les différents états d’âme qui peuvent être liés à l’expérience : la rationalité, les passions et émotions, la sociabilité de l’expérience19. Il n’est guère surprenant que la définition la plus spécifique de réalités politiques, ce soit celle du mot histoire, comprise d’abord comme « description, narration des choses comme elles se sont passées ou comme elles se pouvoient passer » et entre autre « à l’égard des actions, se dit de cette narration veritable suivie & enchaînée de plusieurs évenemens memorables qui sont arrivez en une ou en plusieurs nations » et des « recits particuliers qu’on fait de quelques évenements singuliers, tragiques ou notables ».

  • 20  Johann Martin Chladenius, Allgemeine Geschichtswissenschaft, éd. Christoph Friederich, Vienne, Böh (...)

13L’expérience comme concept de la recherche historiographique d’aujourd’hui ne possède pas de pendant exact et sans équivoque dans les usages des xvie et xviie siècles. Si on accepte comme définition de l’expérience l’ensemble des connaissances individuelles et sociales comme cela a été proposé par l’historiographie allemande mentionnée plus haut, l’histoire au sens d’histoire écrite y tient une très grande place, la plus grande peut-être, car elle peut définir l’expérience légitime de la même façon pour un groupe que pour des individus et l’attacher à des attentes. Le futur peut être approprié par l’historiographie : En 1752, le professeur en théologie, poésie et rhétorique Johann Martin Chladenius (1710-1759) définit le pronostic conséquent comme ressort de l’historiographie20.

  • 21  Kittsteiner, „Geschichtszeichen“, avait pris cette article comme contrepoint pour la théorie des s (...)
  • 22  Furetière, éd.1690, t. 1 : « Attente, subst. Fem. Esperance, prevoyance d’une chose qui doit arriv (...)

14Le pronostic est une forme d’attente anticipatoire qui est également mentionnée dans le dictionnaire de Furetière, une forme active, à la différence des autres formes qu’on trouve dans les dictionnaires. Ces articles laissent entrevoir au moins deux caractéristiques : Ils établissent une tension entre une attente absolue et une attente restreinte. D’un côté, la dimension religieuse, eschatologique qui noue le lien entre attente et fin des temps, de l’autre, les attentes concrètes qui sont liées à des charges ou des fonctions, à un destin individuel ou à une vie, à une carrière. Les dictionnaires évoquent à la fois le domaine religieux et le droit. À ces deux dimensions temporelles s’ajoute une dimension interactive et communicationnelle fondamentale pour toute action expectative. De quelle manière reconnaît-on un avenir déterminé ? Jusqu’à quel point le futur est-il ouvert à des manipulations expectatives ? Même s’il n’est pas aussi exhaustif que l’entrée « Zeichen » dans l’Encyclopédie allemande « Zedler » (publié entre 1732-1754)21, Furetière s’arrête abondamment sur les différents sens, y compris les signes astrologiques qui relevaient peut-être pour la plupart de la superstition, mais dontl’existence ne faisait alors pas de doute22.

15D’après Koselleck, entre pronostic et prophétie, il existe une différence fondamentale :

Alors que la prophétie dépasse l’horizon de l’expérience calculable, le pronostic se sait, lui, imbriqué dans la situation politique. Et il l’est à un tel point que faire un pronostic, c’est déjà transformer la situation. Le pronostic est donc un facteur conscient d’action politique, il se rapporte à des événements dont il dégage la nouveauté. Aussi le temps est-il toujours de nouveau relégué hors du pronostic d’une manière imprévisiblement prévisible.

Le pronostic est donc une action au futur, qui crée l’interprétation de l’événement avant coup, il

[...] produit le temps qui l’engendre et dans lequel il se projette, tandis que la prophétie apocalyptique, elle, détruit le temps dont la fin est précisément sa raison d’être. Vus dans la perspective de la prophétie, les événements ne sont que des symboles de ce qui est déjà connu.

  • 23  Koselleck renvoie à Grotius qui aurait condamné comme injustes les guerres qui ont été menées pour (...)

C’est pourquoi les prophéties sont assez souvent interdites, par exemple en Angleterre23. Il semble que Koselleck réduise l’importance des prophéties pour faire ressortir celle des pronostics comme action d’attente.

16Probablement, il ne s’agit pas seulement d’une différence d’implication temporelle, mais d’une différence d’implication des pratiques d’expérience. Les pronostics sont construits comme adaptation des expériences, en appliquant des procédés rationnels. Ce sont donc les auteurs des pronostics qui doivent rassembler les conditions de la réussite de leurs pronostics – Duplessis-Mornay l’explique dans ses lettres : un homme sage et expérimenté est capable de créer les conditions de son action (Tatiana Debaggi-Baranova). Cette remarque rend clairement visible le lien entre expérience et attente. Pour désigner la « prudence », concept majeur de l’époque moderne et de la culture politique des xvie et xviie siècles, le mot « prévoyance » lui ajoute la perspective temporelle. La prévoyance comprise comme prudence portée vers l’avenir est la qualité majeure des princes. Il s’agit d’une attente qui se réalise dans des actions concrètes et notamment, à l’époque moderne, dans des actions de ministres qui agissent par délégation et qui réalisent par ces actions leur participation au pouvoir. Cette constellation réalise dans une version concrète et presque intime le pouvoir d’agir sur d’autres acteurs et sur leurs futurs, la complexe interdépendance des actions autonomes et des actions commandées, une interdépendance qui fait douter d’une indépendance absolue de tout acteur possible. Les effets de ces corrélations sur les relations entre expérience et attente se manifestent dans les actions écrites.

17Les différents degrés de participation au pouvoir, surtout au pouvoir d’agir sur le futur, produisent des traces dans toutes les contributions de ce dossier – des traces plus ou moins explicites : l’évaluation des moyens, le déclenchement d’une série d’actions, comme l’ont opéré Henri de Navarre et Duplessis-Mornay avec la Déclaration, qui elle-même déclare une attente et cherche (comme action publique) à forcer le roi à agir dans leur sens ; les tentatives pour exclure des espaces d’attente, pour empêcher certaines actions et de favoriser d’autres actions comme dans les lettres de Catherine de Médicis ; mais surtout dans les actions expectatives avant la guerre de succession d’Espagne pour lesquelles les analyses de Sven Externbrink au même titre que celle de Marion Brétéché ont désigné un horizon d’attente bien définie – la mort de Charles II d’Espagne – mais un champ d’attente bien dissimulé pour tous les acteurs sauf Louis XIV qui dévoile seulement au moment où il accepte ce testament le cadre défini par ce testament – et c’est par cette démonstration de sa faculté d’agir de façon autonome sur le futur qu’il prouve son pouvoir extraordinaire dans la concurrence des monarques et dans le champ politique.

18Le cas de la succession d’Espagne montre in extremis comment les actions expectatives laissent apparaître les qualités (sociales, politiques, intellectuelles et morales) des acteurs qui s’engagent dans ces opérations. En plus, ce n’est qu’à partir des modes d’attente et du vocabulaire utilisé pour les actions expectatives concrètes que deviennent perceptibles les états d’âme, les passions, les émotions et les rationalités qui se lient aux attentes. Dans les textes analysés dans ce dossier, la dépendance des émotions à la position de l’acteur – ou au moins la relation entre les deux composantes des actions expectatives – devient visible. Les expressions de crainte et d’incertitude, par exemple, sont utilisées par des acteurs en position de dominée ou elles sont utilisées à propos d’eux, pour caractériser leurs attentes.

L’événement et l’attente : cadre, construction – caractère médiatique

  • 24  Dans sa contribution, David El Kenz tire l’attention sur le défi méthodologique de cette construct (...)

19Dans toutes ces réflexions sur la temporalité et sur les actions expectatives, il semble aller de soi d’examiner l’événement et la constitution de son unité : en parlant de l’avant-guerre, on construit implicitement l’unité « guerre » avec son seuil ou avec un cadre24. Une question fondamentale dans le contexte de cette réflexion tourne autour de la formation de l’événement – qui le constitue ? de quelle façon ? et pour quels acteurs ?

20Koselleck insiste sur cette caractéristique des événements qu’ils peuvent être perçus comme une entité de sens dans la chronologie naturelle – déjà par les contemporains : l’autopsie, les témoins oculaires constituent l’événement avec un « avant » et un « après ». C’est donc le seuil qui transforme un simple secteur de la réalité en événement. Ce seuil d’événement peut être défini formellement et rituellement ou informellement. Le déroulement d’un événement, son avant et son après, peuvent être rallongés, sa consistance propre reste toujours prisonnière de la succession des temps. L’intersubjectivité d’un événement dans son ensemble, dans la mesure où ce sont des sujets agissants qui conviennent de sa constitution, reste indissolublement ancrée dans le schéma de la succession temporelle.

  • 25  Voir Furetière, éd. 1690 : « crise se dit figurément en choses morales. Cette intrigue est dans sa (...)

21Si on ne l’emploie pas pour le procès historique en général, mais seulement pour des situations concrètes et à court terme, le concept de « crise » renvoie au seuil de l’événement (bien qu’il ne soit pas utilisé dans un sens politique au xviie siècle, si on se contente de se référer à Furetière25), car il décrit un temps d’attente d’un événement, qui est construit par cette notion. Cette perception d’une période comme temps de crise se construit souvent rétrospectivement, mais aussi pendant l’attente comme expression d’une pensée d’expectation.

  • 26  Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Stefan Germer, Art – (...)

22Faut-il penser à une rupture pour construire l’événement ? La nouveauté garantit-elle la valeur de l’événement ? Pas forcément, on peut imaginer aussi un événement comme moment de stabilisation d’une société, comme les fêtes de cour et leurs représentations écrites26 qui confortent le pouvoir royal. Les couronnements sont à double face – ils marquent une charnière avec l’intronisation du nouveau roi, mais ils marquent en même temps la continuité du régime et du système politique (pas forcément de la dynastie).

  • 27  Evans, p. 34 avec une critique de la qualité des essais contrefactuels..

23Les essais d’histoire contrefactuelle se choisissent bien souvent comme point de départ des événements bien mineurs (si Fidel Castro avait eu un contrat comme joueur de Baseball à New York), qui, s’ils étaient advenus auraient eu des suites majeures (pas de révolution à Cuba)27 ; Avec une telle liaison, on augmente le poids des acteurs et on diminue l’importance des structures – une position théorique qui ne constitue pas le fondement de ce dossier. Par contre, pour l’analyse des actions expectatives, il nous semble important de ne pas se contenter de la grande histoire politique des guerres, mais d’intégrer aussi l’histoire des individus, et donc d’appréhender également comme événement les tournants d’une carrière de secrétaire (Nicolas Schapira)

24Quoi qu’il en soit, l’événement est conçu en tant que tel lorsqu’il est action – et, c’est une des hypothèses qui guident ce colloque, lorsqu’il est action par l’écrit. La constitution de l’événement dans la perception et dans le travail de construction fonde son caractère médiatique – ce qui se passe est encadré par l’écriture, par des images –, dans cette construction, les actions éphémères acquièrent un caractère stable et durable.

Avant la guerre

25C’est surtout lorsque les expériences présentes coïncident avec les attentes d’un futur qui va modifier la réalité connue que les routines d’action et de communication se modifient. C’est le moment où se renouvellent des champs d’expérience. Il est bien clair que ce sont surtout les événements extraordinaires – mais aussi les crises d’avant-guerre –, qui peuvent être perçus et qui peuvent être désignés comme rupture de la réalité politique, qui change les maximes et les buts des actions politiques. L’avant-guerre renforce les actions au futur, car un temps de crise est un temps de désorientation, d’insécurité. Les actions au futur visent, dans ces temps, à un dénouement de la crise. La première possibilité est le rétablissement d’un ordre de la vie, ou plus largement le rétablissement de l’ordre du monde. La seconde possibilité est la mise en route d’un ordre nouveau.

  • 28  Anuschka Tischer, Offizielle Kriegsbegründungen in der Frühen Neuzeit. Herrscherkommunikation in E (...)
  • 29  Solange Rameix, Justifier la guerre. Censure et propagande dans l'Europe du xviie siècle (France-A (...)
  • 30  Ibid., p. 147, le titre du Chapitre IV.

26Solange Rameix et Anuschka Tischer ont comblé une lacune inattendue de la recherche historiographique de l’époque moderne, étant donné que l’on interprète les guerres comme chef-d’œuvre des actions d’état et que les guerres sont appréhendées comme des événements décisifs de l’évolution des états modernes. Elles ont analysé de quelle manière les guerres et le temps de leur préparation ont été des périodes d’intensification des actions expectatives en forme de propagande (pour reprendre la catégorisation commune de Tischer et Rameix malgré des réserves méthodologiques aux moins pour quelques-uns de leurs écrits). Tischer explore différentes raisons invoquées publiquement pour justifier les guerres : l’idée communément partagés selon laquelle cette propagande doit influer sur le cours des événements, sur le déroulement de la guerre. Les gouvernements s’adressaient à leurs sujets pour exiger leur loyauté et obtenir des aides financières et des armées. Dans les monarchies absolues elles-mêmes, l’utilité (ou même l’obligation) de gagner le soutien des sujets aurait été perçue : il aurait fallu que les sujets reconnaissent la nécessité de mener telle ou telle guerre28. Rameix a montré que les conditions des actions écrites étaient à peu près comparables en France et en Angleterre, mais qu’en France, à partir de 1695, la censure et la politique de surveillance de l’imprimé ont été renforcées, rationalisées et se sont avérées plus efficaces29 alors que l’Angleterre aurait suivi l’option inverse avec l’abandon de la censure préalable. Rameix résume donc la situation pour la France avec la formule « La guerre, un discours sous haute surveillance »30.

  • 31  Ibid., p. 151.

27Malgré cette tendance à contrôler tout propos sur la situation politique, une situation d’attente de guerre provoque des actions de la part de multiples acteurs occupant des positions sociales différentes et situés en des lieux différents. Que ce soit en Province ou à Paris, l’appareil de surveillance n’arrive pas à empêcher les livres (imprimés en France ou à l’étranger) de circuler sans autorisation31. Pour ce qui est des actions expectatives qui font l’objet de ce dossier – celles qui convoquent les situations de guerre –, il est possible de résumer en disant qu’aucun acteur ne défend une conception de la guerre considérée comme naturelle, inévitable, comme « fléau de dieu » ; même les acteurs qui restent à l’écart de l’action politique et qui sont plutôt dans une situation dominée que dominante, formulent des réflexions sur la probabilité d’une guerre, bien qu’ils expriment aussi des angoisses et des craintes.

28À partir des différences sémantiques, on peut distinguer différentes attitudes d’attente concernant la guerre. Kittsteiner argumente (en reprenant une suggestion de Kierkegaard dans un tout autre contexte) que la distinction entre peur et angoisse – Angst und Furcht – n’est pas banale. Tandis que la peur serait comprise comme une attente assez diffuse, l’angoisse serait une attente concrète. La peur diffuse donne lieu à une attente douloureuse d’un danger où il est impossible d’agir, parce qu’on ne reconnait pas l’ennemi. L’angoisse, par contre, nomme l’ennemi et bien qu’il soit horrible, on regagne la possibilité d’agir à partir de cette action de nomination. Kittsteiner parle ici d’un décalage impuissance-puissance qui se réalise en désignant les peurs par des instances et des institutions (Ohnmacht-Machtverschiebung) : Mais pour qui est-il possible d’agir en vue de la guerre ? Où trouver comment agir et changer la peur en angoisse ? Si on veut retrouver les deux états d’âme, les deux émotions en dehors de toute « haute politique » dans des actions et des documents précis et concrets, la transformation de la peur en angoisse ne peut pas concerner une peur diffuse de n’importe quelle guerre ; mais la peur diffuse d’une guerre entre deux ennemis bien connus qui a été transformée en angoisse par un événement pourrait changer la perception d’une guerre, la faisant passer de probable à inévitable.

29C’est l’écriture qui propose le plus grand choix de possibilités d’agir face à une guerre en vue : à savoir pronostiquer, planifier, formuler des soucis, des inquiétudes, réfléchir aux conséquences pour sa propre vie et celle de la société.

Écriture comme action : les temporalités

30Dans L’Invention du quotidien, Michel de Certeau désigne l’écriture comme pratique fondamentale de la société européenne avec trois éléments décisifs : d’abord la maîtrise de l’espace propre et distinct de la page blanche, où chaque enfant est mis dans la position de mettre en œuvre un vouloir propre, ensuite le procès de bâtir un texte – un système – en ce lieu :

Autrement dit, sur la page blanche, une pratique itinérante, progressive et régulée – une marche – compose l’artefact d’un autre « monde », non plus reçu mais fabriqué. Le modèle d’une raison productrice s’écrit sur le non-lieu du papier. Sous des formes multiples, ce texte bâti sur un espace propre est l’utopie fondamentale et généralisée de l’Occident moderne.

  • 32  Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1 : Arts de faire. Avec la collaboration de Luce Giar (...)

Le troisième élément décisif de cette construction consiste en la vision d’une efficacité sociale : « L’île de la page est un lieu de transit où s’opère une inversion industrielle : ce qui y entre est un « reçu », ce qui en sort est un « produit »32.

31Cette pratique créative et démiurge et ces qualités temporelles définissent le cœur du dossier qui suit ainsi (tout en suivant son propre développement) les traces du travail collectif du Grihl « Écriture et Action ». Les principes fondamentaux de cet ouvrage sont repris dans ce dossier. Les auteurs définissent en introduction leur principe de méthode (en se référant à Jack Goody et à Jacques Derrida) comme le

  • 33  Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, « Introduction », écriture et (...)

[...] refus de considérer les écrits comme simple enregistrement d’un discours et la prise en compte, chez Goody, de l’impact d’une pensée écrite dans un monde dominé par l’oral et, chez Derrida, de faits de pensée propres à l’écriture, la grammatologie. Nous essayons pour notre part de tenir sous un même regard des écrits dans leur singularité et l’écriture dans sa plus grande généralité, en tant qu’elle est une réalité distincte du discours. Notre interrogation se tient donc à distance des catégories qui déterminent l’interprétation d’un texte du passé en le renvoyant à un modèle, à un genre ou à un domaine de savoir […] Nous étudions des énonciations écrites et réfléchissons à leur action.33

32Cette liaison de l’écrit concret avec l’action s’exprime dans une décision fondamentale de méthode qui renonce à une pensée de l’effet (comme les regards inspirés par la rhétorique) et à la recherche des intentions. Elle se manifeste par ailleurs dans un effort procédural : les objets écrits du passé sont vraiment considérés comme des actions :

  • 34  Ibid., p. 10 sq.

Nous nous efforçons de les [les écrits] regarder ici comme les actions qu’ils ont été dans le temps de leur production – dans tous les sens de ce terme, qui comprend les formes de la publication ou de la non-publication de ce qui a été écrit, si bien qu’à chaque fois qu’un écrit est employé ou réemployé, transforme, par exemple republié en tout ou en partie, ou sous une autre forme, c’est une autre action qui a lieu.34

33À la suite de ces propos qui essaient de saisir l’écrit et l’écriture non pas comme représentation ou protocole, mais comme une action autonome, les contributions de ce dossier analysent le rôle du temps, la présence de la réflexion sur lui et des différents modes temporels de la perception humaine dans les écrits.

34L’action écrite possède une spécificité temporelle par rapport à d’autres formes d’agir : en raison de sa stabilité et de sa disposition au réemploi, auxquelles l’ouvrage fait allusion, elle peut créer un temps présent pérennisé qui annule toute dynamique du temps – au moins peut-elle la cacher et la dissimuler et donc créer une perception présentiste constamment renouvelée. Comme le remarque Nicolas Schapira dans sa contribution, le livre, cet objet bavard, incarne la durée et la réflexion sur la durée. La production des traces d’actions peut ainsi suspendre la temporalité : La publication des chansons (déjà chantées) les garde présentes (Dinah Ribard). En outre, les actions écrites possèdent le pouvoir de dynamiser la perception du temps – surtout quand il s’agit des actions expectatives d’événements concrets dont les écrits favorisent la réalisation. Agir par l’écriture signifie donc que ce n’est pas le contenu mais l’action d’écrire qui compte, qui influence le temps et la vitesse des actions (Matthieu Gellard).

35Tournés vers le passé, les écrits disposent de la capacité de mettre de l’ordre dans les expériences : dans l’écriture s’accomplit la sélection des aspects, la démarcation du champ d’expérience. L’action écrite est effort pour actualiser et valider des expériences et enfin transmettre.

36Quand on appréhende enfin la lecture comme action d’écriture, elle réalise l’achèvement d’une action passée orientée vers le futur attendu : Les écritures expectatives possèdent le pouvoir de construire une téléologie des événements, une téléologie qui s’achève avec l’adaptation dans l’avenir advenu des expériences à l’attente décrite auparavant dans l’écriture. Dans les écritures expectatives se réalise la possibilité d’harmoniser la perception ultérieure du temps d’attente avec les expériences et les attentes préalables car ces écritures restent présentes et gagnent une nouvelle présence, une nouvelle fonction dans ce temps qui était d’abord un temps futur, mais qui devient le temps présent et même le temps passé. L’écriture incorpore la force de réaliser un futur en s’appropriant, sous forme narrative, et le passé et le présent.

37Ce qu’on constate donc est une multi-temporalité de l’écriture, la possible réalisation d’une coprésence d’expérience et d’attente – peut-être la seule coprésence possible ? Si l’on suit ces hypothèses, il faut rechercher et analyser des types d’écritures qui ne sont pas seulement théoriquement capables de réaliser ces coprésences, mais qui disposent d’un pouvoir communicatif donnant à leurs réalisations une validité reconnue. Quand on considère les écrits comme action, on peut percevoir aussi l’échec d’une action expectative, comme dans le pamphlet analysé par Bernd Klesmann, qui avait essayé à partir d’une position d’impuissance, de créer une attente.

38À partir des écrits de Marie du Bois, Christian Jouhaud esquisse une typologie sommaire (et spécifique à ces écrits) des actions expectatives avec cinq catégories depuis « les gestes anodins de la faveur » dont la résonance temporelle de leur rayonnement dépasse même la vie de Marie du Bois jusqu’à « l’investissement sur l’écrit lui-même » ; L’analyse de Christian Jouhaud montre combien ces actions sont implantées dans l’existence individuelle de ce petit noble et dans ses contraintes sociales et culturelles. L’analyse laisse entrevoir la multitude d’actions expectatives possibles. Elle rend ainsi visible leur interdépendance avec les situations, les lieux, les acteurs, les formes et finalement avec les autres actions communicatives et médiatiques possibles. Comment ces éléments se lient-ils d’une manière plus générale avec les écrits analysés dans ce dossier ?

Situations

  • 35  Il s’agit peut-être d’un certain Albert Flamen (c.1620 - après1669), bien que les dessins du carne (...)
  • 36  Bibliothèque Geneviève, le Ms 2314, fol. 23r ; sur le siège de Candie : Özkan Bardakçı/François Pu (...)
  • 37  À part cette page, il y a seulement un dessin d’un camp militaire royal au bord d’un fleuve (fol.  (...)

39La notion de « situation » évoque la question du moment où l’on écrit une action expectative et s’il s’agit d’une attente concrète ou plutôt d’une attente abstraite. On trouve un rapprochement entre des situations abstraites et concrètes dans un carnet conservé à la Bibliothèque Geneviève, le Ms 2314. L’image de vignette à sur la page d’accueil de ce dossier provient de ce carnet de 45 feuillets, rempli de dessins à la plume (paysages, fortifications, sièges de places fortes, forteresses), exécutés probablement par un nommé Le Flamant, maître de dessin à Paris35 pour M. de Biran (ou par celui-ci). Les dessins ont été réalisés avant le vingt septembre 1672, quand « Monsieur de Biran est allé à la Campagne ». Ils montrent entre autres le fameux siège de Candie (1648-1669) en Crète36, fameux et cruel – mais les cruautés ne sont pas montrées. Ce carnet expose plutôt des paysages oisifs, un cadre idyllique de la guerre ainsi que des dessins qui mettent en valeur les techniques à la disposition d’un noble dans la guerre. La plupart des dessins ne présente pas de paysages identifiables, mais plutôt des représentations idéales, au sein desquelles le dessin de Candie attire d’autant plus l’attention qu’il est le seul dessin avec une inscription qui le situe sans équivoque dans l’histoire du xviie siècle37. Le carnet contient dans son ensemble au moins un événement concret, mais surtout il donne à voir un ensemble d’images idéales comme un seul champ d’expérience. Peut-on interpréter ce carnet comme une action d’imprégnation d’un habitus sur un jeune noble et futur soldat qui, en 1672, est âgé de 16 ans ? Est-ce alors une action expectative parce qu’on compte sur le rôle de la guerre dans la carrière de Biran ? Dans ce cas, l’attente de la guerre est toujours là pour un jeune noble, elle n’a pas de début et n’est pas une crise ; le passage de l’avant-guerre à la guerre n’aurait alors qu’une signification mineure. L’action expectative se porte alors sur l’habitus et crée plutôt une attitude d’expectation à l’état latent.

40Le cas contraire représente un lien étroit entre deux événements différents qui tendent ainsi à perdre la possibilité d’être distinguables. Les événements qui s’enchainent l’un à l’autre sont accompagnés d’actions expectatives, lorsque, durant une guerre, on voit (ou l’on attend) la suivante. En 1694, après la bataille de Neerwinden (1693) pendant la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697), est publiée l’estampe « LE HERAVLT CRAINTIF ou les Occupations du Prince d'Orange dans Son Camp de Neerwinden » dont le sujet est la peur prétendue du roi d’Angleterre Guillaume III dans cette bataille et qui est donc d’abord un commentaire de cet événement passé – est-ce une action dénonciatrice qui vise déjà la prochaine guerre, la prochaine bataille, le prochain événement ?

Lieux : cour, province, ville

41La guerre, événement conflictuel, le plus exhibé en public, impose de prendre en compte les lieux d’action pour analyser le sens des actions et pour pouvoir évaluer la variété des possibilités d’agir. Bien que le lieu ne fixe pas, seul, en toute autonomie les conditions des actions réalisables, les perspectives des actions écrites dépendent partiellement des positions géographiques.

  • 38  Archives départementales de l’Aube (Troyes), ED 420/3, Villenauxe-la-Grande : Autorisation à la vi (...)

42La cour comme lieu d’écriture ouvre plusieurs possibilités qui dépendent des acteurs. Certaines actions expectatives considèrent le futur des individus et d’autres considèrent le futur politique et la société. Entre ces différents modes d’action, des interactions sont possibles – la cour peut être considérée comme le lieu offrant la plus grande multitude de possibilités d’interagir dans une proximité sociale et culturelle extrême. Il existe toutefois des actions qui sont liées strictement à des lieux précis – comme les écritures communales administratives qui cherchent à sécuriser et protéger la ville38.

43« Le Journal d’un curé de Campagne » montre la corrélation des différents lieux – en quelque sorte la projection de la cour en province. Dans son journal, l’abbé Alexandre Dubois réécrit des ordonnances du roi, comme, par exemple, la déclaration de guerre lors de la guerre de la Ligue d’Augsbourg : son commentaire s’approprie la perspective royale et la commente dans son propre sens. Ce n’est pas une écriture qui agit de façon autonome sur le futur ; c’est en revanche une écriture qui reflète (p. ex. en 1697) les actions militaires et politiques et s’engage à doubler les jugements de la cour à destination de la province, bien que l’abbé Dubois y ajoute ses propres réflexions :

  • 39  Alexandre Dubois, Journal d'un curé de campagne au xviie siècle, Villeneuve d'Ascq, France, Presse (...)

On ne saurait s’empêcher de rapporter ici les grands préparatifs de guerre que le roi très chrétien fait. […] Les personnes les plus sensées croient que ces formidables apprêts sont des signes de paix : si vis pacem, para bellum. En effet, le roi et tous les alliés sont convenus d’envoyer des ambassadeurs extraordinaires à Ryswick, en Hollande, pour traiter d’une paix générale. Et pendant qu’ils sont assemblés, le roi met une armée en campagne, qui ne s’est jamais vue de pareille, fait retirer les ennemis derrière Bruxelles, mange pendant toute la campagne tout leur pays et se rend maître d’Ath ; et dans la Catalogne, où les préparatifs étaient aussi extraordinaires, il se rendit maître de la capitale de cette province.39

Acteurs

  • 40  Voir Matthieu Gellard, sur la lettre (minute) du 7 août 1568 à l’amiral de Coligny.

44Cet exemple témoigne de la possibilité d’agir individuellement même pour un acteur qui est peu élevé sur l’échelle sociale. Mais il n’est en rien surprenant qu’un acteur ayant une position élevée dispose d’une multitude de possibilités d’agir – ainsi que d’un savoir approfondi sur la manière d’agir avec des attentes, un savoir stratégique qui se fonde sur une réflexion sur les autres acteurs. Ainsi, à l’été 1568, Catherine de Médicis réagit à la méfiance des protestants40. Ses lettres rendent perceptibles les différences d’attente et d’expérience en articulant et ciblant les sentiments (les craintes) des acteurs : elle les assure de ses intentions pacifistes (Matthieu Gellard, lettres 5 et 6). De la même manière, Henri de Navarre applique une écriture dominante et tente d’exclure certaines possibilités d’agir, il cherche à détourner ou à interrompre les actions des autres acteurs en essayant de définir un champ d’expérience commun (Tatiana Debaggi-Baranova).

  • 41  Alain Cantillon, Anna Keszeg, Yasushi Noro, Bérengère Parmentier, Nicolas Schapira, Xenia von Tipp (...)
  • 42  Voir David El Kenz, sur l’Exhortation aux princes et seigneurs du conseil du Roy d’Estienne Pasqui (...)

45Les acteurs des écrits donnent à lire des visions très différentes, les uns plutôt dominés, les autres plutôt dominants. Mais même si l’on agit par obéissance, plusieurs possibilités existent encore : ou l’on accepte ou l’on agit contre les restrictions41, par exemple dans l’anonymat42. Il est une condition majeure à toute action expectative : il faut être prêt à un investissement de soi-même dans l’action dans le temps (Christian Jouhaud) – cette condition est l’expression d’une réflexivité temporelle de l’acteur qui pourrait susciter une pensée libre tournée contre les restrictions et ainsi produire des simulacres d’obéissance. Les relations entre les acteurs se répercutent aussi sur les interactions : Ne pas répondre, ne pas écrire peut indiquer une relation asymétrique de pouvoir et un refus d’agir peut renforcer une telle situation – c’est peut-être le cas en 1609 après la mort du duc de Juliers, quand l’Archiduc Albert reste à Bruxelles pendant longtemps sans nouvelles de Madrid : une lettre du Roi Philippe, écrite en mai, n’arrive que début juillet, donc très tard.

46Il existe des situations où l’interaction, la coproduction des écrits par plusieurs acteurs (ou plusieurs actions mises ensemble) est très claire et facilement distinguable – le mémoire de Richelieu du 10 mars 1630, par exemple, dont les éditeurs résument ainsi le processus d’écriture :

  • 43  Les Papiers de Richelieu. Section politique intérieure. Correspondance et papiers d'état, éd. Pier (...)

Ce document – particulièrement important, puisqu’il est à l’origine de la décision d’occuper militairement la Savoie – se présente sous la double forme d’une minute et d’un original sans signature. La minute, écrite en partie de la main de Charpentier, en partie de celle de Cherré, a été ensuite revue par Richelieu, qui y a porté de sa main diverses additions, dont l’une constitue un paragraphe entier, et a écrit, au dos de la pièce : « Dépesche au Roy, du 9 mars, en partant de Suze ». Au recto du premier feuillet, c’est la date « du 10 mars 1630 », qui a été portée, mais le chiffre « 10 » a été ensuite surchargé du mot « neuf », écrit au crayon. Le texte de cette minute est entièrement écrit en clair. Il a été suivi par Avenel, conformément aux principes qu’il a posés dans la Préface de sa publication. L’original porte en tête : « Mémoire envoié par Monsr le Cardinal », et au verso du dernier feuillet : « Dépesche à Pancrasse touchant les affaires » […] Les rédacteurs des Mémoires de Richelieu […] ont fait plusieurs emprunts à ce document, mais de façon très libre et fort incomplète. La date du 9 mars, qu’ils donnent comme étant celle de sa rédaction, autorise à penser qu’ils n’ont pas eu connaissance de l’original.43

47Dans cette description, on reconnaît les acteurs dans des moments précis, et au moins deux périodes d’action qui se distinguent (on pourrait y ajouter l’édition comme troisième période) et l’on reconnaît les dépendances, la collaboration. Parfois, les liens entre les acteurs sont plus compliqués ou dissimulés. Pour pouvoir agir au futur, les ministres et les serviteurs du roi doivent l’observer et le montrer comme acteur original des actions :

  • 44  Bibliothèque Mazarine, Ms 2296 : Instruction à M. le marquis de Boufflers pour les préparatifs du (...)

Sa Majesté estant informé que la plus grande partie des troupes de l’Electeur de Brandebourg sont entre Liege et Aix la Chapelle, a jugé apropos de prendre des mesures pour faire subsister sous treves 3000 cheveaux.44

L’observation du roi implique une interprétation :

  • 45  Archives des Affaires étrangères, Espagne 18 MD 12, p. 148-174 : Mémoire pour servir d’adition et (...)

J’ay leu et examiné les plans et memoires du sac qu’il a plû a sa Majesté me mettre entre les mains, sur le contenu desquels je prendray la liberté de luy dire ce que j’en pense.45

L’application de ces pratiques garantit la validité des actions des serviteurs du roi.

  • 46  Pierre de l’Estoile ne mentionne pas les sermons concernant la guerre de Clèves tandis qu’il fait (...)

48Apparemment, les situations se distinguent du point de vue des acteurs. Qui écrit des actions expectatives, dépend des guerres : Si l’on considère les documents qui ont été discutés, il est clair qu’il y a là une différence entre les guerres civiles et les guerres entre états46.

Formes

49Les formes des actions écrites se distinguent les unes des autres par plusieurs aspects. La qualité communicative semble être l’aspect le plus important que ces actions ont en commun. Mais même cet aspect peut, en un sens, être différencié. Certaines actions sont plutôt réciproques, surtout les lettres qui, par leur forme, incluent implicitement une réponse pour former une unité d’échange épistolaire, bien qu’il soit d’usage de publier uniquement un côté de cet échange – cette pratique laisse remarquer la qualité ouverte de ce type de texte et des modes de les mettre en recueil (David El Kenz, Nicolas Schapira). Une réciprocité implicite peut également être attribuée aux libelles qui, parfois, forment des groupes avec réponses à plusieurs reprises. Tous ces écrits peuvent déclencher des chaînes d’actions expectatives. Néanmoins, un grand nombre d’actions ont un caractère unilatéral : elles ne demandent aucune réponse écrite – comme les journaux-mémoires, les ordres administratifs ou les sermons ; ces exemples montrent clairement que la distinction porte uniquement sur l’écrit puisque les sermons et les écrits administratifs attendent certainement une réaction, les uns dans l’attitude, les autres sous forme d’actions publique et officielle (municipale, militaire etc.).

50Quoi qu’il en soit, la forme des textes prescrit en partie la forme des réactions, elle les intègre dans un champ d’actions possibles – qui peut être élargi ou restreint par de nouvelles actions. Et comme le champ des formes, les formes elles-mêmes ont la capacité de se modifier par chaque nouvelle action dans tous ses aspects. Ceci vaut aussi pour les qualités publiques et privés des écrits. La fausse dichotomie absolue entre ces deux extrêmes dissimule la possibilité que la portée des écrits puisse être élargie et restreinte et que cette qualité influence les possibilités d’agir sur le futur. C’est l’acte de la publication de la Déclaration de Henri de Navarre qui est essentielle à la tentative de déclencher la suite des événements : pour définir le futur et le rendre inévitable. L’utilisation des lettres comme preuves implique également une extension de leur publicité.

  • 47  Hervé Drévillon, Lire et écrire l'avenir. L'astrologie dans la France du Grand siècle, 1610-1715, (...)

51Mis à part les aspects communicatifs et les modalités publiques/privées, il y a des écritures dotées de qualités qui favorisent des actions expectatives, comme les écrits astrologiques47. Le système astrologique de l’interprétation des signes permet d’inclure et d’expliquer des événements extraordinaires dans l’expérience et dans l’attente. L’historiographie met l’accent sur le rôle de la morale : la prudence et le roi comme acteur de prudence. Les expériences plutôt techniques trouvent leur place dans les actions écrites qui fondent les archives – ces actions permettent d’autres actions au futur et servent d’auxiliaire pour le roi. Ainsi, comme cela a été mentionné précédemment, l’historiographie tient une place majeure dans l’expression de l’expérience. Mais elle est plus que cela : l’écriture historiographique est la pensée de l’expérience mise en action et elle est surtout une action d’expérience mise en relation avec l’attente. L’écriture historiographique assure et définit l’espace d’expérience qui permet l’intégration des expériences futures.

52Si on retourne la perspective des aspects des formes à l’inverse pour examiner les points communs qui lient les différents modes d’écriture, cela fait ressortir ces éléments qui permettent d’exercer des actions expectatives. C’est ce que l’on pourrait comprendre sous la formule « écrire en scène » qui accentue la dramatique et les articulations des points tournants des écrits. Les deux concepts provenant de la Poétique d’Aristote (surtout chap. 11) pour nommer les deux moments décisifs d’une pièce théâtrale (qui peuvent coïncider en un seul moment) de l’« anagnorisis » et de la « péripétie » peuvent être appliqués ainsi à toute autre écriture expectative : le moment de la reconnaissance qui dissout tout suspens (Sven Externbrink) et le moment du changement de toute action qui accomplit toute attente.

Interactions avec d’autres médias

  • 48  Complainte de la France sur la rumeur de la guerre civille, Paris, Antoine Champenois, 1614, p. 3  (...)

53Les relations entre l’oral et l’écrit sont très intenses, bien qu’ils se distinguent fondamentalement par leur qualité temporelle et bien qu’ils soient donc plus éloignés l’un de l’autre que chacun d’entre eux avec les autres médias. Les relations entre l’oralité et l’écrit s’articulent parfois dans un sens plutôt complémentaire, mais aussi dans un sens concurrentiel. Les écrits déclarent leurs rapports avec l’oral à certaines occasions et les utilisent pour renforcer la validité de leurs actions expectatives. La libelle « Complainte de la France sur la rumeur de la guerre civille » de 1614 se présente comme « messager du silence », qui donne une présence aux rumeurs par l’écrit et dénonce en même temps la validité des nouvelles orales48. Il n’est pas contestable que les actions orales soient capables d’exécuter des actions expectatives, mais les actions écrites se distinguent par la possibilité de contrôler l’énoncé et par la possibilité d’amplifier la temporalité (Dinah Ribard).

54D’autres medias ont donné lieu à des actions expectatives sous différentes formes. Pour ne citer ici qu’un type, il suffit de rappeler les médailles qui glorifient Louis XIV comme vainqueur et qui ont été conçues au plus tard avant la fin de la guerre :

  • 49  René Démoris, « Peinture et histoire : Félibien et la stratégie du récit historique au siècle de L (...)

L’exemple des médailles, élaborées, comme le dit Perrault dans ses Mémoires, avant les victoires royales, fait imaginer un discours historique qui précéderait l’action : moyen sûr d’éviter le mauvais discours, mais aussi de couper radicalement l’historien de toute réalité.49

Les médailles agissent au lieu des écrits. Elles constituent l’événement avant l’accomplissement et donnent ainsi le modèle d’une construction d’un champ d’expérience au moment où celle-ci est encore une attente. Se pose alors la question de savoir si les qualités performatives des médailles (avec la combinaison de l’écriture et des images) ne sont pas supérieures à celles des écrits. En rappelant encore une fois le cas des dessins à la plume et leur cadrage idyllique des scènes de guerre, évoqué plus haut, il s’avère important de garder en vue l’« agency » des médias sur l’énoncé : La scène des actions expectatives est également produite par les propriétés des médias.

  • 50  Pour n’évoquer que les lacunes les plus frappantes : Ils manquent des sources théologiques, des ex (...)

55Nous n’avons aucunement la prétention de présenter ici une collection exhaustive (ou un corpus de sources dans un sens linguistique) des différents modèles d’actions expectatives à l’époque moderne50. Les contributions sont des études de cas qui ne sont pas considérées comme représentatives du régime d’historicité de la France des xvie et xviie siècles. Mais elles aident à mieux appréhender les conditions d’agir entre expérience et attente et font saisir l’importance de considérer les qualités multi-temporelles de toute action écrite.

Top of page

Notes

1  Dans ce dossier, nous ne reprenons pas l'ensemble des contributions présentées lors de ces deux colloques, pour diverses raisons. Avaient également été discutées les présentations de Hervé Drévillon (Marquis de Vauban : Dissertation sur les projets de la campagne prochaine en Piémont (1696)), Sven Externbrink (Le Mémoire du Cardinal Richelieu du 16 avril 1630), Christian Jouhaud (Les « Mémoires » de Louis XIV et l’avant-guerre en Franche-Comté), Nicolas Schapira (Jean Maillefer et les prémices de la guerre de Hollande (1670-1672)), Albert Schirrmeister (« Complainte de la France sur la rumeur de la guerre civille » (1614) : Écrire une contre-attente ?), Xenia von Tippelskirch (écrire en attendant la fin du monde (xviie siècle)).

2  Norbert Elias, Über die Zeit, éd. par Michael Schröter (Norbert Elias Gesammelte Schriften, t. 9), Francfort, Suhrkamp, 2004.

3  François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Éd. du Seuil, 2003, p. 19.

4  Reinhart Koselleck, „‚Erfahrungsraum‘ und ‚Erwartungshorizont‘ - zwei historische Kategorien“, Vergangene Zukunft. Zur Semantik geschichtlicher Zeiten, Francfort, Suhrkamp, 1979, p. 349-375. Trad. française : « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand par Jochen Hoock et Marie-Claire Hoock, Paris, EHESS, 1990, p. 309-327.

5  Koselleck dit que l’intuition heuristique a présidé à la conception de l’encyclopédie „Geschichtliche Grundbegriffe“ : l’intuition qu’il y a eu au milieu du xviiie siècle un changement fondamental dans la sémantique des topoi classiques. Des mots anciens auraient gagné des sens nouveaux, qui n’ont plus besoin de traduction pour nous. Cette intuition a conduit à la définition d’un temps charnière, où l’origine se transforme pour devenir notre présent. Les concepts considérés sont à double face : tournés vers le passé, ils désignent des faits politiques et sociaux qui ne nous sont plus compréhensibles sans commentaire critique, tournés vers nous et vers l’avenir, ils ont des sens qui peuvent être interprétés, mais qui nous semblent compréhensibles immédiatement. Les concepts et la possibilité de les concevoir coïncident. Reinhart Koselleck, „Einleitung“, Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialen Sprache in Deutschland, éd. Otto Brunner, Werner Conze, Reinhart Koselleck, t. 1, Stuttgart, Klett-Cotta 1972, p. XIII-XXVII, ici p. XV : „Der heuristische Vorgriff der Lexikonarbeit besteht in der Vermutung, daß sich seit der Mitte des achtzehnten Jahrhunderts ein tiefgreifender Bedeutungswandel klassischer topoi vollzogen, daß alte Worte neue Sinngehalte gewonnen haben, die mit Annäherung an unsere Gegenwart keine Übersetzung mehr bedürftig sind. Der heuristische Vorgriff führt sozusagen eine „Sattelzeit“ ein, in der sich die Herkunft zu unserer Präsenz wandelt. Entsprechende Begriffe tragen ein Janusgesicht: rückwärtsgewandt meinen sie soziale und politische Sachverhalte, die uns ohne kritischen Kommentar nicht mehr verständlich sind, vorwärts und uns zugewandt haben sie Bedeutungen gewonnen, die zwar erläutert werden können, die aber auch unmittelbar verständlich zu sein scheinen. Begrifflichkeit und Begreifbarkeit fallen seitdem für uns zusammen“.

6  Achim Landwehr, Geburt der Gegenwart. Eine Geschichte der Zeit im 17. Jahrhundert. Francfort, S. Fischer, 2014.

7  Il n’est pas question de cesser de parler des expériences, que l’on vit avec une « pauvreté d’expérience » (Erfahrungsarmut), comme l’a diagnostiqué Walter Benjamin après la Grande Guerre de 1914-1918 : Cette guerre aurait délégitimé toute expérience et cette négation de toute expérience aurait provoqué un renouveau, un début absolu avec la seule perspective du futur : Walter Benjamin, „Erfahrung und Armut“, Walter Benjamin, Gesammelte Schriften, éd. Rolf Tiedemann et Hermann Sweppenhäuser, t. II, 1, p. 213-219, t. II, 3, p. 960-963 (notes et documentation), Francfort, Suhrkamp 1977.

8  Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », p. 309.

9  Ibid.

10  Ibid., p. 313.

11  Ce qui me parait moins important pour ce dossier est la possibilité inverse : Si on parle d’un « horizon d’expérience », on fait remarquer que les réalités auxquelles on se réfère en agissant ne peuvent pas être atteintes non plus. Ce n’est possible qu’à partir de leurs représentations.

12  Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », p. 311.

13  Les remarques du paragraphe renvoient à un livre allemand : „Erfahrung" als Kategorie der Frühneuzeitgeschichte, éd. par Paul Münch, Munich, Oldenbourg 2001 (Historische Zeitschrift. Beihefte, 31) ; je me réfère surtout aux contributions suivantes : Karl Schlögl, „Einleitung: Von der gesellschaftlichen Dimension religiösen Erlebens“ (p. 271-280) ; Hubert Knoblauch, „Kommentar“ (p. 333-339) ; Gerd Schwerhoff, „Justiz-Erfahrungen. Einige einleitende Gedanken“ (p. 341-348).

14  Heinz-Dieter Kittsteiner, „Kants Theorie des Geschichtszeichens. Vorläufer und Nachfahren“, Heinz-Dieter Kittsteiner (éd.) Geschichtszeichen, Cologne, Böhlau, 1999, p. 81-116, ici p. 107 ; Kittsteiner souligne : „daß die zwei von Reinhart Koselleck entwickelten Kategorien Erfahrungsraum und Erwartungshorizont nicht für sich alleine bestehen können, sondern daß sie den Begriff der symbolischen Form als vereinigendes Drittes brauchen“.

15 Kittsteiner, p. 109 : „Wahrnehmung bedeutet immer, daß das Einzelne schon in einen allgemeinen Rahmen eingeordnet werden kann und muß. Nun stellt sich die Frage, woher dieser Ordnungsrahmen stammt. Die Antwort kann nur heißen: Auch wiederum aus der Geschichte. Diese Rahmen sind entstanden und haben sich zu einem temporären Erkenntnishintergrund verfestigt. Kann es sein, daß die auch von Koselleck betonte transzendentale Funktion seiner beiden Kategorien darin besteht, Deutung und Bedeutung in unsere Wahrnehmung zu bringen? Und zwar deswegen, weil sie Vergangenheit, Gegenwart und Zukunft verbinden, und von der auf Kommendes gerichteten Erwartung her rückwirkend die Erfahrungen strukturieren?

16  Cornel Zwierlein, „Heidelberg und der Westen“, Späthumanismus und reformierte Konfession. Theologie, Jurisprudenz und Philosophie in Heidelberg an der Wende zum 17. Jahrhundert, éd. Christoph Strohm, Joseph Freedman, Herman J. Selderhuis, Tübingen, Mohr Siebeck (Spätmittelalter und Reformation. N.R., 31), p. 27-92, p. 91 : „als Komponenten einer mentalen Welt, eines Denkrahmens, in dem sich dann die über Krieg und Frieden und alle Details des politischen Alltags entscheidenden Akteure bewegten“ , en se référant à sa thèse : Discorso und Lex Dei. Die Entstehung neuer Denkrahmen im 16. Jahrhundert und die Wahrnehmung der französischen Religionskriege in Italien und Deutschland, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2006 (Schriftenreihe der Historischen Kommission bei der Bayerischen Akademie der Wissenschaften, 74), p. 198-294.

17  Anders Schinkel, "Imagination as a Category of History: An Essay concerning Koselleck's Concepts of Erfahrungsraum and Erwartungshorizont", History and Theory, n° 44/1, 2005, p. 42-54.

18  Comme Richard Evans a souligné dans sa critique de l’historiographie contrefactuelle, ces essais manquent assez souvent d’une fondation empirique, ils sont surchargés d’imagination et donc peut-être divertissants mais surtout banals ; Richard J. Evans, Altered Pasts. Conterfactuals in History, Little, Brown, London, 2014.

19  Antoine Furetière, Dictionnaire Universel, contenant généralement tous les Mots François tant vieux que modernes, et les termes de toutes les Sciences et des Arts, La Haye 1690, t. 1 : « Connoissance, se dit generalement de toutes les choses qui ont passé par nostre esprit, mais plus particulierement des sciences. … ». Les entrées suivantes sont : « Connoissance, se dit aussi du jugement, & de l’esprit même. C’est un furieux, un agonisant, qui a perdu toute connoissance. … », « connoissance, signifie aussi, Jurisdiction, droit qu’on a de juger de quelque chose. » « connoissance, se dit aussi de quelques discussions d’affaires entre les particuliers. » « connoistre. V. act. Avoir une idée empreinte dans l’esprit, que quelque objet present rappelle. Il me semble que je connois cet homme-là. Je ne le connois que de veue … » « connoistre, signifie aussi, sçavoir, penetrer jusqu’au fond des choses. » « Connoistre, signifie encore, Avoir hanté, frequenté le monde, avoir de grandes experiences de quelque chose. Ce Pilote connoist bien la mer. Ce Courtisan connoist bien la Cour, ce Voyageur connoist bien le pays. » « Connoistre, signifie quelquefois, Découvrir, faire voir ce qu’on est ».

20  Johann Martin Chladenius, Allgemeine Geschichtswissenschaft, éd. Christoph Friederich, Vienne, Böhlau, 1985 (Klassische Studien zur sozialwissenschaftlichen Theorie, Weltanschauungslehre und Wissenschaftforschung, t. 3), chap XII: „von zukünfftigen Dingen“, p. 381-400.

21  Kittsteiner, „Geschichtszeichen“, avait pris cette article comme contrepoint pour la théorie des signes historiques d’Emmanuel Kant.

22  Furetière, éd.1690, t. 1 : « Attente, subst. Fem. Esperance, prevoyance d’une chose qui doit arriver. Le Messie a esté l’attente des nations : c’est une vaine attente que celle qu’en ont les Juifs à présent. Ce jeune homme n’a point trompé l’attente qu’on avoit de luy, ce changement est arrivé dans l’Estat contre l’attente publique. Les bienfaits de son maistre ont surpassé son attente. […] » ; « Expectative. S.f. Grace accordée ou promise dont on attend l’accomplissement. On ne reçoit point en France les reserves, mandats & autres graces expectatives de Cour de Rome. Il a la survivance de cette charge, il est dans l’expectative pour entrer en jouïssance. On luy a promis le premier Benefice, la premiere charge vacante, il est dans l’expectative ». « Expectant s. m. Qui attend l’accomplissement d’une grace, d’une collation qui lui est deuë ou promise. Il y a deux expectans sur la nomination de ce Chapitre, l’un pour l’indult, l’autre pour le serment de fidelité ». Furetière, éd. 1727, t. 2 : « Expectation. S.f. Attente. Ceux qui parlent bien ne se servent jamais de ce terme. Expectation ne se dit on aucune autre phrase ; encore en celle-ci est-ce un mot Espagnol, ou Latin, plutôt que François. […] ». « Expectatif, ive adj. Il n’est en usage qu’au feminin, & même il ne l’est gueres qu’en cette phrase, graces expectatives ».

23  Koselleck renvoie à Grotius qui aurait condamné comme injustes les guerres qui ont été menées pour accomplir une prophétie ; p. 28sq : Grotius, qui publie en 1635 son traité de droit international alors qu’il vient de s’exiler pour fuir la persécution religieuse, classe la volonté de prophétiser, voluntatem implendi vaticinia, parmi les causes injustes de la guerre. [De jure …, 1670, 389, 398 : II, 22, § 15]

24  Dans sa contribution, David El Kenz tire l’attention sur le défi méthodologique de cette construction finaliste pour toute historiographie.

25  Voir Furetière, éd. 1690 : « crise se dit figurément en choses morales. Cette intrigue est dans sa crise, nous en verrons bientost le denouement. Ce procés est dans sa crise, on est après à le juger. » crise est utilisé généralement dans le sens médical ; Reinhart Koselleck suggère que l’article renvoie aussi à une utilisation dans le contexte politique, mais ça n’a aucun fondement dans le texte du dictionnaire. Pour les utilisations politiques, il n’évoque que des références à partir du 18e siècle. Reinhart Koselleck, „Krise“, Geschichtliche Grundbegriffe, t. 3, p. 617-650,icip. 620 („Auch in Frankreich wurde der Begriff – nach Furetière 1690 – in den politischen, wie kurz zuvor schon in den psychologischen Bereich übertragen“), p. 623sq.

26  Gérard Sabatier, Versailles ou la figure du roi, Paris, Albin Michel, 1999 ; Stefan Germer, Art – Pouvoir – Discours. La carrière intellectuelle d'André Félibien dans la France de Louis XIV. Traduit par Aude Virey-Wallon (Passagen / Passages. Deutsches Forum für Kunstgeschichte / Centre allemand d’histoire de l’art 54), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016.

27  Evans, p. 34 avec une critique de la qualité des essais contrefactuels..

28  Anuschka Tischer, Offizielle Kriegsbegründungen in der Frühen Neuzeit. Herrscherkommunikation in Europa zwischen Souveränität und korporativem Selbstverständnis, Berlin, Lit (Herrschaft und soziale Systeme in der frühen Neuzeit, 12), 2012, p. 94 sq.

29  Solange Rameix, Justifier la guerre. Censure et propagande dans l'Europe du xviie siècle (France-Angleterre), Rennes, Presses universitaires de Rennes (coll. « Histoire »), 2014, p. 150.

30  Ibid., p. 147, le titre du Chapitre IV.

31  Ibid., p. 151.

32  Michel de Certeau, L’Invention du quotidien. 1 : Arts de faire. Avec la collaboration de Luce Giard, Paris, Gallimard, 1990 (Folio. Essais, 238), p. 200-202. Certeau y ajoute un exemple, « un des rares mythes dont ait capable la société moderne », le roman Robinson Crusoé de Daniel Defoe : « C’est le roman de l’écriture. D’ailleurs, chez Defoe, l’éveil de Robinson au travail capitaliste et conquérant d’écrire son île s’inaugure avec la décision d’écrire son journal, de s’assurer par là un espace de maîtrise sur le temps et sur les choses, et de se constituer ainsi, avec la page blanche, une première île où produire son vouloir. »

33  Alain Cantillon, Laurence Giavarini, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, « Introduction », écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective (coll. « En temps & lieux »), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, p. 9.

34  Ibid., p. 10 sq.

35  Il s’agit peut-être d’un certain Albert Flamen (c.1620 - après1669), bien que les dessins du carnet de la Bibliothèque Ste Geneviève ne soient pas exécutés avec autant de soin que ceux que l’on connaît d’Albert Flamen : http://www.corpusetampois.com/cae-17-flamen1664longuetoise.html .

36  Bibliothèque Geneviève, le Ms 2314, fol. 23r ; sur le siège de Candie : Özkan Bardakçı/François Pugnière, La dernière croisade. Les Français et la guerre de Candie 1669, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008.

37  À part cette page, il y a seulement un dessin d’un camp militaire royal au bord d’un fleuve (fol. 41v) avec une légende qui identifie les éléments (fol. 42r) en utilisant des majuscules de A à X (p.ex. A quartier du roy ; B les corps de gardes …), malgré tout, ce dessin n’indique ni le lieu concret et réel ni le moment auquel il fait allusion.

38  Archives départementales de l’Aube (Troyes), ED 420/3, Villenauxe-la-Grande : Autorisation à la ville de se fermer de murs : lettre patente, délibération.

39  Alexandre Dubois, Journal d'un curé de campagne au xviie siècle, Villeneuve d'Ascq, France, Presses Universitaires du Septentrion (Documents et témoignages), 1997.

40  Voir Matthieu Gellard, sur la lettre (minute) du 7 août 1568 à l’amiral de Coligny.

41  Alain Cantillon, Anna Keszeg, Yasushi Noro, Bérengère Parmentier, Nicolas Schapira, Xenia von Tippelskirch, « Obéissances », écriture et action. xviie-xixe siècle, une enquête collective, p. 237-281.

42  Voir David El Kenz, sur l’Exhortation aux princes et seigneurs du conseil du Roy d’Estienne Pasquier.

43  Les Papiers de Richelieu. Section politique intérieure. Correspondance et papiers d'état, éd. Pierre Grillon, 7 tomes, Paris 1975-1985, t. 5 (1982), p. 129-135, N° 124 : Mémoire envoyé à M. Bouthillier, s.l. 10 mars 1630.

44  Bibliothèque Mazarine, Ms 2296 : Instruction à M. le marquis de Boufflers pour les préparatifs du siege de Mons, du 26. février 1691, fol. 57 v.

45  Archives des Affaires étrangères, Espagne 18 MD 12, p. 148-174 : Mémoire pour servir d’adition et esclaircissement aux plans et papiers contenus au sac rouge du Roy, intitulé Biscaye etc., p. 149.

46  Pierre de l’Estoile ne mentionne pas les sermons concernant la guerre de Clèves tandis qu’il fait beaucoup attention aux sermons prêchés pendant les guerres de religion.

47  Hervé Drévillon, Lire et écrire l'avenir. L'astrologie dans la France du Grand siècle, 1610-1715, Seyssel, Champ Vallon, 1996.

48  Complainte de la France sur la rumeur de la guerre civille, Paris, Antoine Champenois, 1614, p. 3 : « Ce papier messager du silence, vous fera entrevoir, (nos tres-illustres & honorez Seigneurs) quelle est l’affliction generalle, qui par cy-devant a violenté & tourmenté la France. La rumeur de vostre soudaine retraicte, & le separation de vos nobles personnes d’aupres celles de leurs Majestez, ont tellement travaillé les pensees de tous les fideles sujets & serviteurs du Roy, qu’au premier recit de ces nouvelles, les conceptions des plus sages ont esté retenuës, & leurs paroles comme estouffees. Vous pourrez croire que ce n’est par presomption que ceste lettre (forcee de la necessité & vaincuë de nos affectionnees prieres) si librement se hazarde : mais bien pour vous faire cogonoistre & representer comme nostre heur & commun repos despend mediatement de vous. »

49  René Démoris, « Peinture et histoire : Félibien et la stratégie du récit historique au siècle de Louis XIV » in Jean Bessière (éd.), Récit et histoire, Paris, PUF, 1984, p. 23-36, ici p. 32.

50  Pour n’évoquer que les lacunes les plus frappantes : Ils manquent des sources théologiques, des exemples d’actions financières et des éléments comparatifs de l’étranger.

Top of page

References

Electronic reference

Albert Schirrmeister, « Agir au futur - l’attente en mouvement », Les Dossiers du Grihl [Online], 2017-01 | 2017, Online since 28 March 2017, connection on 25 July 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6755 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6755

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org