Navigation – Plan du site
Historiographie et méthodologie

Violences fondatrices ? Les épreuves aux origines de l’identité libertine sous l’Ancien Régime

Stéphane Van Damme

Entrées d’index

Mots-clés :

ENBaCH
Haut de page

Notes de la rédaction

Colloque « Violences intellectuelles », Juin 2007

Texte intégral

  • 1  C. Ginzburg, Le sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1990, p. 34.

« Dans la section transversale de n’importe quel présent, on trouve aussi les incrustations de nombreux passés, d’épaisseur temporelle différente [...] qui peuvent renvoyer à un contexte spatial beaucoup plus étendu1 »
Carlo Ginzburg, Le Sabbat des Sorcières, p. 34

  • 2  Voir le livre emblématique de Stuart Carroll, Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, O (...)
  • 3  La réflexion sur cette double violence peut être significativement rapprochée de celle de Walter B (...)

1Ce colloque propose une discussion serrée de la notion ambivalente de « violence intellectuelle ». Violences sur les intellectuels certes, mais violences aussi des intellectuels. Or, l’identité du libertinage a toujours été montrée comme inextricablement liée à la question de la violence qu’elle relève de l’expérience libertine, associée à des mises à l’épreuve récurrentes, de nature et de taille différentes, ou qu’elle ressort de la construction historiographique largement fondée sur la topique du procès ou de la cause célèbre. Dans le cadre de cette communication, je souhaiterais interroger une double problématique qui compose tacitement l’histoire du libertinage. Une première thèse est celle qui renvoie la « violence symbolique ou réelle » de l’état royal ou de l’église qui fait de cette « population intellectuelle » une minorité persécutée selon la martyrologie libertine. Une seconde rapporte les gestes et les pratiques des libertins à une « culture de la violence » des élites de l’Ancien Régime2 et transforme le libertin en praticien de la guérilla intellectuelle. Ces formes de violence, l’une subie et victimaire, l’autre active et créatrice, sont considérées comme aux origines d’une identité collective3.

  • 4  Je me range ici dans le cadre sociologique proposé par Cyril Lemieux, notamment dans C. Lemieux, L (...)

2Les évènements qui mettent en scène une lutte entre la justice royale, les ordres religieux et les « représentants » du libertinage s’avèrent un site d’observation très riche pour saisir la pluralité des pratiques et des usages de cette violence intellectuelle. Mais d’emblée il faut marquer un écart méthodologique et s’interroger sur un usage « contextuel » de la violence intellectuelle dans le cas des libertins qui ferait de cette violence un élément extérieur à la définition du libertinage. En s’attachant au cadre sociologique des épreuves4 (scandale, polémique, controverse, procès, affaires) qui proposent de définir

  • 5  B. Latour, L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Dé (...)

les acteurs [...] par des épreuves, qui peuvent être de toutes les sortes d’expériences au cours desquelles de nouvelles performances sont mises en lumière. C’est au travers des épreuves que les acteurs sont définis5.

3Cette notion d’épreuve liée à celles d’acteur et de performance permet de prendre au sérieux cette violence qui sature l’histoire du libertinage :

  • 6 Ibid., p. 323.

[...] au lieu de partir d’entités qui sont déjà des composantes du monde, l’anthropologie des sciences, s’attache à la nature complexe et controversée de ce que c’est pour un acteur que d’advenir à l’existence6.

  • 7  Voir ici la présentation méthodologique de Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’ex (...)
  • 8  Nicolas Dodier, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, éditions des Hautes études en Scie (...)
  • 9  L’approche anti-essentialiste est en contradiction avec l’usage d’un vocabulaire essentialiste com (...)
  • 10  J.-P. Cavaillé, « Les libertins : l’envers du Grand Siècle », Libertinage et philosophie au xviie  (...)

4Elle entend rompre avec une histoire judiciaire du libertinage qui voit, comme les dénonciateurs de l’Ancien Régime, une continuité factice entre les différentes épreuves et projette des collectifs, une contre-société, là où les acteurs eux ne perçoivent souvent que singularité et rupture. En refusant le cadre monographique du procès, souvent perçu comme un cadre d’analyse « inerte », l’étude des épreuvesnous propose d’utiliser de jouer sur les échelles d’observation pour restituer la part d’incertitude qui encadre le travail de qualification du libertinage dans la dénonciation littéraire ou théologique comme dans sa mise en forme juridique7. D’où l’attention portée aux formes sociales que sont les scandales, épreuves et affaires. L’épreuve est en effet « un moment destiné à qualifier ou requalifier les entités en lien avec une question saillante8 ». Il s’agit ainsi de tenir ensemble l’exploration des expériences où cette violence s’exerce et le motif historiographique qui fait de cette violence subie une figure fondatrice du discours sur l’identification9 collective du libertinage. Au-delà de la violence destructrice de l’état, nous verrons que ces épreuves proposent aussi de faire entendre un sens minoritaire de l’histoire du libertinage, celui de son impossible reconnaissance comme groupe, comme un autre modèle de « l’intellectuel » désengagé et en retrait. Par là, elle s’écarte à la fois du thème de la tradition antique10 qui engloberait toute entière la logique des pratiques libertines, et de la lecture téléologique de l’avènement de l’espace public (l’affaire de libertinage ayant servi de paradigme à la forme affaire au xviiie siècle).

5J’adopterai un point de vue historiographique et méthodologique sur le libertinage pour interroger cette question de la violence intellectuelle sous l’Ancien Régime en suivant trois pistes de réflexion. En premier lieu, on reviendra par conséquent sur le dispositif de l’« épreuve libertine » qui constitue le cadre « naturel » de l’historiographie du libertinage depuis le xixe siècle car elle permet d’articuler la collection de cas à la compréhension globale d’une menace. En second lieu, on s’interrogera sur le programme de relance mise en œuvre depuis le début des années 1990, qui a interprété l’émergence de la figure du libertin comme un produit ou acteur de la violence en renversant le paradigme judiciaire, en décentrant le libertinage de l’épreuve. Enfin, on essaiera de se demander comment peut-on passer d’une lecture historique largement informée par le paradigme judiciaire et les pratiques de la dénonciation, et du complot à une sociologie historique de la singularité où le cas singulier pointe aussi vers le collectif sans lui être subordonné. On cherchera à résoudre un certain nombre de tensions qui traversent l’histoire du libertinage et que permet d’éclairer l’outillage des épreuves : dichotomie entre figure littéraire du libertin et pratiques sociales ; dichotomie entre libertinage de mœurs et libertinage intellectuel ; dichotomie  entre individualisme et identité collective ; dichotomie entre publicité et clandestinité ou retrait de la sphère politique.

Un Ancien régime libertin ? Une institution par la violence d’état

  • 11  Michel Delon montre comment la construction du mythe libertin s’élabore entre 1794 et 1820, en par (...)
  • 12  Les ouvrages pionniers dans l’histoire du libertinage sont ceux de : Jacques Denis, Sceptiques ou (...)

6Dans un premier temps, la reconnaissance d’un Ancien Régime libertin apparaît comme une invention historiographique du xixe siècle qui puise directement dans une histoire des causes célèbres entre la fin de l’Ancien régime et les années 182011. Ce motif historiographique va suivre une double trajectoire, celle d’une réhabilitation romantique sous le thème de la persécution littéraire et celle de la dénonciation morale dans le cadre des premières histoires des libertins dans les décennies 1880 et 189012. Ces deux thèses reposent sur l’institution du libertinage par la violence d’état. Trois motifs s’y rattachent.

Un paradigme judiciaire

  • 13  Lucien Febvre, « Aux origines de l’esprit moderne : libertinisme, naturalisme, mécanisme », in Au (...)
  • 14  Pierre Chaunu sur Garasse comme sociologue du phénomène libertin, voir église, culture et société, (...)
  • 15  Robert Mandrou, Histoire de la pensée européenne, Des humanistes aux hommes de sciences, Paris, Le (...)
  • 16  O. Bloch, « Matérialisme et clandestinité : tradition, écriture, lecture », in De la Illustracion (...)

7L’historien du libertinage fut longtemps un collectionneur de cas judiciaires. La progressive émergence du libertinage comme territoire de l’investigation historique au cours du xixe et de la première moitié du xxe siècle n’a pas ainsi été neutre, mais a oscillé entre une pratique de la réhabilitation partagée par de nombreux critiques romantiques et des pratiques de dénonciation morale et politique. Tous ces interprètes partageaient une égale fascination pour l’irruption de ces cas singuliers rapidement identifiés aux « marges de la société et aux déviances » qui semblaient mettre à l’épreuve avec éclats les institutions comme les représentations culturelles de l’ordre ancien. Après la Seconde guerre mondiale, certains historiens dans le sillage de l’histoire religieuse et de l’histoire des mentalités13 ont pris l’habitude de ranger le phénomène libertin aux côtés des épidémies de sorcellerie et des bouffées mystiques (lecture d’un Pierre Chaunu14 ou d’un Robert Mandrou15), tandis que d’autres au croisement de l’histoire littéraire, de l’histoire du livre clandestin et de l’histoire de la philosophie ont proposé de restituer un monde intellectuel ignoré, constitué par des traditions critiques et matérialistes (de René Pintard à Olivier Bloch16).

Une histoire documentaire

  • 17  F. Lachèvre, Le libertinage au dix-septième siècle, Genève, Slatkine-Reprints, 1968, 13 vol.
  • 18  Montage de deux citations extraites de C. Ginzburg, Le Juge et l’historien, Paris, Verdier, 1997, (...)

8Soit l’exemple de l’entreprise monumentale de Frédéric Lachèvre en 11 volumes, celle d’une « histoire documentaire du libertinage », qui est publiée entre 1909 et 1924 chez Honoré Champion17. Elle frappe par la nouveauté de son approche et l’idéologie qui la justifie. Lachèvre va s’atteler à une tâche considérable qui consiste à publier l’intégralité des pièces du procès, non seulement les minutes des archives judiciaires, mais aussi les documents littéraires imprimés le temps du procès. Sa méthode procède par collage et accumulation de sources de première main tant manuscrites qu’imprimées, sans jamais produire aucune contextualisation ou explication. Les pièces parlent d’elles-mêmes. Le mot « documentaire » n’est en effet pas neutre, mais renvoie au paradigme judiciaire de l’instruction. Cette histoire à charge doit dénoncer les racines malfaisantes de la philosophie des Lumières, telle est la conclusion et l’ambition de Lachèvre. Il utilise les mêmes procédés que le procureur général, c’est-à-dire qu’il prend au mot l’accusation de libertinage en cherchant à traquer les indices dans les textes, dans les archives parlementaires, mais avec des nuances qui tiennent justement à ce décalage chronologique. On retrouve ainsi dans les textes de Lachèvre un des traits caractéristiques de l’historiographie judiciaire que Carlo Ginzburg définit à la suite des juristes comme « la réduction de tout un événement ou processus historique » à des actions de type intentionnel, « commises en toute conscience et volonté par un individu capable de comprendre et de vouloir18 ». La culpabilité des libertins repose sur cette intentionnalité, mais dont la certification fait défaut parce qu’elle est toujours stratégiquement niée par les acteurs. Si Lachèvre entreprend en effet d’exhumer le continent documentaire laissé par le libertinage, c’est qu’il voit dans les principaux représentants de ce courant ceux qui ont miné de l’intérieur l’édifice institutionnel et moral de l’ancien régime. Son érudition est ainsi mise au service d’une lecture judiciaire de l’histoire du libertinage, largement fondé sur les minutes des procès et des enquêtes criminelles. Le cas fonctionne ici comme une aberration, comme un cas pathologique.

La tradition libertine

  • 19  R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du 17e siècle, Paris, Boivin, 1943.
  • 20 Libertins du xviie siècle, éd. Jacques Prévot, Bibliothèque de la Pléiade, NRF Gallimard, 1998.

9Au-delà de la différence des approches, des styles et des objets d’études, cette première historiographie du libertinage se caractérise par un « air de famille ». En premier lieu, une opération documentaire a sédimenté le projet archéologique d’exhumation du continent libertin. La constitution de corpus, de bibliothèques, d’œuvres a orienté cette entreprise, sans s’attacher souvent à l’étrangeté du matériau ainsi rassemblé, souvent fragmentaire, énigmatique, fictionnel. Outre la mise en corps de la littérature libertine, les premiers historiens du libertinage ont cherché à constituer des dossiers à charge ou à décharge en rassemblant l’ensemble des traces et des références aux libertins. Leur méthode ici est largement commune ou empruntée aux pratiques des théologiens et des magistrats qui eurent à traiter des questions de libertinage. Le montage documentaire comme l’accusation par extension furent pratiqués également. Une seconde opération consiste à distribuer les cas selon deux groupes pensés comme séparés socialement : libertinage érudit/libertinage de mœurs que le livre monumental de René Pintard publié en 194319 contribuera à installer. Ici, l’opposition entre un libertinage frivole et inacceptable des gens de cour et des aristocrates débauchés, et un libertinage érudit, d’intellectuels libre-penseurs qui, pour contrer l’occupation des esprits et le contrôle des consciences, n’ont plus d’autres choix que la dissimulation, la clandestinité et l’art de l’équivoque, doit sans doute beaucoup au contexte de l’occupation. Anne Simonin a pu ainsi relever les usages stratégiques que font les résistants des études sur d’Holbach ou sur Sade à partir de 1943. Une troisième opération historiographique consiste à proposer aussi une lecture continuiste du phénomène libertin. La collection de cas offerte par Frédéric Lachèvre doit construire un Ancien Régime du libertinage qui mine les fondements de l’ordre ancien et le subvertit souterrainement. Enfin, une dernière opération consiste à rabattre la fiction sur le réel, à fonder la description du libertinage sur une lecture littérale des textes de fiction. Or, cette approche soulève d’importants problèmes méthodologiques dans la mesure où le phénomène libertin est porté par un recours large à la « fictionnalisation ». Que faire de cette mise en fiction des écrits et de l’identité libertine lorsque les seules « témoignages » du fait libertin sont fictionnels ? La première démarche a consisté à prolonger les pratiques des magistrats et des théologiens, en niant la littérarité des écrits libertins, en faisant une lecture littérale de ces textes (lecture réaliste de Sorel, de Viau, de Cyrano de Bergerac, de Sade). La seconde a renversé la perspective et pris ces écrits pour de pures fictions, pour des écrits satyriques et frivoles (édition La pléiade sur les libertins, dirigée par Jacques Prévot20).

Les « libertins », produits ou acteurs de la violence ?

10Depuis le milieu des années 1980, un programme de relance a tenté de renouveler le cadre d’analyse élaboré par Pintard, en sortant de sa triple perspective morale, sociologiste et psychologique. Il s’est agi sur plusieurs fronts de privilégier de déstabiliser la catégorie de « libertinage » et de « libertin » par une étude des multiples « constructions » sociales du phénomène. Loin de conduire à un abandon du ressort de la violence, ces approches ont conduit à un déplacement fructueux qui rend mieux compte de ces champs d’expérience où s’élabore l’identité libertine, comprise à la fois comme représentation de soi et comme prise en compte de compétences spécifiques. Elles autorisent de plus à un élargissement de la gamme des épreuves et à leur hiérarchisation. Autour du blasphème, du scandale et procès, objets traditionnels de l’histoire du libertinage, se déploient désormais la controverse, la polémique ou encore la forme affaire. Dans cette perspective, les libertins apparaissent soit comme des produits de la violence, soit comme des acteurs, des praticiens de la violence intellectuelle. Trois types d’approches sont à distinguer pour qualifier cette construction sociale du libertin par la violence.

Une interprétation culturaliste

  • 1
  • 22  Joan DeJean, The Reinvention of Obscenity: Sex, Lies, and Tabloids in Early Modern France, Chicago (...)

11Un premier type d’approche ressort d’une interprétation culturaliste du libertinage qui insiste sur les différentes cultures qui encadrent les pratiques libertines et leur donnent sens. Ainsi, ces interprètes vont s’attacher à englober le phénomène libertin dans plusieurs contextes plus larges : culture du blasphème pour Alain Cabantous, culture du cabaret et culture de l’obscénité pour  Joan Dejean et Claire Gaudiani21. On est proche ici d’une histoire des pratiques scandaleuses qui procèdent par indexation des gestes libertins à des espaces de totalisation plus vastes. La transgression n’est pas simplement d’ordre blasphématoire (de l’ordre de la parole interdite) ou d’ordre intellectuel, elle donne une prime aux déviances sexuelles. C’est ainsi que Joan Dejean rapproche la dénonciation et la publicité de ces cas à la culture du « tabloid »22. On peut évidemment s’interroger sur les limites de cette approche culturaliste, et sur l’existence d’une « culture du scandale », stable et uniforme durant la période moderne, qui surplomberait toutes ces affaires de libertinage. Ces lectures ont aussi encouragé une représentation victimaire et passive des libertins. Le scandale libertin renverrait à une représentation atemporelle du bouc émissaire, toute droite issue de la théorie girardienne.

Le libertinage produit de la controverse et de la polémique

  • 23  Louise Godart de Donville, Le Libertin des origines à 1665 : un produit des apologètes, Paris-Seat (...)
  • 24  Voir sur cette critique, H. Becker, Outsiders, p. 211.
  • 25  Voir sur cette notion  la proposition de Dinah Ribard et Nicolas Schapira, « Pour penser ensemble (...)
  • 26  Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.
  • 27  Sophie Gouverneur, Prudence et subversion libertines. La critique de la raison d’état chez Françoi (...)
  • 28  Anthony MacKenna, « Les manuscrits philosophiques clandestins à l’âge classique : bilan et perspec (...)

12Un second type d’approche a participé du désenclavement de l’histoire du libertinage : ce sont les travaux qui accordent aux textes et aux pratiques littéraires et éditoriales un rôle de première importance. L’irruption du phénomène libertin aux xviie et xviiie siècles serait rapportée cette fois-ci à une construction rhétorique ou littéraire. S’il s’agit dans un premier temps de déconstruire la catégorie libertine, en montrant le rôle joué par les théologiens, les controversistes, les hommes de lettres dans la fabrication de cette désignation, l’enquête tourne vite à l’analyse d’une figure textuelle23. Elle aurait le défaut de disjoindre la topique littéraire de son référent réel. Le problème posé ici n’est pas celui de l’adéquation entre une catégorie littéraire et une catégorie d’action, mais bien celui de deux systèmes d’action séparés, celui qui consiste à définir la catégorie de libertinage à partir des actes et des expériences libertines (en l’occurrence, ce travail est plutôt orienté vers l’incrimination des pratiques de blasphèmes), des « actions particulières que des gens peuvent accomplir » ; un autre système est celui de l’espace où ces catégories de jugement sont définies24. En rabattant la définition 1 sur la définition 2, on inclut dans la catégorie de libertin, tous ceux qui n’ayant pratiqué aucun acte de libertinage, ont été traités comme tel. Loin de se confondre, ces deux plans d’action sont différents. En produisant d’amples dénonciations, les acteurs de la dénonciation auraient contribué à donner forme au libertinage, à lui donner un corpus, et une visibilité. Si ces enquêtes ont salutairement enrichi la compréhension de l’espace sémantique du libertinage, et souligné l’hétérogénéité du phénomène et la force des dispositifs rhétoriques et polémiques, l’instabilité du vocable, elles ont renvoyé le libertin à un être de papiers. D’autres approches ont mis l’accent à l’inverse sur des « conjectures polémiques25 », sur des espaces polémiques spécifiques qui débordent la question du libertinage26, et ont souligné l’importance de la publication dans l’anthropologie de la dissimulation libertine27. Cette interprétation rend compte du désir de publication chez les libertins et rejoint la vaste réflexion sur les manuscrits clandestins menée en particulier par Anthony MacKenna28 et articulée sur le tournant entre le xviie siècle et le xviiie siècle. Elle représente une tentative pour faire dialoguer histoire de la philosophie et histoire de la scribalpublication d’Harold Love.

L’action libertine

  • 29  On les retrouve ainsi comme auteurs de textes satyriques ou de pamphlets politiques, voir ainsi Cy (...)

13Dans le prolongement cette dernière approche, une histoire de l’action libertine s’est mise en place qui est avant tout une histoire des pratiques critiques élaborées par les libertins. Ces derniers y sont décrits comme des praticiens de la guérilla intellectuelle29. Comme l’écrit justement Sophie Gouverneur,

Comment ne pas voir dans ce désir de publication, que les trois auteurs de cette étude illustrent parfaitement, la volonté d’intervenir dans un champ social et politique ?

14Pour battre en brèche la thèse du retrait de la sphère politique, un ensemble de travaux ont cherché à donner une cohérence au concept de « dissimulation », considéré non seulement comme un concept clef de la critique de la raison d’état, mais aussi comme un ensemble d’outils et de techniques intellectuelles. L’écriture philosophique libertine, produit de la violence d’état, serait une écriture sous contrainte, une écriture entre les lignes. En considérant la publication libertine comme une action, on déplace la frontière entre public et privé :

  • 30  Sophie Gouverneur, Prudence et subversion libertines : la critique de la raison d’État chez Franço (...)

[...] si l’on se souvient que ces derniers sont des auteurs, qu’ils destinent leurs livres à un public, on ne peut plus maintenir l’étanchéité des deux sphères ; si l’écriture est une activité privée, qui peut même théoriser les bienfaits de la retraite, la publication de l’écriture est évidemment de toute autre nature30.

15Comme le montre Sophie Gouverneur, l’attention portée à l’écriture de la dissimulation libertine remet en question la dissociation entre le for privé et le politique au xviie siècle, en brouillant les frontières entre les deux sphères. Si les libertins développent une « politique prudentielle » qui

  • 31 Ibid., p. 23.

[...] s’articule autour de la prudence comme art de la tromperie et comme calcul du moindre mal », ils ne s’en tiennent pas à la reprise du machiavélisme, mais s’attachent à esquisser une « sphère protégée des atteintes du pouvoir, celle du for interne ou de l’amitié31.

16Ce repli n’est donc pas simplement un moyen d’échapper à la persécution, mais le

[...] moyen d’une subversion morale et religieuse (mais pas encore politique à ce stade) en ce qu’elle est au service d’un mode de vie secret, non conforme aux préceptes du christianisme, et philosophiquement fondée sur une « éthique prudentielle ».

  • 32 Ibid., p. 24.
  • 33 Ibid., p. 27-28.
  • 34  Parmi une riche bibliographie de celui qui a contribué magistralement à reconfigurer l’histoire du (...)
  • 35  Isabelle Moreau, Les stratégies d’écriture des Libertins au xviie siècle, Thèse de littérature fra (...)
  • 36  Perez Zagorin, Ways of Lying : Dissimulation, Persecution and Conformity in Early Modern Europe, H (...)
  • 37  Sophie Gouverneur, livre cité, p. 327.
  • 38  Sur la bibliothèque comme donjon, ibid., p. 329, voir aussi Jean-Pierre Cavaillé.

17Mais l’exigence de publication conduit à la mise en place d’une « esthétique prudentielle » selon Sophie Gouverneur qui « suppose un art d’écrire particulier », qui « vise simultanément à la propagation et à la réserve des idées philosophiques 32». En révoquant le jugement moral qui fait de la dissimulation l’égale du mensonge, ces travaux restaurent une légitimité à la dissimulation libertine en dissociant la simulation éthique du mensonge33. Ce champ d’enquête combine à la fois l’analyse des ressorts de l’écriture et de la lecture libertine (en particulier son art de peser sur les pratiques de lecture, et de mettre en œuvre une autre conception du public), l’étude de la grammaire et du répertoire de l’action libertine (travaux sur la prudence, le secret, le public), et la mise en place de techniques de dissimulation intellectuelle et éditoriale (usage de la cryptonymie chez Naudé), d’une compétence. On retrouve ici des entreprises aussi différentes et stimulantes que les travaux de Jean-Pierre Cavaillé sur les techniques de l’équivoque34, d’Isabelle Moreau sur les stratégies d’écriture et de lecture libertine35, sur les pratiques du mensonge et de la dissimulation pour Perez Zagorin36. L’écrivain de la dissimulation se présente sous les traits d’un auteur paradoxal37 qui entend publier ses secrets. Le thème de l’invention textuelle du libertinage est ici contrebalancé par une mise au jour des libertins comme acteurs et praticiens de l’écrit et de la dissimulation. Le monde libertin n’est pas un espace littéraire et savant comme un autre ; s’il est construit autour de la bibliothèque38 et du cabinet, c’est d’abord un atelier d’écriture tournée vers l’action politique et éthique.

  • 39  « Observations diverses, sur la composition et sur la lecture des livres », in œuvres, I, p. 369.
  • 40  S. Gouverneur, op. cit., p. 318-319. Isabelle Moreau, « Gabriel Naudé, une apologie de la prudence (...)
  • 41  Sur ce type d’approche qu’il conviendrait de questionner en histoire, en s’éloignant de la psychol (...)

18Ces différentes entreprises historiographiques ont indéniablement contribué positivement à prendre en compte la dimension plurielle de la « fabrique libertine », et dans le dernier cas redonner aux libertins toute leur place comme acteurs. Ici le thème des pratiques de la dissimulation et des arts de la persécution brouille définitivement une représentation victimaire et passive des libertins. Mais en multipliant les processus de « construction » du libertinage, en déconstruisant totalement les catégories sociales et philosophiques utilisées, ces études ont aussi instillé l’idée que le libertinage pourrait être un pur produit du contrôle social. L’espace de dénonciation est souvent analysé comme un pur champ sémantique ou comme un espace textuel d’affrontements polémiques sans véritablement distinguer les différentes formes agonistiques et leurs enjeux. Pourtant les phénomènes de publication sont complexes et ne conduisent pas toujours à la production d’un espace public. Les controverses peuvent rester confinées et les stratégies de destination et les arts de lire sont eux aussi traversés par des contradictions. Ils souhaitent mettre tantôt les livres à disposition une communauté de lecteurs restreinte mais universelle (le public contre le peuple), tantôt comme chez Sorbière assimilr le public au peuple. De même l’usage des livres peut être à la fois choisi et limité à un lecteur curieux (comme chez La Mothe Le Vayer39) ou bien large sans refus a priori d’accès au livre selon Naudé dans son Avis pour dresser une bibliothèque40. Les phases de sorties de ces crises sont aussi rarement étudiées (processus de fictionnalisation ; production d’une législation ; constitution d’une mémoire des évènements, etc.). Ainsi, la thématique du retrait et de la clandestinité reste trop souvent proclamée sans véritable analyse. La dimension psychologique pourrait être ici réintégrée comme un des effets qui pèse sur la cohérence identitaire des libertins41. Les épreuves jouent en effet sur la cohérence intérieure des acteurs, sur leur représentation de soi et mettent en scène une incohérence spatiale (un jeu entre l’ici et l’ailleurs) et une incohérence temporelle (entre l’avant et l’après). Plutôt que de trancher le débat catégoriel entre un être fictionnel (le libertin des apologètes) et un être réel (le libertin, acteur), on peut se demander dans quelle mesure les épreuves constituent de véritables épreuves identitaires qui mettent au jour la distorsion entre le réel et l’idéal, entre un haut degré de singularisation (souvent qualifié d’individualisme par les commentateurs) et la construction d’une identité collective. Cette tension entre deux régimes de reconnaissance qui fondent l’expérience sociale du libertinage dans le contexte des épreuves appelle une nouvelle proposition méthodologique.

Prendre au sérieux les épreuves : vers une sociologie historique de la présence libertine

19Contre une histoire documentaire, il faut préférer comme nous y invite Benjamin à une histoire matérialiste pour éviter de redoubler la violence sur les libertins par une « violence proprement historiographique » qui tend à redoubler les effets de l’histoire judiciaire. Peut-être ici, peut-on finir par faire valoir d’autres approches possibles de la présence libertine qui prennent au sérieux le caractère discret (au sens statistique), scandaleux et discontinu du libertinage, mais aussi permettent de déplacer le clivage croyance/réalité dont il fait l’objet. Le dimensionnement d’une affaire de libertinage n’est pas un élément neutre, mais bien un des enjeux qui président à la visibilité nouvelle du libertinage en France aux xviie et xviiie siècles. On cherchera ici à montrer comment ce travail sur la « matière » libertine, sociale, politique, culturelle, est partagé par des acteurs de taille et d’intentions différentes (police, magistrats, théologiens, prédicateurs, libraires, écrivains, lecteurs). Quatre éléments me semblent ici donner une valeur heuristique à cette approche :

L’épreuve comme espace de déchiffrement et d’interaction

  • 42  Voir H. Becker, Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 45-48.
  • 43  Michel de Certeau, Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Hautes études-Galli (...)

20Les épreuves de libertinage, en plaçant au cœur de leurs enjeux la question de la définition d’une catégorie, font du libertinage un site d’observation privilégiée des processus de qualification socio-culturelle sous l’Ancien Régime que l’on adopte une démarche synchronique (qui vise à la description des libertins sous la forme d’un tableau des épreuves) ou séquentielle (qui s’attachent à l’ordonnancement et au passage d’une forme à une autre42). Michel de Certeau en s’interrogeant sur la proximité des poursuites contre les libertins, les sorcières et les mystiques, a souligné l’intérêt de se pencher sur la manière dont les acteurs rendent compte de la « nature » de ces objets, de ces acteurs, de l’étrangeté de ces expériences43. Comme il l’écrit à propos des magistrats des procès de sorcellerie :

  • 44 Ibid., p. 310.

Ils en discutent [de sorcellerie] avec les instruments dont ils disposent. L’hypothèse de la « feinte » et de « l’artifice » est souvent pour eux une explication facile qui leur évite (à eux, mais aussi à bien des historiens depuis) de trancher de pareilles questions44.

  • 45  Sur cette approche en termes de déviance chère à l’histoire des mentalités, on opposera les remarq (...)
  • 46  Dominique Linhardt, « L’économie du soupçon. Une contribution pragmatique à la sociologie de la me (...)
  • 47  Le Vayer comme Naudé se démarquent des soi-disant libertins. écoutons Naudé : « Je ne feray pas né (...)
  • 48  On suit les propositions méthodologiques d’E. Claverie, « La Vierge, le désordre, la critique. Les (...)
  • 49  Sur Vanini, Didier Foucault, Le procès de Vanini, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Toul (...)
  • 50  En anthropologie religieuse, la question de la croyance est souvent reliée à celle de la volonté d (...)

21Il s’agit bien de s’exiler du bien-fondé de la question de la réalité de la « menace libertine » ou de la « déviance45 » pour comprendre dans quelles configurations le libertin est une réalité constituée, et à partir de quelles compétences, de quels savoirs, les experts la circonscrivent46. L’évocation du libertinage par les dénonciateurs comme par les acteurs eux-mêmes du libertinage sur le mode du dénigrement invalide toute approche historique fondée sur une lecture littérale des textes et des proclamations de foi47. Car, à suivre Michel de Certeau, les affaires de sorcellerie ou de libertinage, au-delà de l’aspect professionnel et technique, « dévoilent un lieu philosophique ». En s’offrant à la place publique, en sortant des limites des Parlements ou des universités, elles configurent un nouveau « régime de construction de la présence » des sorciers ou des libertins48. Il me semble important d’entreprendre une sorte d’enquête anthropologique au ras du sol sur ces « apparitions » du libertinage, en les prenant d’abord pour ce qu’elles sont, un effet de réel, et sans d’emblée les renvoyer à la facticité ou à un répertoire textuel de situations libertines que l’on se transmet d’affaire en affaire. Il faut être attentif à la dimension morphologique, aux « investissements de formes » : aux situations qui caractérisent la présence libertine, et lui donnent une visibilité, une robustesse : opérations intellectuelles, éditoriales, juridiques. Si ces opérations ne sont pas forcément cumulatives, elles fonctionnent souvent sur un « accord » commun à tous ces registres. Or la nature et les modalités qui établissement cet accord sont peu analysés. Il serait bon aussi d’être attentif aux situations, aux évènements, aux « apparitions » du libertinage qui le rendent visibles, compréhensibles, déchiffrables et donc aussi dénonçables. Or, les mises en forme judiciaire comme les dénonciations théologiques sont promptes à faire surgir, à exhiber des situations collectives, à interroger le lien social du libertinage. Dans les registres d’interrogatoires produits à l’occasion des procès de Vanini à Toulouse en 162149, comme dans celui de Théophile de Viau en 1624-1625, puis au xviiie siècle dans le procès La Barre, on cherche à mettre en évidence un monde libertin, avec un réseau d’acteurs et de situations concrètes. Dans ces sources, le libertinage ne relève pas simplement du registre textuel, d’une mise en corpus des énoncés libertins, il parle aussi à travers des scènes, des actions, des situations où les témoins produisent leurs propres interprétations de la transgression libertine et de ses objets. L’intentionnalité libertine est ainsi débusquée à partir de ces marques50. Au-delà du vrai ou du faux, les témoins à charge donnent une forme sociale à la pratique libertine. Ainsi, la déposition du lieutenant de prévôté dans le diocèse d’Uzès, René Leblanc :

  • 51  A. Cabantous, p. 96.

Il rencontra Théophile dans la maison du comte de Candal (premier protecteur du poète) où il avoit résidence en laquelle il se insinua et luy ouyt ledit témoin tenyr plusieurs discours d’impiétez contre Dieu, la Vierge et les saints ; luy a veu prendre une bible pluzieurs foys de laquelle il recherchoit les mots les plus sacrosainctz, lesquels ledit Théophile tournoyt en risée et impiétez, de qui voyant ledit respondant luy dit et fit dyre plusieurs foys qu’il avoit grand tort de tenyr telles méchancetés et abominables parolles, desquelles il devoit s’abstenir...Encore a dit que luy ne croyoit ni de Dieu ny paradys, ni d’enfer et qu’après la mort tout étoit pour luy. Parlant au sieur Joseph, un escuyer italien, lequel Joseph le priant de ne plus mal parler de la Vierge ny des saints, a quoy ledit Théophile fit réponse audit Joseph qu’il étoit son amy et serviteur et qu’il aymeroit mieux avoyr estropié tous les saints de paradys que de luy avoir déplu51.

22Ces textes soulignent que le libertinage est un espace d’interaction, c’est-à-dire qu’il n’existe pas en dehors de ces phases d’interaction, de dénonciation ou d’échanges polémiques. Il est lié à la tension entre secret et publication, savoir tacite et scandale. On peut dès lors s’interroger sur les phases de présence du libertinage entre les épreuves. Mais cette interaction n’est pas le seul fait de l’accusation ou de la dénonciation, elle repose aussi sur la volonté des acteurs qualifiés de « libertins » d’agir ou de penser le libertinage, y compris de manière paradoxale dans le déni de libertinage. Il n’y a pas un avant et après de la transgression et de l’accusation, un libertinage chaud et extraverti et un libertinage froid et souterrain, mais l’un et l’autre pôle se définissent mutuellement. Les libertins eux-mêmes ont besoin des épreuves pour « objectiver » leur libertinage, pour lui donner un contour. Comme l’écrit Howard Becker : ces opérations

  • 52  H. Becker, Outsiders..., op. cit., p. 209.

[...] appartiennent à deux systèmes d’action collective qui sont distincts, quoiqu’ils se recouvrent partiellement. L’un est composé de gens qui coopèrent pour produire l’acte en question, l’autre comprend ceux qui coopèrent au drame moral dans lequel des « infractions » sont découvertes et traitées, que la procédure soit officielle et légale, ou tout à fait informelle52.

  • 53  On reconnaît ici le concept de la Path of the Law cher à une approche réaliste du droit, voir Oliv (...)
  • 54  Cabantous, op. cit., p. 81.
  • 55  Cependant par rapport aux procès de la seconde moitié du xviiie siècle, on doit souligner la parti (...)
  • 56  Cabantous, op. cit, p. 83.

23Dans cette perspective interactionniste, il me semble que tous les acteurs n’ont pas été traités à la même enseigne. Si les dénonciations religieuses ou les acteurs de la publication ont immédiatement attiré l’attention, le travail des magistrats dans cette mise en forme du libertinage reste à préciser. Une enquête symétrique sur ce passage du droit53 dans l’affaire de libertinage est plus que jamais nécessaire. Si le cadre législatif a été établi, si on a globalement insisté sur le transfert de pouvoir des justices seigneuriales et ecclésiastiques (officialité) à la justice royale, on sait peu de choses sur le travail et la concurrence de ces différentes instances. Jusqu’en 1790 pourtant, les seigneuries de Saint-Germain-des-Près, du Temple ou de Saint-Martin-des-Champs continuèrent à juger les affaires de blasphèmes54. à Paris, la lutte fut très concurrentielle. D’affaire en affaire, une norme juridique et une pratique s’affinent55. Alain Cabantous a montré la forte corrélation entre réaffirmation d’une législation anti-blasphème et les conjonctures politiques de réaffirmation du pouvoir royal. Pour autant, on sait peu de chose de la procédure. Les sources juridiques utilisées par A. Cabantous porte à la fois sur les sources royales (arrêts de la cour de parlement, déclarations royales), sur les juristes locaux (Nicolas Delamare à Paris) ou les arrêtistes (principalement Claude Le brun de La Rochette en 1609 ; le toulousain de La Roche-Flavin en 161756) qui font un tableau des crimes de lèse-majesté divine, mais laisse de côté la tradition de commentaire de la procédure criminelle qui définit quant à elle dans la pratique, les critères, les opérations, les experts à mobiliser... Avant le code de 1670, ces enquêtes judiciaires sont de véritables laboratoires d’analyse du fait libertin. Il est intéressant de voir comment au xviiie siècle, la jurisprudence alimente directement la réflexion d’un Pierre-François Muyart de Vouglans (1713-1791) sur la redéfinition des crimes de blasphèmes. Pour ce dernier, la publication de ses « Lois criminelles » dans les dernières décennies avant la Révolution, intervient à la suite de la rédaction de factums dans les affaires de blasphème du sieur Papin curé d’Ormesson en 1765, de Moynel et La Barre en 1766. Dans ses Lois criminelles, cette jurisprudence alimente directement la réflexion du juriste sur les crimes de blasphème.

L’impossible cause libertine

  • 57  Nathalie Heinich, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallim (...)
  • 58  Comme l’écrit Nathalie Heinich, « on s’aperçoit alors que le moment de la « représentation » ne re (...)

24Si, comme on l’a dit, la dimension collective est problématique, la description du libertinage en termes de mobilisation collective est une piste difficile à suivre, car ce processus reste souvent inachevé, inabouti. La mise en « cause » du libertinage est un travail de longue haleine, mais qui peine à déboucher sur une formulation générale, à la différence d’autres mouvements culturels qui vont à l’encontre des représentations dominantes de l’ordre culturel de l’Ancien Régime. Ainsi par exemple, le combat des disciples de Descartes pour diffuser sa philosophie relève de la formulation d’une « cause », de la mobilisation autour d’un sentiment d’injustice ou d’une indignation en dépit des multiples censures et condamnations de cette philosophie. Pourquoi le cas libertin n’est-il pas bon à défendre avant la seconde moitié du xviiie siècle ? Du procès Vanini et jusqu’aux affaires défendues par Voltaire, la cause libertine a du mal à se faire entendre. Cette question renvoie à l’impossibilité de définir une cause collective, de décrire une carte d’identité libertine à partir d’une « collection hétéroclite d’êtres n’ayant en commun que leur marginalité qu’elle soit stigmatisante ou au contraire valorisante »57. Le libertinage pose aussi un intéressant problème de représentation (non plus au sens théâtral mais au sens social et politique). Faiblement institué, il est une désignation tour à tour péjorative, provocatrice, polémique, satirique. Le libertinage exige d’ouvrir notre boîte à outils pour repenser les représentations collectives sous l’Ancien Régime, en distinguant différents registres : celui de la représentation comme « fabrication » employé par les dénonciateurs ; celui de la représentation politique des corps utilisé souvent par la défense (pour qualifier les accusateurs) ; celui du cadre de l’expérience58. En sortant d’une conception purement théâtrale de la représentation, on peut réinterroger les cadres de l’expérience libertine sans projeter sur les pratiques ou les paroles libertines, une indémontrable « duplicité ». Comment penser sous l’Ancien Régime l’identité collective d’individus qui ne font pas groupe ?

« Régime de singularité » contre « régime de communauté59 »

  • 59  Nous empruntons cette classification à Nathalie Heinich, L’épreuve littéraire. Prix littéraire et (...)
  • 60  Voir Jacques Revel, « L'institution et le social », in B. Lepetit (dir.), Les formes de l'expérien (...)

25L’impossibilité du libertinage avant le xixe siècle à se constituer en « cause », pour assurer une définition positive de son identité collective est en soi un élément intriguant pour s’interroger sur une autre conception du social. Il y a là un véritable défi pour l’histoire sociale : comment penser cette singularité dans d’autres termes que celui des catégories, des groupes, des agrégations maximales, en bref sans utiliser les critères qui définissent sous l’Ancien Régime, les statuts60. L’exceptionnalité du libertinage fait sens, moins dans le cadre absolu d’une tradition libertine, que par rapport à un réseau de pratiques et d’acteurs très localisés. Plutôt que d’aligner le phénomène libertin sur la logique d’une pratique sociale ordinaire, il faut tenter de penser le « régime de singularité » qui fait que la « distinction » pointe souvent dans les épisodes ou dans les pratiques revendiquées de libertinage. Je fais l’hypothèse que le cadre de l’épreuve est bon pour penser cette opposition entre un « régime de la communauté » (souvent celui des accusateurs et des institutions) et un « régime de la singularité ». Comme l’écrit A. Cabantous à partir du dépouillement des procès de blasphème parisiens,

  • 61  A. Cabantous, p. 102.

[…] si l’on excepte la nébuleuse libertine, il n’existe pas au sens strict de groupe cimenté par le goût et la pratique organisée du blasphème61.

  • 62  C’est l’exact opposé de la lecture offerte par leurs accusateurs jésuites qui eux sont dans un rég (...)
  • 63  R. Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature (xie-xviiie siècle), Paris, Hautes (...)

26J’irai même plus loin en étendant le constat aux libertins eux-mêmes. Pas plus que pour les blasphémateurs, les sources judiciaires ne permettent de montrer des manifestations collectives qui autoriseraient à déduire l’existence d’un groupe. Bien sûr ce groupe est dans l’imaginaire des théologiens ou des magistrats, mais à la différence d’autres communautés intellectuelles persécutées (on peut songer aux « cartésiens » ou aux spinozistes des premières générations), il n’y a pas chez eux le sentiment d’appartenance communautaire62. Celle-ci demeure longtemps une construction de la polémique, le résultat d’une stigmatisation. Pour eux aussi, la lutte pour la reconnaissance du label reste longtemps problématique : attachée à l’identification d’une « œuvre », d’un « corpus », d’« énoncés » marquants qui vont pouvoir permettre un ralliement positif. Les disciples de Descartes, les premiers éditeurs vont travailler à faciliter cette « identification », à renverser les thèmes de l’accusation. Dans le cas du libertinage, il en est de même. Les « libertins » ne cherchent pas à faire corps dans la société d’Ancien Régime, ni à se donner un lieu, ni à se doter de statuts. D’où la difficulté de dresser une géographie culturelle ou une sociographie du phénomène. Les outils de l’histoire sociale labroussienne sont ici fortement questionnés dans leurs valeurs heuristiques à produire de la connaissance sur le terrain libertin. Sur ce point, on peut se demander si la reconstitution à la fois des « positions », des « carrières », des « trajectoires » des libertins, n’est trop attachée à cette logique des professions, des corps et des institutions, sans faire entendre un autre sens minoritaire du « social », qui consisterait à se penser dans l’interstice d’autres identités plus assurées (pas seulement en se référant au registre de la « profession », mais aussi à une identité territoriale et politique dans le cas d’un Cyrano de Bergerac, bourgeois de Paris). La « compétence » libertine dont ils parlent n’est pas adossée nécessairement à une charge d’état ou à l’exercice d’une profession (bibliothécaire), mais peut se fonde sur la maîtrise de techniques intellectuelles ou sur une habileté sociale ou une mobilité. à la manière des héros de Sorel ou de Cyrano, le libertin apparaît comme un être en mouvement à la fois dans l’univers des savoirs et dans les univers sociaux. En premier lieu, comme l’a relevé Roger Chartier63 les états et les empires de la lune mettent en scène les différentes situations de circulation et de réception du livre philosophique. En second lieu, Roger Chartier souligne l’hétérogénéité des lectorats et de l’horizon d’attente : opposition entre publics lettrés et ignorants, crédulité et ironie. Enfin, les héros sont présentés comme des « êtres entre plusieurs mondes » qui traversent ces différentes sphères qui ont leurs ordres, leurs principes de légitimité et leurs instances de jugement. Cette traversée nécessite une compétence et des techniques qui favorisent la mobilité sociale (mobilité horizontale que symbolise le déplacement spatial entre trois pôles : le château et sa bibliothèque, la ville et ses libraires et le village et la prison), même si le passage des frontières présente un coût élevé. Si les énoncés libertins circulent d’un univers à un autre, c’est au prix de malentendus et de transformations radicales du sens premier. En revanche, les écrits de Descartes sont immédiatement identifiés comme dangereux :

Ils consultèrent s’ils se saisiraient du mulet, et délibérèrent que oui ; mais, ayant décousu le paquet, et au premier volume qu’ils ouvrirent s’étant rencontré la Physique de M. Descartes, quand ils aperçurent tous les cercles par lesquels ce philosophe a distingué le mouvement de chaque planète, tous d’une voix hurlèrent que c’était les cernes que je traçais pour appeler Belzébuth.

27La fragmentation des espaces de circulation des énoncés libertins, la faiblesse des statuts sociaux des auteurs au regard d’une professionnalisation de l’homme de lettres, l’aspect non-cumulatif des expériences libertines et des « conjonctures » rendent difficile cette montée en généralité. à une étude prosopographique qui traiterait tous les phénomènes sociaux à partir de la même grille d’analyse, celle d’un « régime de la communauté » qui est souvent celui qui organise le regard des accusateurs (ordres religieux, universitaires, parlement), il faut préférer d’autres méthodes d’approche qui rendent compte de cet écart.

La discontinuité : penser l’historicité du libertinage

  • 64  Walter Benjamin, Le caractère destructeur, publié dans le Frankfurter Zeitung du 20 novembre 1931.
  • 65  Dans l’acception qu’en donnent Joël-Marie Fauquet et AntoineHennion, La grandeur de Bach. L’amour (...)
  • 66  Jean-CharlesDarmon, Le songe libertin. Cyrano de Bergerac d’un monde à l’autre, Paris, Kincksieck, (...)

28Reste à comprendre comment passe-t-on d’une épreuve à une autre, comment se stabilisent autour de la présence libertine, des pratiques et des représentations, comment articuler des épreuves de taille et de nature différentes ? Faut-il recourir à l’analyse en termes de « culture libertine », en termes de tradition intellectuelle, en termes d’architecture polémique, en termes d’arsenal juridique, voire en termes de « mémoire » fondée sur des expériences traumatisantes ? Penser la continuité et la discontinuité du libertinage n’implique pas de remplir les blancs, de produire de fausses généalogies en essayant de reconstituer des filiations intellectuelles ou des chaînes éditoriales, ou de produire les « objets intangibles de la conservation64 ». On sait que l’histoire philosophique du libertinage s’est fondée sur de telles opérations historiographiques sans jamais vraiment les avoir explicitées. On pourrait se demander si dans le monde libertin, il est possible d’identifier des « grandeurs libertines »65 qui permettent aux acteurs de se penser comme libertin, qui peuvent servir de points d’appui identitaire, y compris par le recours à la fiction, mais qui sont perpétuellement traduites et réinventées dans des contextes donnés66. L’étude de la négociation de ces grandeurs permettrait de réfléchir sur l’emboîtement des temporalités, sur le rejeu permanent du passé libertin qui permet aussi d’élargir la surface culturelle des appropriations. De proche en proche, l’analyse de la circulation de ces grandeurs peut permettre de comprendre au-delà de la discontinuité la résistance du matériau libertin. Ces grandeurs ne sont pas nécessairement des individus, mais peuvent être des textes, des énoncés collectifs, des figures narratives que l’on songe ici aux suites des procès de Vanini ou de Théophile de Viau qui vont donner lieu à la dissémination très large du thème de la prison dans les écrits libertins. Cette hypothèse permettrait d’envisager d’intégrer la discontinuité comme un élément caractéristique de la pratique libertine et ouvrirait la voie à l’analyse de configurations historiques localisées.

Conclusion

29Dans le cadre de ce colloque sur les violences intellectuelles, l’attention portée aux constructions des identités « libertines » (sociales, politiques, textuelles, intellectuelles, historiographiques) à travers les formes d’épreuves permet de s’interroger sur l’impossible formation d’une « population intellectuelle » sous l’Ancien régime et constitue un observatoire central pour penser les sociologies de l’action (réflexion des acteurs sur les sources de l’action ; sur les justifications, sur l’intentionnalité, etc.). « Population » qui ne peut exister que sur un mode polémique. L’élargissement des cadres de l’analyse de cette violence du scandale et du procès (largement fondé sur une unanimité) aux formes de la controverse, de la polémique autorise à comprendre le régime de singularité libertin, penser son historicité discontinue, tels m’apparaissent les enjeux d’une approche historienne du libertinage affranchie d’une intention apologétique ou d’une pratique dénonciatrice. Plutôt que d’évacuer ces motifs historiographiques largement associés à un paradigme judiciaire de l’histoire du libertinage, il me semble au contraire important de prendre aux sérieux ces différentes formes d’« épreuves » qui font émerger la part d’incertitude et de contradiction dans la définition d’un phénomène social complexe. C’est dans ces moments de crise que se négocie une identité libertine, que se stabilisent ponctuellement les débats sur la « nature » du libertinage.

3021  Joan DeJean, Libertine Stratégies. Freedom and the Novel in the Seventeenth-Century, Columbus, Ohio State University Press, 1981, chapitre 1. Idem, « Une autobiographie en procès. L'affaire Théophile de Viau », Poétique, XII (1981), p. 431-448.

Haut de page

Notes

1  C. Ginzburg, Le sabbat des sorcières, Paris, Gallimard, 1990, p. 34.

2  Voir le livre emblématique de Stuart Carroll, Blood and Violence in Early Modern France, Oxford, Oxford University Press, 2006.

3  La réflexion sur cette double violence peut être significativement rapprochée de celle de Walter Benjamin, Le caractère destructeur, publié dans le Frankfurter Zeitung du 20 novembre 1931. Comme l’a analysé le philosophe Philippe Simay, il y a bien deux conceptions de la violence : l’une destructrice qui renvoie à la violence légitime dont l’Etat a le monopole, l’autre créatrice qui vise à restituer la part d’ombre de la transmission culturelle considérée comme continuiste et cumulative. En effet, à suivre Benjamin, une autre violence serait peut-être à l’œuvre, celle des acteurs eux-mêmes qui ruine ce qu’elle transmet, une « cause libertine », qui retourne la tradition sur elle-même en rendant impossible la constitution d’une mémoire collective du libertinage. Ce faisant, elle permet au libertinage de survivre dans la fragmentation, dans l’écart par rapport à l’histoire dominante, aux « objets intangibles de la conservation », P. Simay, « Tradition as injunction : Walter Benjamin and the critics of historicism », in A. Benjamin (éd.), Walter Benjamin and History, New York, Mansell, 2006.

4  Je me range ici dans le cadre sociologique proposé par Cyril Lemieux, notamment dans C. Lemieux, Le devoir et la grâce, livre à paraître.

5  B. Latour, L’espoir de Pandore. Pour une version réaliste de l’activité scientifique, Paris, La Découverte, 2001 (1999), p. 326.

6 Ibid., p. 323.

7  Voir ici la présentation méthodologique de Jacques Revel, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes-études Gallimard, 1996.

8  Nicolas Dodier, Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, éditions des Hautes études en Sciences Sociales, 2003, p. 31. La sociologie des épreuves est aujourd’hui très variée. On pourra retenir outre la définition de Latour, celle proposée par L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, p. 73-80.

9  L’approche anti-essentialiste est en contradiction avec l’usage d’un vocabulaire essentialiste comme celui de l’identité. Nous le retenons par commodité et provisoirement. On prendra appui par ailleurs sur les tentatives de Nathalie Heinich pour redonner à ce concept un sens à la fois dynamique et a-critique.

10  J.-P. Cavaillé, « Les libertins : l’envers du Grand Siècle », Libertinage et philosophie au xviie siècle, n° 7, Publications de l’Université de Saint-étienne, 2003, p. 291-319.

11  Michel Delon montre comment la construction du mythe libertin s’élabore entre 1794 et 1820, en particulier dans les mémoires d’émigrés et d’aristocrates, cf. M. Delon, « Débauche, Libertinage, Libertin », Handbuch politish-sozialer Grundbegriffe in Frankreich, 1680-1820, Helft 13, Oldenbourg, p. 3-45.

12  Les ouvrages pionniers dans l’histoire du libertinage sont ceux de : Jacques Denis, Sceptiques ou libertins de la première moitié du xviie siècle : Gassendi, Gabriel Naudé, Guy Patin, La Mothe Le Vayer, Cyrano de Bergerac, Mémoires de l’Académie de Caen, 1884, Genève, Slatkine reprints, 1970 ; René Grousset, Les Libertins, in Œuvres posthumes, Essais et poésies, recueillis et publiés avec les notices par R. Doumic et P. Imbart de la Tour, Paris, Hachette, 1886 ; François Tommy Perrens, Les Libertins en France au xviie siècle, Paris, Léon Chaillez 1896

13  Lucien Febvre, « Aux origines de l’esprit moderne : libertinisme, naturalisme, mécanisme », in Au cœur religieux du xvie siècle, Paris, SEVPEN, « Bibliothèque de l’EPHE, 1957, p. 337-358.

14  Pierre Chaunu sur Garasse comme sociologue du phénomène libertin, voir église, culture et société, essais sur Réforme et Contre-Réforme (1517-1620), Paris, S.E.D.E.S., 1981.

15  Robert Mandrou, Histoire de la pensée européenne, Des humanistes aux hommes de sciences, Paris, Le Seuil, 1973, p. 171.

16  O. Bloch, « Matérialisme et clandestinité : tradition, écriture, lecture », in De la Illustracion al Romanticismo, Cadix, 1988, p. 13-26.

17  F. Lachèvre, Le libertinage au dix-septième siècle, Genève, Slatkine-Reprints, 1968, 13 vol.

18  Montage de deux citations extraites de C. Ginzburg, Le Juge et l’historien, Paris, Verdier, 1997, p. 118.

19  R. Pintard, Le libertinage érudit dans la première moitié du 17e siècle, Paris, Boivin, 1943.

20 Libertins du xviie siècle, éd. Jacques Prévot, Bibliothèque de la Pléiade, NRF Gallimard, 1998.

22  Joan DeJean, The Reinvention of Obscenity: Sex, Lies, and Tabloids in Early Modern France, Chicago, Chicago University Press, 2002.

23  Louise Godart de Donville, Le Libertin des origines à 1665 : un produit des apologètes, Paris-Seattle-Tübingen, Biblio 17, 1989.

24  Voir sur cette critique, H. Becker, Outsiders, p. 211.

25  Voir sur cette notion  la proposition de Dinah Ribard et Nicolas Schapira, « Pour penser ensemble écriture et réputation : une approche sociale du libertinage », Les dossiers du Grihl, Cavaillé-1, Libertinage, irreligion : tendances de la recherche 1998-2002, URL : http://dossiersgrihl.revues.org/document268.html.

26  Christian Jouhaud, Les pouvoirs de la littérature. Histoire d’un paradoxe, Paris, Gallimard, 2000.

27  Sophie Gouverneur, Prudence et subversion libertines. La critique de la raison d’état chez François de La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé et Samuel Sorbière, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 20 : « Pourtant cette restriction à l’activité critique des libertins nous a d’emblée paru insatisfaisante, tout d’abord en raison de la trop grande simplicité avec laquelle elle résolvait la question des rapports de l’individu et de l’état, du privé et du public, alors que des problèmes évidents se posent à cet égard ».

28  Anthony MacKenna, « Les manuscrits philosophiques clandestins à l’âge classique : bilan et perspectives de recherches », xviie siècle, 192, 3, 1996, p. 523-35. Anthony MacKenna et Alain Mothu, éd., La Philosophie à l’âge classique. Oxford, Voltaire Foundation, 1997. Geneviève Artigas-Menant), Lumières clandestines. Les papiers de Thomas Pichon, Paris, Champion, 2001.Geneviève Artigas-Menant, Du Secret des clandestins à la propagande voltairienne, Paris, Honoré Champion, 2002.

29  On les retrouve ainsi comme auteurs de textes satyriques ou de pamphlets politiques, voir ainsi Cyrano de Bergerac, La gazette désintéressée, s.l., 1649.

30  Sophie Gouverneur, Prudence et subversion libertines : la critique de la raison d’État chez François de La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé et Samuel Sorbière, Paris, H. Champion, coll. Libre pensée et littérature clandestine, 2005, citation p. 22.

31 Ibid., p. 23.

32 Ibid., p. 24.

33 Ibid., p. 27-28.

34  Parmi une riche bibliographie de celui qui a contribué magistralement à reconfigurer l’histoire du libertinage en France, voir Jean-Pierre Cavaillé, Dis/simulations. Jules-César Vanini, François La Mothe Le Vayer, Gabriel Naudé, Louis Machon et Torquetto Accetto. Religion, morale et politique au xviie siècle, Paris, Honoré Champion, 2002.

35  Isabelle Moreau, Les stratégies d’écriture des Libertins au xviie siècle, Thèse de littérature française, sous la direction d’Anthony McKenna, Université de Saint-étienne, 2005, à paraître en 2006 chez H. Champion.

36  Perez Zagorin, Ways of Lying : Dissimulation, Persecution and Conformity in Early Modern Europe, Harvard University Press, Cambridge, 1990.

37  Sophie Gouverneur, livre cité, p. 327.

38  Sur la bibliothèque comme donjon, ibid., p. 329, voir aussi Jean-Pierre Cavaillé.

39  « Observations diverses, sur la composition et sur la lecture des livres », in œuvres, I, p. 369.

40  S. Gouverneur, op. cit., p. 318-319. Isabelle Moreau, « Gabriel Naudé, une apologie de la prudence en matière de lecture », Libertinage et philosophie, n° 6, 2002, p. 83-95.

41  Sur ce type d’approche qu’il conviendrait de questionner en histoire, en s’éloignant de la psychologie historique de l’histoire des mentalités ou de l’analyse du libertinage comme pathologie, voir les propositions de Nathalie Heinich, L’épreuve de la grandeur. Prix littéraires et reconnaissance, Paris, La Découverte, 1999, p. 187 et de Bernard Lahire, « Une sociologie psychologique », in L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Nathan, 1998, p. 223-240. à titre d’exemple, l’incarcération du poète Théophile de Viau est un épisode qui montre bien les effets de distorsion qu’occasionne l’enfermement : souffrance psychologique ; conséquence de la privation de liberté ; perte de la reconnaissance...

42  Voir H. Becker, Outsiders, études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985, p. 45-48.

43  Michel de Certeau, Le lieu de l’autre. Histoire religieuse et mystique, Paris, Hautes études-Gallimard-Seuil, 2005, p. 310-311.

44 Ibid., p. 310.

45  Sur cette approche en termes de déviance chère à l’histoire des mentalités, on opposera les remarques de méthode de Howard Becker : « la déviance n’est pas une qualité de l’acte commis par une personne, mais plutôt une conséquence de l’application, par les autres, de normes et de sanctions à un « transgresseur ». [...] Je considérerai la déviance comme le produit d’une transaction effectuée entre un groupe social et un individu qui, aux yeux du groupe a transgressé une norme », « La déviance est une propriété non du comportement lui-même, mais de l’interaction entre la personne qu commet l’acte et celles qui réagissent à cet acte », Outsiders..., op. cit., p. 33 et p. 38.

46  Dominique Linhardt, « L’économie du soupçon. Une contribution pragmatique à la sociologie de la menace », Genèses, Histoire et sciences sociales, 44, sept. 2001, p. 76-98.

47  Le Vayer comme Naudé se démarquent des soi-disant libertins. écoutons Naudé : « Je ne feray pas néanmoins comme les esprits libertins de ce siècle, qui se mocquent des plus signalez miracles de nostre Monarchie, et les rangent parmi les faussetezé », cité par S. Gouverneur, p. 356. Descartes fera de même. Sur ce travail dynamique de la qualification sous l’Ancien régime, voir le texte d’introduction dans Fanny Cosandey (dir.), Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, éd. de l’EHESS, 2005.

48  On suit les propositions méthodologiques d’E. Claverie, « La Vierge, le désordre, la critique. Les apparitions de la Vierge à l’âge de la Science », Terrain, n° 14, mars 1990.

49  Sur Vanini, Didier Foucault, Le procès de Vanini, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Toulouse II, 1996 et du même auteur, « Giulio Cesare Vanini, un libertin martyr à l’époque moderne. Mise au point bio-bibliographique », Bulletin de la Société d’histoire moderne et contemporaine, 1996, 41-2, p. 206-220.

50  En anthropologie religieuse, la question de la croyance est souvent reliée à celle de la volonté des acteurs à croire.

51  A. Cabantous, p. 96.

52  H. Becker, Outsiders..., op. cit., p. 209.

53  On reconnaît ici le concept de la Path of the Law cher à une approche réaliste du droit, voir Olivier Wendel Holmes, « The Path of the Law (1897) », in W. Fisher III, Morton J. Horwitz, Thomas A. Reed (eds), American Legal Realism, Oxford, Oxford University Press, 1993, p. 15-24. Je remercie Anne Simonin de m’avoir fait découvrir ce pan de l’histoire du droit. Voir aussi B. Latour, La fabrique du droit. Ethnographie du Conseil d’état, Paris, La Découverte, 2002.

54  Cabantous, op. cit., p. 81.

55  Cependant par rapport aux procès de la seconde moitié du xviiie siècle, on doit souligner la particularité des pratiques judiciaires avant le code de 1670. Il est intéressant de relever que les affaires libertines ont contribué à remettre en cause la procédure criminelle et à soulever des objections.

56  Cabantous, op. cit, p. 83.

57  Nathalie Heinich, L’élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, 2005, p. 177-178.

58  Comme l’écrit Nathalie Heinich, « on s’aperçoit alors que le moment de la « représentation » ne relève pas de ce que Goffman, dans sa « cadre-analyse », nomme une « fabrication » (c’est-à-dire un dispositif monté à l’insu d’une dupe : pièges, niches, opérations d’espionnage, etc.), mais d’un « mode », c’est-à-dire un cadre de l’expérience qui sort du rapport ordinaire au monde en s’offrant sous la forme d’un spectacle (cérémonie, spectacle théâtral, rencontre sportive, etc). Dans cette perspective, la représentation n’est frappée d’aucune immoralité : elle n’implique pas dissimulation ou mensonge, mais construction de soi et travail sur son identité qui n’excluent pas, à l’occasion, le mensonge et la dissimulation, mais à titre de cas extrêmes», N. Heinich, L’élite artiste, op. cit., p. 176-177.

59  Nous empruntons cette classification à Nathalie Heinich, L’épreuve littéraire. Prix littéraire et reconnaissance, Paris, La Découverte, 1998.

60  Voir Jacques Revel, « L'institution et le social », in B. Lepetit (dir.), Les formes de l'expérience. Une autre histoire sociale, Paris, 1995, p. 63-85.

61  A. Cabantous, p. 102.

62  C’est l’exact opposé de la lecture offerte par leurs accusateurs jésuites qui eux sont dans un régime de la communauté, comme en témoignent les réactions et les sanctions disciplinaires de l’ordre à l’encontre de Garasse.

63  R. Chartier, Inscrire et effacer. Culture écrite et littérature (xie-xviiie siècle), Paris, Hautes études, 2005, chapitre 5.

64  Walter Benjamin, Le caractère destructeur, publié dans le Frankfurter Zeitung du 20 novembre 1931.

65  Dans l’acception qu’en donnent Joël-Marie Fauquet et AntoineHennion, La grandeur de Bach. L’amour de la musique en France au xixe siècle, Paris, Fayard, 2000.

66  Jean-CharlesDarmon, Le songe libertin. Cyrano de Bergerac d’un monde à l’autre, Paris, Kincksieck, Bibliothèque française et romane, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Van Damme, « Violences fondatrices ? Les épreuves aux origines de l’identité libertine sous l’Ancien Régime », Les Dossiers du Grihl [En ligne], Les dossiers de Stéphane Van Damme, Historiographie et méthodologie, mis en ligne le 26 juin 2007, consulté le 24 juin 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/722

Haut de page

Auteur

Stéphane Van Damme

Stéphane Van Damme est chargé de recherche au CNRS, affecté depuis 2003 à la Maison Française d’Oxford où il est responsable du programme d’histoire des sciences. A partir de septembre 2007, il sera Associate Professor in French Modern History au département d’histoire de l’université de Warwick (Grande-Bretagne). Il anime le groupe de recherche sur Savoirs et capitales européennes. Il a publié trois livres : Descartes. Essai d’histoire culturelle d’une grandeur philosophique (2002) ; Paris, capitale philosophique de la Fronde à la Révolution (2005) ; Le temple de la sagesse. Savoirs, écriture et sociabilité urbaine (Lyon, 17-18e siècles) (2005). Il vient d’éditer en collaboration avec Nicolas Offenstadt, Luc Boltanski, Elisabeth Claverie une enquête collective sur la forme affaire, Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, éditions Stock, 2007.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo EHESS – École des hautes études en sciences sociales
  • Logo Presses Sorbonne Nouvelle
  • Logo CNRS – Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Les cahiers de Revues.org