Navigation – Plan du site

Balzac hagiographe : Comédie humaine ou Légende dorée ?

Anne-Marie Baron

Résumés

La Comédie humaine, rivalisant en cela avec les textes hagiographiques, est une véritable fabrique d’exemplarité. Ses personnages rééditent les figures bibliques ou chrétiennes et sont susceptibles de souffrir mort et passion, de quitter leur sphère pour s’élever jusqu’à celle de la « Spécialité ». Comme chez Swedenborg, « La terre est la pépinière du ciel ». Remplie de martyrs et de saints religieux ou laïcs, cette œuvre soi-disant réaliste s’apparente à une Bible du xixe siècle ou à une véritable Légende dorée, dont les personnages, plus grands que nature, visent plus que la vie, l’immortalité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Soulignée par Pierre Centlivres, Saints, sainteté et martyre la fabrication de l’exemplarité (Acte (...)
  • 2  Les Marana, dans Honoré de Balzac, La Comédie humaine, dir. Pierre-Georges Castex, Gallimard, coll (...)
  • 3  Il passa par tous les postes de pouvoir au sein de la Compagnie de Jésus, entre Rome, Paris, Bruxe (...)

1Dans La Comédie humaine, les jeunes gens en mal de modèles sont obsédés par la sainteté et tentés par l’angélisme. Comme le jeune Honoré lui-même, qui transmet son exaltation à ses personnages favoris, ils lisent beaucoup les Vies de saints et les martyrologes. L’Église catholique, on le sait, présente les saints – héros de la foi ou d’une vertu – comme témoignant de la possibilité donnée à tous les hommes – grâce à leur âme – de conformer leur vie à des principes transcendants. À l’origine, elle ne reconnaissait comme saints que les martyrs, expression la plus accomplie de la pratique des vertus saintes, et les Apôtres, chargés d’une mission sacrée, avant d’y ajouter par la suite les ascètes (saint Antoine du désert par exemple), les moines étant les « nouveaux martyrs ». Balzac est sensible à la valeur anthropologique et esthétique de la sainteté1, capable d’introduire la transcendance au cœur de l’humain, d’activer l’altruisme du sacrifice, de susciter l’identification de la collectivité et de marquer la rencontre tragique d’une altérité religieuse. Cette double valeur lui permet de sublimer la société qu’il est en train de créer. C’est pourquoi il cite la Légende dorée de Jacques de Voragine − anthologie de récits naïfs moins historiques que destinés à édifier les fidèles − à propos de la Marana qui appelle sa fille « Maria-Juana-Pepita (elle aurait voulu lui donner pour patronnes toutes les saintes de la Légende)2 ». Mais il cite aussi un autre hagiographe, le père Ribadeneyra (Tolède 1526-Tolède 1611), auteur jésuite de la première génération et polémiste anti-machiavélien3, qui passe souvent pour le créateur de l’hagiographie moderne grâce à sa Vida de San Ignacio de Loyola (un modèle de goût de la Renaissance, par sa documentation, son analyse psychologique et son style classique) et à sa Flos Sanctorum. Véronique Sauviat, les deux jeunes mariées Louise et Renée, Louis Lambert, Félix de Vandenesse sont autant d’alter ego féminins ou masculins qui lisent les vies des saints et sont appelés à devenir eux-mêmes saints ou martyrs. Car La Comédie humaine, rivalisant en cela avec ces textes hagiographiques, est une véritable fabrique d’exemplarité. Ses personnages, rééditant les figures bibliques ou les saints chrétiens, sont susceptibles de souffrir mort et passion et de quitter leur sphère pour s’élever jusqu’à celle de la Spécialité. Comme chez Swedenborg, « La terre [y] est la pépinière du ciel ».

Martyrs

  • 4  « Voici quinze ans que je mène la vie d’un martyr », écrit-il à Mme Hanska le jour de sa fête, le (...)
  • 5  Balzac, Œuvres diverses, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, dir. P.-G. Castex, 1990 [199 (...)
  • 6  Op. cit., t. X, p. 1197.
  • 7  Balzac, Séraphîta, op. cit., t. XI, p. 840.

2Il faut dire que l’image du martyr est l’un des hiéroglyphes de l’imaginaire balzacien. Enfant mal aimé, puis écrivain esclave de son cerveau, Honoré se voit toute sa vie en martyr4 et se place parmi les victimes qu’il défend dans le Code des gens honnêtes de 1822, tandis qu’en 1824, dans le Traité de la prière, il admire les martyrs qui conservent au milieu des tourments « leur âme brillante d’intelligence et d’énergie5 ». Félix Davin écrira sous sa dictée en 1835 dans l’Introduction aux Études philosophiques : « Les parias de la société, ceux qu’elle bannit de ses universités et de ses collèges, restent fidèles à leurs croyances, et conservent, avec leur pureté morale, la force de cette foi qui les sauve [...]6 ». Il dessine ainsi une coupure entre « les gens supérieurs », qui occupent les places sociales et les autres, qui vivent dans les marges de la société. Ces « Petits », ces « Faibles », ces « Souffrants », ces « Proscrits »7, à qui Séraphîta lance un poignant adieu. Ceux-là sont les « martyrs ignorés » de la civilisation, victimes de ces crimes impunis dénoncés dans le Code des gens honnêtes, contre lesquels la justice des hommes est impuissante. On peut même se demander si le Code n’est pas une protestation comparable à celles des Psaumes contre l’injustice divine qui fait invariablement prospérer les méchants et croupir les justes. Mêlant la plainte autobiographique à la morale générale, Balzac s’identifie au citoyen persécuté, harcelé, qui se lamente d’avoir été abandonné de Dieu et livré à un monde d’injustice et de mépris. Il distingue l’honnêteté externe et interne, la respectabilité apparente et la pureté du cœur face à Dieu.

  • 8  Balzac, Louis Lambert, op. cit., t. XI, p. 613.

3Le roman prend le relais de ces plaintes. Louis Lambert, double d’Honoré, porte deux noms de saints ; au milieu des tyrannies du collège, « semblable aux martyrs qui souriaient au milieu des supplices, [il] se réfugia dans les cieux que lui entrouvrait sa pensée8 ». Son sort est exceptionnellement cruel, puisqu’il est à la fois torturé par les autres et « martyr de [ses] propres facultés » (p. 629). Ses souffrances s’engendrent elles-mêmes. Mais pour Balzac, le martyre est moins un sacrifice consenti dans la foi au Christ et une participation au mystère eucharistique qu’une performance mentale qui permet de traverser une Passion et fait du martyr un voyant. Il met l’accent, conformément à la théurgie de Martinès de Pasqually, non pas sur le sacrifice du corps souffrant, mais sur la volonté qui permet de lutter contre les forces extérieures. Louis Lambert, auteur d’un Traité de la Volonté, lit le martyrologe « où sont contenus les faits les plus curieux sur l’abolition complète de la vie corporelle à laquelle l’homme peut arriver dans les paroxysmes de ses facultés intérieures » (p. 678). Le dédoublement dont il est capable entre son être intérieur et son être extérieur semble à Balzac la preuve irréfutable de la force des idées et de la Volonté humaine, qui l’apparente au Christ rédempteur.

  • 9  Balzac, Une fille d’Ève, op. cit., t. II, p. 278.
  • 10  Balzac, Le Médecin de campagne, op. cit., t. ix, p. 413.

4Il y a deux grandes catégories de martyrs balzaciens, ceux de la famille, et ceux de la société. Le plus célèbre des martyrs de la famille est le père Goriot, saigné à blanc et assoiffé d’amour par ses filles, « Christ de la paternité », figure sacrificielle évidente. Le cousin Pons est tout aussi pathétique, avec sa passion substitutive des objets d’art et de la bonne chère, qui va en faire la tête de Turc de sa famille. Est-il faible aux tentations du monde ou victime de ses mirages ? Son goût pour les salons et la bonne chère incite à poser la question. En face de lui, la naïveté sublime de son ami Schmucke, dont les cheveux « arrangés naturellement comme ceux de Jésus-Christ9 » disent la vocation de crucifié. Sa « sérénité divine » le voue à toutes les avanies, que son amour sans bornes supporte stoïquement. Car le héros de l’épopée divine, c’est Jésus-Christ, dont les saints forment le cortège, se présentant comme types vivants de l’humanité régénérée, dont le trépas est une renaissance. Chez Balzac, les êtres d’exception sont, eux, les martyrs ou les boucs émissaires de la société. Bénassis, le médecin de campagne, devenu ermite et saint par repentir de son inconséquence passée et désir de rachat, mène dans une chambre monacale, semblable aux cellules des moines, une vie ascétique, souvenir de saint Bruno et de la grande Chartreuse. Deux figures de moines dominent le texte, celles de saint Jérôme et de saint Bruno, l’anachorète et le cénobite. Bénassis s’identifie explicitement à Jérôme lorsqu’il dit plaisamment qu’il fait une « soupe au caillou » avec ses administrés10. Ce caillou miraculeux de Jérôme, dont un moine mendiant faisait un bouillon succulent, a un sens précis ; il est en effet, comme dans le tableau de Lorenzo Lotto qui est au Louvre, l’un des attributs de cet ermite, qui s’en servait pour battre sa coulpe et meurtrir sa chair. Instrument de la pénitence, il rappelle la purification nécessaire des désirs. Il est donc le symbole même de la sublimation chez un saint réputé pour avoir atteint par l’ascèse la maîtrise de soi qui conduit à la béatitude. Quant à Bruno, fondateur de l’ordre des Chartreux, béatifié en 1514, il ne vécut que quelques années à la Grande Chartreuse, assez pourtant pour y enraciner profondément la vie religieuse. L’antienne de son office, dans le bréviaire des Chartreux, le compare à l’olivier qui grandit et produit ses fruits dans le sol le moins fertile : grâce à lui la croix fleurit dans le désert. C’est pourquoi les artistes flamands le représentent souvent portant un crucifix couvert de feuilles. Les différents épisodes de sa vie mystérieuse ont été peints par Eustache Le Sueur, plus naïf et moins austère que Zurbarán qui, s’inspirant de la vieille image cistercienne, agenouille les Chartreux sous le manteau de la Vierge, protectrice de l’Ordre. Balzac s’est visiblement mis sous le patronage de saint Bruno pour écrire, après une visite à la Grande Chartreuse, ce roman où un saint civilisateur fait fructifier un désert et civilise un bourg à l’état sauvage.

  • 11  Voir Max Andréoli, « Z. Marcas : l’occasion manquée », L’École des lettres, janvier 2001.
  • 12 Balzac, Z. Marcas, op. cit., t. VIII, p. 850.

5Z. Marcas, génie méconnu, porte le prénom de Zéphyrin, longuement commenté par Balzac. Comme saint Zéphirin en effet11, pape qui mourut martyr à Rome en 217, à la fin du règne de Caracalla, il est un « martyr inconnu12 », et un saint dont les scrupules sont incompatibles avec la cuisine de l’état. De plus, son nom, également commenté par Balzac, est formé sur celui de saint Marc, et son portrait l’identifie à cet évangéliste, dont l’Évangile commence par les mots « Une voix rugit dans le désert... » (1,3).

L’animal de Marcas était le lion. Ses cheveux ressemblaient à une crinière, son nez était court, écrasé, large et fendu au bout comme celui d’un lion, il avait le front partagé comme celui d’un lion par un sillon puissant, divisé en deux lobes vigoureux. Enfin, ses pommettes velues que la maigreur des joues rendait d’autant plus saillantes, sa bouche énorme et ses joues creuses étaient remuées par des plis d’un dessin fier, et étaient relevées par un coloris plein de tons jaunâtres. Ce visage presque terrible semblait éclairé par deux lumières, deux yeux noirs, mais d’une douceur infinie, calmes, profonds, pleins de pensées. S’il est permis de s’exprimer ainsi, ces yeux étaient humiliés.

  • 13  Balzac, Théorie de la démarche, op. cit., t. XII, p. 299.
  • 14  Félix Davin, Introduction aux Etudes philosophiques, op. cit., t. X, p. 1210.

6Comme Marc, il a les quatre couronnes du martyr, la prédication, le supplice, la mise à mort et la sainteté. Il fait partie des martyrs les plus admirables aux yeux de Balzac, les « martyrs de la pensée », les « génie[s] insulté[s]», c’est-à-dire les êtres d’exception, grands hommes dans tous les domaines et artistes en particulier, qui sont les Christs de la société, comme le montre la comparaison longuement filée dans l’article de 1830 sur les artistes. La pensée est « le grand dissolvant de l’espèce humaine13», elle est « un poison, un poignard14 ». La pensée est meurtrière. Ses martyrs sont les anges de la société. Ils sont sublimes et comparés à diverses reprises aux ermites de la Thébaïde, ces athlètes de la vie contemplative.

Saintes laïques

  • 15  Voir la remarquable analyse structurale des figures féminines de la sainteté faite par Jean-Pierre (...)

7La Légende dorée et toutes les Vies des saints admettent différentes catégories de saintes, les vierges, martyres pour la plupart, les prostituées repenties mais, contrairement aux héroïnes de la Bible hébraïque, peu ou pas de femmes mariées et de mères, exception faite pour la Vierge Marie15. On trouve parmi les héroïnes balzaciennes ces trois variétés de saintes, illustrées de façon si parfaite que le romancier semble avoir délibérément voulu écrire les biographies très codifiées d’un répertoire de la sainteté. Leurs vies offrent des récurrences significatives, des lieux communs de l’hagiographie qui correspondent à de véritables portraits robots.

  • 16  Balzac, Eugénie Grandet, éd. Pierre-Georges Castex, Classiques Garnier, 1956, p. 266.
  • 17  Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., t. III, p. 1162.
  • 18  « La femme a cela de commun avec l’ange que les êtres souffrants lui appartiennent » (ibid., p. 11 (...)

8Épouses du Christ, à qui elles sont vouées tout entières, spontanément dans les premiers temps de l’Église, puis par un vœu sacré et une cérémonie solennelle qui entérine leur aliénation mystique, les vierges constituent dès lors un état de vie et un Ordre. Les fantasmes de Balzac associent la virginité avec toutes les images de l’idéal. De plus, sa théorie de l’énergie soutient que l’économie des forces vitales que représente la virginité permet une résistance, une force, une volonté exceptionnelles qui ouvrent à l’intelligence la porte de l’Absolu. Les jeunes filles sont généralement, comme Augustine Guillaume dans La Maison du Chat-qui-pelote par exemple, présentées à leur fenêtre, et ce motif pictural offre non seulement un cadre qui fait valoir leur beauté pensive de vierges de Raphaël, mais il symbolise, comme dans les tableaux de Gérard Dow, la victoire de l’amour divin sur l’amour humain, connotée aussi dans l’arrière-plan par des putti et une mère en prières. Les trois principales vierges martyres de La Comédie humaine sont Eugénie Grandet, Ursule Mirouët et Pierrette, admirables par leur jeunesse, leur chasteté et leur souffrance. Eugénie devait être, selon un épilogue supprimé dans le Furne, « un type, celui des dévouements jetés à travers les orages du monde et qui s’y engloutissent16 ». Fille d’un « ange de douceur » destiné à la souffrance et à la transfiguration finale17, elle a d’emblée tout d’une nonne. Son statut juridique est celui d’une mineure, elle a fait vœu d’obéissance à la volonté paternelle et restera jusqu’à la mort de son père la « fille » Grandet. Son portrait, par ses incohérences mêmes, semble bien inspiré par celui de sainte Eugénie, vierge qui aurait subi le martyre en 257, du temps de l’empereur Valérien à Rome ou à Alexandrie. Fille d’un gouverneur, elle avait décidé de mener la vie des moines, s’était fait couper les cheveux, avait revêtu des habits d’homme et pris le nom d’Eugène. Elle avait acquis une grande renommée au sein du monastère, notamment par son pouvoir de guérir les malades. Accusée de viol par une femme qu’elle avait soignée, elle révéla la vérité. Mais l’empereur Valérien ayant repris les persécutions contre les chrétiens, Eugénie fut à nouveau arrêtée et condamnée à mort. Comme beaucoup d’autres saints, elle subit sans dommages diverses épreuves telles que le bûcher, le cachot ou l’immersion avec un gros bloc de pierre attaché à ses pieds. En désespoir de cause, on décida de lui trancher la tête. Eugénie Grandet tient d’elle son aspect physique au sexe indécis, qui la fait comparer tantôt à une vierge flamande tantôt au Jupiter de Phidias, sa chasteté parfaite, son humilité et le supplice de l’enfermement. Cet « ange de pureté18 » devient une martyre de l’attente, puis la partenaire sacrifiée d’un mariage blanc, tout en restant la digne fille de son père. Le génie de Balzac lui transmet le goût de l’or et lui fait constituer à son tour par l’épargne une fortune, mais une fortune destinée à offrir un ostensoir d’or à sa paroisse comme pour sublimer l’avarice paternelle. Macération terrible, puis sublimation religieuse d’un vice héréditaire et d’un amour jamais consommé.

  • 19 Balzac, Ursule Mirouët, op. cit., t. III, p. 840.
  • 20  Balzac, Pierrette, op. cit., t. IV, p. 152.
  • 21 Ibid., p. 155 et 163.

9Ursule, la jeune pupille du docteur Minoret, est « bien trop angélique pour connaître le désir19 ». Sa candeur n’a d’égale que sa piété de jeune vierge, dont le prénom évoque cette jeune martyre chrétienne tuée par les Huns près de Cologne à son retour de pèlerinage à Rome, avec les onze mille vierges qui l’accompagnaient. Dans le roman qui porte son nom, orpheline, malade, elle perd son unique protecteur et se voit la cible des parents du docteur, qui s’estiment lésés par son héritage. Héroïne de mélodrame ou sainte laïque ? Le don de vision qui va lui être accordé ne permet plus le doute. Les apparitions du mort qui lui dévoile le vol de Minoret-Levrault et lui prédit la mort de son fils Désiré, sont typiques de ces communications avec l’au-delà qui transforment beaucoup de saintes en voyantes ou même en sorcières, la frontière étant souvent assez ténue entre les deux domaines. Je ne m’étends pas sur « l’épouvantable martyre exercé brutalement sur Pierrette par deux imbéciles tyrans20 ». La scène très sulpicienne de son agonie comporte tous les motifs des vies des saintes vierges et martyres. Ses « yeux levés », sa douceur, sa « perfection séraphique » et même l’odeur de sainteté, « parfum céleste » qui émane de cette morte « sublime » font que son culte commence avant sa mort par le « fanatisme » avec lequel elle est soignée. Pour clore l’histoire de cet ange, Balzac évoque le supplice de Béatrix Cenci, « l’une des plus touchantes victimes des passions infâmes et des factions »21.

  • 22 Balzac, Modeste Mignon, op. cit., t. I, p. 542.
  • 23  Northrop Frye, Le Grand code. La Bible et la littérature, préface de Tzvetan Todorov, traduction d (...)
  • 24  On peut d’ailleurs se demander si le personnage de Sœur Marie des Anges, ce « Louis Lambert femell (...)

10Ces vierges martyres forment un contraste frappant avec la féminité joyeuse des courtisanes que subsument dans les Écritures les figures de Marie-Madeleine, incrustée « à jamais dans le sanglant triomphe de notre Sauveur22 » ou de Marie l’Égyptienne. Balzac les considère plus comme des femmes luxurieuses ayant triomphé de leur penchant pour le péché de chair que comme des prostituées qui font commerce de leur corps. Leur capacité d’aimer est la clef de cette canonisation romanesque : la Marana, Florine et Coralie dans Illusions perdues, Esther dans Splendeurs et misères des courtisanes. Si la prostituée repentie est « une figure matrimoniale intermédiaire entre la Prostituée démoniaque et l’Épouse apocalyptique23 », c’est-à-dire une image de l’homme racheté du péché, elle semble avoir pour Balzac une signification plus romanesque, celle d’un parcours exemplaire. Le motif des larmes de la Madeleine devient pour lui un chromo, le hiéroglyphe de la courtisane repentie, une scène de mélodrame qui juxtapose, en un expressionnisme sublime, la leçon et la vision. Les mots ange et courtisane sont d’ailleurs souvent associés dans les mêmes contextes, comme pour insister sur le combat de la courtisane contre son propre passé et sur la distance entre le point de départ et le point d’arrivée. Écart spectaculaire entre deux excès, trajectoire édifiante entre toutes de la lubricité à l’ascèse, de la prostitution à la prosternation, du bordel au Carmel24.

  • 25  Balzac, Pensées, sujets, fragments, éd. Crépet, Paris, A. Blaizot, 1910, p. 681.
  • 26  On le trouve dans les Œuvres diverses, op. cit., t. II, p. 1126-1132.
  • 27  Balzac, Le Lys dans la vallée, op. cit., t. IX, p. 1143.
  • 28  Balzac a d’ailleurs publié en juin 1836 la scène de la mort d’Henriette dans Le Cabinet de lecture(...)
  • 29  Balzac, La Recherche de l’Absolu, op. cit., t. X, p. 741.
  • 30  Albert Béguin, Balzac lu et relu, Seuil, coll. Pierres vives, 1965, p. 237.

11Enfin, l’originalité du monde de Balzac, c’est que les femmes mariées peuvent y être sanctifiées plus facilement que dans le canon chrétien, impitoyable à leur égard. N’a-t-il pas même consacré un poème à l’« Ange domestique25 » ? Que d’épouses sublimes et de mères admirables dans La Comédie humaine ! Pas d’autre patronne pour elles que la Vierge Marie en personne. Le dévouement à leur époux et l’amour de leurs enfants suffisent à Balzac pour les béatifier, à l’instar de cette mère « sublime » emblématique de la Scène de village, ce mystérieux texte lu par Pierre Citron dans le manuscrit du Médecin de campagne26. Ne nous attardons pas sur les saintes les plus évidentes : la mortification de la chair que s’impose Henriette de Mortsauf, « la sainte qui souffrait son lent martyre à Clochegourde27 », mérite la béatification28. Elle a fait le parcours décrit par Swedenborg de l’amour de soi à l’amour humain, et enfin à l’amour divin, qui fait les esprits angéliques, « fleurs de l’humanité qui s’y résume et travaille à s’y résumer ». Même Julie d’Aiglemont, sublime dans son malheur de jeune mariée, impose au narrateur le mot de sainteté. Trois exemples semblent encore plus probants, ceux de Jeanne d’Hérouville dans L’Enfant maudit, de Véronique Graslin dans Le Curé de village, et de Marguerite Claës dans La Recherche de l’Absolu. L’amour maternel de Jeanne d’Hérouville, suscite la comparaison avec les madones de Carlo Doci ; Véronique Graslin, véritable sainte, comme cette femme qui découvrit l’empreinte de Jésus sur le Saint Suaire, connaît un Calvaire par la faute et le remords. Sa confession publique et son absolution renouent avec les traditions des premiers temps de l’église, dans le tableau final d’une mort sublime qui a tous les caractères de la sainteté. Quant à Marguerite Claës, face au génie impitoyable de son mari, elle incarne la sainte entité de la famille, avec ses vertus les plus solides. Modeste figure d’épouse laide et contrefaite dont le handicap est un titre de plus au martyre, faible femme à l’amour généreux dont la sagesse et la délicatesse sont brisés comme fétus de paille par le souffle de la folie, elle est « un ange d’amour29 », la victime sacrificielle d’un bourreau inconscient, « une hostie offerte, un cœur crucifié30 ».

  • 31  Cette notion est proposée par Eugen Drewerman, Psychanalyse et exégèse, Seuil, 2000, t. I, p. 291.

12Balzac crée, on l’a vu, aussi bien des saints accomplis destinés à l’épiphanie, que des saints « inaccomplis » dans leur difficile accession à la sainteté. Leur histoire n’est alors pas celle de la découverte du péché par un saint, mais celle, plus romanesque, de la découverte de la sainteté par un pécheur31. Le récit de leur vie est moins archétypique que psychologique. Mais les uns et les autres incarnent, dans leur expérience mystique, les trois dimensions majeures de la sainteté chrétienne : l’ascétisme, le sacrifice et la position prophétique. Balzac a pratiqué tous les genres canoniques de l’hagiographie et de la mystique avec une constance frappante. Autobiographies cryptées (Louis Lambert, La Peau de chagrin), récits d’ascension spirituelle (Z. Marcas, Illusions perdues, Le Père Goriot), romans clairement mystiques racontant une assomption comme Séraphîta, romans épistolaires dont les lettres poursuivent à la fois une auto-analyse et une édification (Sténie, Mémoires de deux jeunes mariées).

13Désignés à l’attention du lecteur par des signes d’élection, les saints balzaciens construisent un système symbolique à l’intérieur d’une société qui, comme la société de son temps, s’avère souvent inapte à les reconnaître, ce qui fait mieux ressortir son iniquité. Mais l’aura qu’il leur confère répond surtout à une préoccupation esthétique, sa conscience aiguë de la nécessité de donner à l’œuvre une unité spirituelle. Rupture avec le comportement commun, héroïsme de la foi, caractère social de l’action, la sainteté opère la rencontre entre deux temporalités, celle d’une vie et celle d’une époque ; elle marque l’intrusion de l’éternité dans la durée d’une vie humaine. Quoi de plus tentant pour un romancier qui entend sculpter dans le marbre ? L’ajout ou le développement tardif, dans le manuscrit du Médecin de campagne, des discours de Bénassis et du curé Janvier et des nombreuses scènes édifiantes qui l’émaillent en sont la preuve évidente pour ce roman. Toute l’œuvre obéit sans doute au même souci, comme le montrent en particulier l’épigraphe empruntée à sainte Thérèse dans La Duchesse de Langeais ou la lettre finale de Clémence Jules à son mari dans Ferragus.

  • 32 Jean-Gaspard Lavater, L’Art de connaître les hommes d’après les traits de la physionomie Depélafol, (...)
  • 33  Balzac, Lettre à Hippolyte Castille du 11 octobre 1845, dans Écrits sur le roman, anthologie réuni (...)
  • 34  Stig Dagerman, Notre besoin de consolation est impossible à rassasier (1952), Actes Sud, 1981 pour (...)

14Certes, l’écriture balzacienne, toujours distanciée, transpose, actualise, relativise les mythes au moment même où elle les cite, en changeant constamment le niveau de sens des textes dans lesquels elle les insère. Quand il parle de la sainte guillotine ou de saint Robespierre, Balzac s’amuse, après avoir élevé l’atmosphère du roman jusqu’au sublime, à la rabaisser, comme Rabelais, par des effets de contrastes héroï-comiques. Mais la plupart du temps il fait un étonnant usage romanesque des martyrs et des saints, à la fois comme héros charismatiques aux « physionomies idéales32 » qu’on admire et auxquels on s’identifie, et comme êtres infortunés dont les malheurs nous émeuvent et nous soulagent. À ce titre il les sait doublement consolateurs. En tirant ainsi le roman vers le mythe et la légende, Balzac vise à la fois la littérature populaire de consolation telle que la définit Umberto Eco, y retrouvant la fonction cathartique définie par Aristote, et une œuvre clairement missionnaire. Bien que toujours problématique, La Comédie humaine convoque toutes les grandes figures de l’hagiographie pour élever l’âme, montrer l’exemple, édifier le public. Son auteur ne veut pas être « un amuseur de gens », il prétend « moraliser son époque33 » et même apporter aux incrédules une foi raisonnable. Chez lui, les athées se mettent à croire, les martyrs accomplissent leur chemin de croix et les méchants trouvent une punition à la mesure de leurs péchés. Cette œuvre soi-disant réaliste s’apparente à une Bible du xixe siècle ou à une véritable Légende dorée, dont les personnages plus grands que nature visent plus que la vie, l’immortalité, et dont l’objectif dépasse la consolation simple de la littérature populaire pour offrir un horizon métaphysique ou, selon le mot de Stig Dagerman, « une consolation qui illumine34 ».

Haut de page

Notes

1  Soulignée par Pierre Centlivres, Saints, sainteté et martyre la fabrication de l’exemplarité (Actes du colloque de Neuchâtel, novembre 1997, éditions de la MSH, « Recherches et travaux », 2001, p. 19-20).

2  Les Marana, dans Honoré de Balzac, La Comédie humaine, dir. Pierre-Georges Castex, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1976-1981, t. X, p. 1048. Toutes nos références, sauf indication contraire, renvoient à cette édition.

3  Il passa par tous les postes de pouvoir au sein de la Compagnie de Jésus, entre Rome, Paris, Bruxelles et Londres, puis retourna en Espagne en 1574, et composa ses principales œuvres à Tolède et à Madrid.

4  « Voici quinze ans que je mène la vie d’un martyr », écrit-il à Mme Hanska le jour de sa fête, le 16 mai 1843, en se mettant sous la protection de saint Honoré. Lettres à Madame Hanska, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1990, t. I, p. 685.

5  Balzac, Œuvres diverses, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, dir. P.-G. Castex, 1990 [1996, t. II], t. I, p. 604.

6  Op. cit., t. X, p. 1197.

7  Balzac, Séraphîta, op. cit., t. XI, p. 840.

8  Balzac, Louis Lambert, op. cit., t. XI, p. 613.

9  Balzac, Une fille d’Ève, op. cit., t. II, p. 278.

10  Balzac, Le Médecin de campagne, op. cit., t. ix, p. 413.

11  Voir Max Andréoli, « Z. Marcas : l’occasion manquée », L’École des lettres, janvier 2001.

12 Balzac, Z. Marcas, op. cit., t. VIII, p. 850.

13  Balzac, Théorie de la démarche, op. cit., t. XII, p. 299.

14  Félix Davin, Introduction aux Etudes philosophiques, op. cit., t. X, p. 1210.

15  Voir la remarquable analyse structurale des figures féminines de la sainteté faite par Jean-Pierre Albert dans Le Sang et le Ciel, Les Saintes mystiques dans le monde chrétien, Aubier, coll. historique, 1997.  

16  Balzac, Eugénie Grandet, éd. Pierre-Georges Castex, Classiques Garnier, 1956, p. 266.

17  Balzac, Eugénie Grandet, op. cit., t. III, p. 1162.

18  « La femme a cela de commun avec l’ange que les êtres souffrants lui appartiennent » (ibid., p. 1109).

19 Balzac, Ursule Mirouët, op. cit., t. III, p. 840.

20  Balzac, Pierrette, op. cit., t. IV, p. 152.

21 Ibid., p. 155 et 163.

22 Balzac, Modeste Mignon, op. cit., t. I, p. 542.

23  Northrop Frye, Le Grand code. La Bible et la littérature, préface de Tzvetan Todorov, traduction de Catherine Malamoud, Seuil, coll. Poétique, 1984, p. 203.

24  On peut d’ailleurs se demander si le personnage de Sœur Marie des Anges, ce « Louis Lambert femelle » auquel devait être consacré un roman philosophique, n’est pas un avatar de Marie l’Égyptienne. Son séjour au couvent s’avérait desséchant et déprimant comme celui de Zulma, elle devait illustrer « l’amour humain conduisant à l’amour divin » et un feuillet manuscrit en expliquait ainsi la valeur symbolique : « peut-être est-ce pour les chrétiens issus de l’orient qu’il a [mis] à sa gauche une Ève céleste, une Marie qui console des amours [échappés] (fugitifs) par d’éternelles amours ». Cette « figure de sainte », cette « femme adorée » aurait pu être une prostituée repentie et entrée au Carmel. (Voir l’article de Thierry Bodin, « De Sœur Marie des Anges aux Mémoires de deux jeunes mariées », L’Année balzacienne, 1974, p. 35-68). On peut également penser que la Marana est une autre figure de Marie l’Égyptienne. Le nom de Marie ne signifiait-il pas à la fois, selon Jacques de Voragine, « l’amère » et « celle qui illumine » ?

25  Balzac, Pensées, sujets, fragments, éd. Crépet, Paris, A. Blaizot, 1910, p. 681.

26  On le trouve dans les Œuvres diverses, op. cit., t. II, p. 1126-1132.

27  Balzac, Le Lys dans la vallée, op. cit., t. IX, p. 1143.

28  Balzac a d’ailleurs publié en juin 1836 la scène de la mort d’Henriette dans Le Cabinet de lecture, puis le 5 juillet 1836 dans Le Petit courrier des dames, sous le titre La Mort d’une sainte.

29  Balzac, La Recherche de l’Absolu, op. cit., t. X, p. 741.

30  Albert Béguin, Balzac lu et relu, Seuil, coll. Pierres vives, 1965, p. 237.

31  Cette notion est proposée par Eugen Drewerman, Psychanalyse et exégèse, Seuil, 2000, t. I, p. 291.

32 Jean-Gaspard Lavater, L’Art de connaître les hommes d’après les traits de la physionomie Depélafol, 1820, t. I, p. 109.

33  Balzac, Lettre à Hippolyte Castille du 11 octobre 1845, dans Écrits sur le roman, anthologie réunie par Stéphane Vachon, Le Livre de poche, « Références », p. 318.

34  Stig Dagerman, Notre besoin de consolation est impossible à rassasier (1952), Actes Sud, 1981 pour la traduction française de Philippe Bouquet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Baron, « Balzac hagiographe : Comédie humaine ou Légende dorée ? », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2015-01 | 2015, mis en ligne le 02 décembre 2015, consulté le 23 mars 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6433 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6433

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Baron

Anne-Marie Baron, agrégée de lettres, docteur d’état, présidente de la société des Amis d’Honoré de Balzac et de la Maison de Balzac, critique de cinéma, a publié sept essais sur Balzac et quatre sur le cinéma, notamment Balzac et la Bible, une herméneutique du romanesque (H. Champion 2007), Romans français du xixe siècle à l’écran. Problèmes de l’adaptation (Presses de l’Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2008). Ésotérisme biblique, traduction, présentation et notes de l’essai de Salvatore Attal, Florence, 1908 (L’Âge d’homme 2015), La Bible à l’écran (CinémAction, éditions Corlet, à paraître en 2016). Participe au Dictionnaire de la Bible dans la littérature, à paraître au Cerf, au Dictionnaire George Sand paru chez Honoré Champion et au Dictionnaire Balzac, à paraître aux éditions Garnier.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page