Navigation – Plan du site

« L’avant-guerre » des guerres de Religion, d’après les lettres historiques d’Etienne Pasquier

David El Kenz

Résumés

Qu’est-ce qu’une période « d’avant-guerre » ? La question est un défi méthodologique parce qu’elle suppose une vision finaliste de l’histoire. Elle est d’autant plus complexe lorsqu’elle s’intéresse aux guerres de Religion (1562-1598), une guerre civile française dont l’ouverture du conflit n’a rien d’officiel. Pour traiter de ces prémices, notre étude s’appuie sur la correspondance d’Étienne Pasquier, un avocat et érudit parisien. Celui-ci témoigne des événements de l’hiver 1561-1562 qui précèdent le conflit armé entre les partis confessionnels. Son interprétation des violences civiles de la capitale oppose passion religieuse et régulation publique.
L’expérience personnelle de l’érudit, sa position sociopolitique et son engagement expliquent une telle appréhension de la période. Ils constituent l’étalon de cette vision d’avant-guerre. D’un côté, une haute sensibilité à la vindicte confessionnelle et de l’autre, une attente sans espoir dans les remèdes de la Couronne. La correspondance de Pasquier dévoile ainsi l’inéluctabilité de la désagrégation de l’État.

Haut de page

Texte intégral

1Qu’est ce qu’une période « d’avant-guerre » ? L’écrivain contemporain Frédéric Beigbeder y répond ainsi :

  • 1  Frédéric Beigbeder, Oona et Salinger, Paris, Grasset, 2014, 4e de couverture.

« Il arrive un moment, dans certains pays, à certaines époques, où les hommes semblent attendre un événement important et tragique qui permettrait de résoudre tous les problèmes. Ces périodes sont globalement nommées : avant-guerre. Elles sont assez mal choisies pour tomber amoureux. »1

  • 2  Albert Schirrmeister, « Avant la guerre : attitudes d’attente et actions expectatives au xviie siè (...)

2Albert Schirrmeister propose d’aller au-delà de l’ironie romanesque, en suggérant une question historique apparemment simple. « Quels sont les événements qui distinguent pour les contemporains la période d’avant-guerre de celle de la guerre proprement dit ? » En réalité, cette question soulève une problématique complexe propre à la temporalité dans l’écriture de l’histoire. Qui sont les acteurs de la période d’avant-guerre et ceux-ci influent-ils sur le cours des événements pour empêcher ou, au contraire, accélérer la guerre ?2

  • 3  Mark P. Holt, The French Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

3L’examen est d’autant plus délicat lorsqu’il s’intéresse à une période de guerre civile. En effet, à la différence de la guerre entre États, la guerre civile n’est souvent pas déclarée officiellement. Le souverain se considère confronté à une sédition qui relève d’une opération de maintien de l’ordre. Cette posture explique en partie l’indétermination historiographique pour la période que l’on désigne traditionnellement par l'expression « guerres de Religion ». De manière académique, ces guerres, au nombre de 8, débutent en 1562 et s’achèvent en 1598. Mais certains historiens estiment que le tumulte d’Amboise en 1560 commence les troubles et d’autres prolongent la séquence jusqu’en 1629, dans la mesure où la France connaît trois soulèvements protestants dans les années 16203. En outre, si l’on retient le découpage traditionnel, les 36 années sont entrecoupées de moments pacifiques non négligeables, telle la paix d’Amboise entre mars 1563 et septembre 1567 ou la paix de Fleix entre 1580 et 1585. La discontinuité des guerres de Religion accroît ainsi l’indétermination de la guerre civile.

  • 4  Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulous (...)

4La guerre civile de religion se conclut par une paix de religion comme une guerre classique s’achève par un traité entre États. En revanche, l’ouverture des hostilités est bien différente. Pour la guerre classique, une déclaration de guerre est publiée. La guerre civile n’a pas d’équivalent si ce n’est parfois un manifeste justificatif que les rebelles promulguent. Dans sa thèse sur les guerres de Religion dans le Midi toulousain, Pierre-Jean Souriac avance que pour les contemporains, la guerre civile se mesure à l’aune de l’encadrement financier : un homme d’arme voit sa violence légitimée lorsqu’il est soldé par l’un des partis ou par le roi lui-même, sinon ses actes sont dénoncés comme des exactions4. Autrement dit, la guerre civile débuterait officiellement quand l’appareil traditionnel du financement militaire est mobilisé, mais cette fois pour des troubles intra-étatiques.

  • 5  Victor Carrière, « Noël Valois. Vassy. La vérité sur le massacre de Vassy », Revue d’histoire de l (...)

5Ce passage de l’avant-guerre à la guerre demeure néanmoins controversé. Lors de la première guerre civile, les opérations militaires débutent au mois d’avril 1562 et s’achèvent par la paix d’Amboise, première paix de religion, le 19 mars 1563. Pour les catholiques et dans l’historiographie qui s’en réclame, la prise d’Orléans du 2 avril 1562 par le prince Louis de Bourbon-Condé, chef du parti protestant, marque le début de la guerre5. En revanche, pour les huguenots, c’est le massacre de Wassy en Champagne exécuté le 1er mars par le duc François de Guise qui déclencherait les hostilités.

  • 6  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross. Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, Oxfo (...)

6Si l’on suit le manifeste protestant justificatif de la prise d’Orléans, publié le 11 avril 1562, le départ « forcé » de la famille royale de Paris au château de Fontainebleau le 16 mars serait le casus belli. La régente Catherine de Médicis et son fils Charles IX seraient désormais sous la « coupe » des chefs du parti catholique, le connétable Anne de Montmorency et le maréchal de Saint-André, rejoints peu après par le duc François de Guise. Condé parle de « captivité » !Cependant, l’édit du 17 Janvier 1562, dit de Janvier, qui reconnaît pour la première fois en France la liberté de culte à une minorité protestante, n’est jamais révoqué. Certes, l’édit est modifié le 6 avril 1562 quand le roi accède à la doléance du Parlement de Paris. Désormais le culte réformé ne peut être célébré dans la capitale et à quatre lieux aux alentours6. De même, il est ajourné dans les villes frontières à la demande du lieutenant général de Bourgogne, Gaspard de Saulx-Tavanes. L’arrêt du roi du 30 juin déclare, en outre, que tout huguenot ayant pris les armes contre le souverain ou ayant commis des actes iconoclastes est un criminel de lèse-Majesté divine et humaine, confirmé par un nouvel arrêt du 13 juillet qui autorise tout sujet du roi à courir « sus aux briseurs d'images ». Cependant, officiellement, l’expérience de coexistence religieuse n’est pas remise en cause. Pour saisir le début de la guerre, nous ne profitons donc pas d’un édit de révocation comme celui de Nemours par exemple qui, en 1585, annule toutes les mesures précédentes de liberté religieuse.

7La correspondance d’Étienne Pasquier, un contemporain des troubles à Paris, serait une piste pour enquêter au sujet du glissement progressif d’un état de paix à l’état de guerre civile. Cet érudit et avocat au Parlement de Paris représente les catholiques modérés, partisans d’une solution pacifique dans la querelle entre catholiques et protestants. Ceux-ci font confiance à la puissance royale pour y parvenir. Ils sont désignés de manière péjorative par le terme de « Politique », ceux qui négligeraient la vérité religieuse au nom d’intérêts personnels et politiques.

8Pasquier correspond principalement avec Christophe de Fonsomme, un réformé du Vermandois qui a quitté le royaume en 1553 et qui séjourne le plus souvent à Bâle. Dans ses lettres antérieures àla première guerre, il relate les événements qui ont lieu dans la capitale du royaume. Nous analyserons principalement la lettre XIII qui rapporte les faits parisiens, de décembre 1561 jusqu’au mois de mars 1562. C’est le moment où tout bascule.

  • 7  Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », in Mathilde (...)
  • 8  Dorothy Thickett, « Introduction », Étienne Pasquier, Lettres Historiques pour les années 1556-159 (...)

9La difficulté de ce document est son intention. Étienne Pasquier épistolier ne cesse d’être écrivain. À l’image d’Érasme, ses lettres sont destinées à la publication. Il en publie un premier volume en 1586, sous le titre de Lettres puis les rééditera en augmentant le recueil jusqu’à sa mort. Il évoque les événements depuis 1556 jusqu’en 1594. Catherine Magnien-Simonin, spécialiste de la correspondance de l’avocat, note le souci du Pasquier épistolier de rester discret sur ses accointances avec les réformés, dans les premières éditions du recueil au temps de la Ligue. Lors d’éditions posthumes, certaineslettres sont peut-être retravaillées et des pseudo-lettres sont introduites dans le volume pour présenter un Pasquier critique de Charles IX et Henri III, bien que l’avocat les ait servis fidèlement en leur temps7. Néanmoins, Dorothy Thickett, éditrice des lettres de Pasquier, considère que les premières lettres, celles de la fin des années 1550 et des premières guerres civiles, semblent ne pas avoir été retouchées, lors de leur édition8.

10On peut donc parier sur une relative honnêteté du témoin de la montée des tensions politico-religieuses dans la capitale, prélude à la première guerre civile. Est-il conscient que les événements qu’il décrit portent en eux une dynamique guerrière irréversible ? Dans un premier temps, nous présenterons les événements cités dans la lettre au ras du sol. Puis, dans un deuxième temps, nous chercherons les événements qui distinguent la période d’avant-guerre de celle de la guerre proprement dit. Nous restituerons à cette fin la logique interne de la lettre, puis nous la confronterons auxlettres postérieures, écrites durant la guerre, afin de tenter d’isoler les événements d’avant-guerre de ceux de la guerre proprement dite. Enfin, dans un dernier temps, nous étudierons la manière par laquelle Pasquier se présente au milieu de l’exacerbation de la violence.

L’hiver 1561-1562 : Paris en guerre religieuse « couverte »

11Dans la lettre, Pasquier évoque les événements du mois de décembre 1561 à mars 1562. Les incidents entre l’autorité, les catholiques et les réformés et l’enregistrement de l’édit de Janvier retiennent son attention.

L’arrestation et la libération du prédicateur Jean de Hans

12Dans la nuit du 9 au 10 décembre 1561, le prévôt des maréchaux fait arrêter un minime, du nom de Jean de Hans, chargé de prêcher l’Avent dans l’église paroissiale Saint-Barthélemy. Âgé d’une trentaine d’années, il a acquis sa célébrité pour son inspiration prophétique et la violence de ses propos, n’hésitant pas à vitupérer contre les officiers du roi et les princes partisans d’une modération à l’égard des hérétiques. La cible de ses prédications est l’édit du 19 avril 1561 qui interdit toute provocation dans les assemblées catholiques. Le minime dénonce aussi la décision du 28 janvier 1561 qui ordonne la libération des prisonniers pour fait de religion. Le « prophète » est conduit au château de Saint-Germain-en-Laye. Claude Marcel et Nicolas Bourgeois, députés au nom de la ville auprès de la cour, intercèdent en faveur de la libération du religieux.

  • 9  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La Violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-Ver (...)

13Selon Claude Haton qui rapporte ce qu’aurait dit une pièce imprimée circulant en 1561, Hans aurait répété ces avertissements prophétiques sur le malheur qui guette la France et dont les lois favorables aux hérétiques sont des signes. Toutefois, il aurait échappé au supplice des étrivières, proche de la flagellation. Le connétable, chargé de lui faire donner le châtiment, aurait finalement renoncé quand il aurait découvert que le saint homme portait un cilice9.

  • 10  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)
  • 11  Selon le journal de Pierre Paschal, Jean de Hans serait mort le 16 novembre 1562. « Le populas si (...)

14Hans revient à Paris comme un héros, quelques jours plus tard, « à l’image d’un grand Prince »10, écrit Pasquier11.

Lobbying des ministres protestants auprès de la cour pour élargir la liberté de culte

  • 12 Ibid., p. 79.

15En contrepoint, Pasquier relève dans la partie suivante de sa lettre la pression exercée par les ministres de Paris pour obtenir la possibilité de prêcher dans la capitale. Jusqu’à l’édit de Janvier, les huguenots n’ont officiellement pas le droit de célébrer publiquement leur culte. Cependant, depuis un arrêt du 19 avril 1561 déjà évoqué, les sujets peuvent librement prier dans leur logis. Si l’on en croit Pasquier, les protestants peuvent même prêcher les « jours ouvrables », autrement dit hors des jours de fêtes catholiques12.

16Le gouverneur de Paris Charles de la Roche-sur-Yon refuse de souscrire à la doléance des protestants d’élargir la liberté de prêcher, par crainte de la réaction des catholiques. Le gouverneur renvoie l’affaire au connétable Anne de Montmorency qui non seulement ne le déjuge pas, mais lui adjoint de nouvelles forces, un guet perpétuel de soixante archers.

  • 13  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross, op. cit.,p. 58-60.

17Il est vrai que des heurts se sont récemment déroulés entre communautés. Ainsi, une émeute au Pré-au-Clerc le 24 avril 1561 : des catholiques ont tenté de s’emparer de la maison du seigneur de Lonjumeau qui accueillait des prêches. Il y eut plusieurs morts dont une catholique et son enfant, tués par une balle perdue. En octobre 1561, des prêches à la porte Saint-Antoine accueillent plus de 8000 fidèles, en dépit le l’interdiction de toute assemblée publique à l’exception des assemblées religieuses catholiques13.

Le tumulte de l’église Saint-Médard du 27 décembre 1561

18Cependant, les réformés obtiennent gain de cause à la Noël. C’est dans ce contexte que Pasquier présente le tumulte de l’église Saint-Médard.

  • 14  Michel de L’Hospital a accordé la liberté aux réformés de Paris de s’assembler pour écouter les pr (...)
  • 15  Un dénommé Paquot, diacre de l’église de Paris, envoyé dans la délégation aurait été tuée par les (...)

19À la Maison du Patriarche, aux Gobelins, dont les propriétaires sont protestants, les réformés ont la tolérance de s’assembler pour entendre les prêches du pasteur Jean Malo14. Les paroissiens de l’église Saint-Médard, à proximité du Patriarche, font carillonner les cloches le 27 décembre. Les réformés considèrent que c’est une provocation qui vise à ce que l’on n’entende pas leur ministre. Ils envoient une délégation pour demander l’arrêt des cloches. Mais rien n’y fait. Les réformés viennent alors en force, accompagnés par le capitaine du guet et des prévôts des maréchaux, chargés de protéger ces assemblées huguenotes. La confrontation dégénère vite. Plusieurs « hommes » dont Pasquier ne mentionne pas la confession sont blessés et tués15. Dans la rixe, des actes iconoclastes sont commis : « vitres brisées et images jettées bas ».

  • 16  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)
  • 17  Le Journal de Brulart mentionne ce fait. Nicolas Brulart, Journal des choses plus remarquables (15 (...)

20Pour Pasquier, cet incident est « estrange » ! Il ajoute : « J’ay horreur de vous raconter tout au long, toutes les particularitez que l’on dict y avoir passé ; cela n’estoit point encore advenu en nos Esglises. »16 Il doit faire allusion à la profanation d’hosties !17

  • 18  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross, op. cit., p. 62.

21Cependant pour l’épistolier, « il y a pis ». Les fidèles catholiques sont considérés comme les agresseurs. Ils sont aussitôt faits prisonniers et emmenés au Châtelet. Ils étaient une trentaine d’individus dont six prêtres, relâchés deux jours plus tard18.

  • 19  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)

22Ensuite, l’avocat décrit le duel judiciaire entre les deux partis, arbitré par une commission du Parlement composé d’un magistrat catholique et d’un protestant. Les uns et les autres requièrent des remontrances et figurent selon Pasquier « la ruisne de nostre France ». Le Parlement pour mettre fin au « scandale » ordonne la lacération des requêtes de chaque parti, suspend le culte à Saint-Médard et demande aux réformés de se choisir un autre lieu de prêche19.

L’édit de Janvier et les difficultés de son enregistrement

23Pasquier achève sa lettre par une longue analyse de l’édit du 17 janvier 1562, depuis les délibérations à l’assemblée de Saint-Germain jusqu’à sa publication au Parlement de Paris le 5 mars suivant. Cet édit est le premier à reconnaître officiellement et pour l’ensemble du royaume la liberté de culte en faveur des réformés.

  • 20  Ibid., p. 82.

24Tout d’abord, Pasquier rapporte la teneur du discours justificatif du chancelier Michel de L’Hospital devant une assemblée de notables, réunie au château de Saint-Germain-en-Laye le 3 janvier. Pour prévenir les troubles, alors que les édits interdisant le culte protestant n’ont jusque là pu empêcher la croissance de l’hérésie, Charles IX désire que l’assemblée trouve ou des moyens de « bannir ceste nouvelle Religion, sans troubles » ou bien que « les uns vesquissent avec les autres, sous un mesme Prince, en amitié et fraternité ». Pasquier commente alors : « C’estoit une proposition fort mal-aisée à résoudre » !20

  • 21  Étienne Pasquier fait référence aux premières spoliations des biens ecclésiastiques, lors des trou (...)

25L’édit de Janvier constitue une réponse à ce difficile dilemme. L’avocat en rapporte l’essentiel du point de vue d’un catholique sensible à l’État de droit. Les hérétiques doivent abandonner les biens d’Église dont ils se sont emparés21. Ils obtiennent la liberté de tenir des assemblées religieuses hors les murs et de tenir des synodes, sous contrôle des officiers du roi. Mais il leur est interdit de s’organiser en marge de l’État.

  • 22  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)

26Leur doctrine religieuse doit être chrétienne, c’est-à-dire embrasser l’ancien et le nouveau testament et la tradition jusqu’au concile de Nicée. Les prêches ne doivent pas provoquer les catholiques et ne peuvent être tenus dans les villages qu’avec l’accord du seigneur et de la fabrique du lieu22.

  • 23  L’enregistrement de l’édit de Janvier a lieu en réalité le 26 mars.
  • 24  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)
  • 25  Le Parlement d’Aix-en-Provence enregistra l’édit de Janvier sous la pression armée d’Antoine de Cr (...)

27Pasquier achève sa description de la situation de Paris par le conflit entre le Parlement de Paris et le Conseil du roi jusqu’à la publication de l’édit « sous la contrainte » le 5 mars 156223. Le premier résiste à l’enregistrement jusqu’à ce que le roi impose sa publication, mais « avec toutes les démonstrations de contraintes », écrit Pasquier. Autrement dit, le roi ajoute au texte les lettres de jussion, les réserves des magistrats et la mention provisoire24. L’épistolier ne cite que les pressions institutionnelles, les fameuses lettres de jussion du 14 février et du 1er mars. Il ne rapporte pas, en revanche, la venue du gouverneur de Paris La Roche-sur-Yon au Palais qui menaça les magistrats de désigner une commission ad hoc pour enregistrer l’édit25.

28La situation demeure extrêmement tendue. Au Parlement de Paris, les remontrants ont une majorité de 24 voix alors qu’ils n’en avaient que trois contre l’édit de juillet de 1561, édit qui avait décriminalisé l’adhésion à la foi réformée. À la cour, la division domine aussi.

  • 26  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)

29Selon Pasquier, le rapport de force semble néanmoins tourner en faveur des protestants. Ceux-ci n’ont, d’ailleurs, pas attendu l’édit de Janvier pour prêcher publiquement partout en France. « Le temps, peut-estre, nous sera sages, conclut Pasquier, mais ce sera à nos propres cousts et despens [...] »26

Continuité et discontinuité

  • 27  Reinhart Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », (...)

30La période d’avant-guerre devient intelligible à la lumière de la période qui suit. C’est parce qu’il y a eu la guerre que l’on peut parler d’avant-guerre. Il est difficile de ne pas conduire alors une analyse finaliste, à moins de faire de l’histoire contrefactuelle. C’est ce qui rend cette période complexe, à la différence de l’après-guerre qui ne préjuge pas de l’avenir27. Cependant, en suivant les relations de Pasquier jusqu’aux violences de guerre avérées, essayons de cerner ce qui distingue rétrospectivement l’avant-guerre.

D’Amboise à Paris : la montée des tensions

31Dans la lettre XIII, Pasquier décrit les mois de décembre, janvier, février et mars 1561-1562 à Paris. La dynamique du tableau adopte les thèmes suivants : pression des catholiques zélés (Jean de Hans) ; pression des réformés (ministres parisiens) ; tumulte de Saint-Médard résultant de ces pressions contradictoires ; enfin, remède fragile de l’édit de Janvier.

32Pasquier décrit des incidents violents qui illustrent la dangereuse division religieuse des Parisiens. Il est d’autant plus sensible à ces événements qu’il sort d’une retraite à la campagne, marquée par le spectacle d’une sanglante répression.

33Empoisonné accidentellement par des champignons en 1558, l’avocat a fait une retraite dans son domaine d’Argenteuil, puis dans celui de son épouse dans l’Angoumois et à Cognac. Il ne revient à Paris qu’en septembre 1560.

  • 28  Paul Bouteiller, Recherches sur la vie et la carrière d’Étienne Pasquier, historien et humaniste d (...)

34Sur la route vers l’Ouest, il passe par Amboise le 20 mars 1560, alors que la répression des rebelles culmine. En effet, des nobles réformés et catholiques avaient tenté un coup de main contre la famille des Guise qui tient une ligne dure contre les hérétiques et domine alors au Conseil. Le plan avait pour but de leur retirer la garde du jeune François II. Mais la conjuration échoue et tourne à l’exécution systématique des séditieux. Pasquier tombe ainsi sur les têtes des conjurés Mazère, Raunay et Castelnau, décapités la veille de son arrivée28.

La lettre XIII, dernière lettre avant l’intrigue guerrière

35Le halo d’une telle violence peut expliquer une progression épistolaire tendant versune description de plus en plus précise des événements. Les premières lettres ne traitent, en effet, que de faits politico-religieux assez généraux. En revanche, à partir de la lettre XI, Pasquier évoque concrètement les événements parisiens : l’échec du colloque de Poissy ; les portraits d’Antoine de Caracciolo, un prélat converti à la Réforme et en contrepoint le fameux Jean de Hans, (lettre XII).

36À la suite de la lettre qui fait l'objet de cet article, les manœuvres politico-religieuses sont analysées. La lettre XIV décrit le revirement du roi de Navarre. Le prince du sang rallie le Triumvirat, Anne de Montmorency, François de Guise et le maréchal de Saint-André, à la tête d’une coalition aristocratique partisan de l’intransigeance religieuse. Les réformés perdent ainsi un atout majeur pour leur cause.

  • 29  Dorothy Thickett, « Lettre XV. A Monsieur de Fonssomme. Le Tumulte de Vassy, 1562 », Étienne Pasqu (...)

37Dans la lettre XV, peu sensible au massacre de Wassy qu’il n’évoque que superficiellement, Pasquier préfère expliquer la formation des partis au cours du mois de mars. Désormais « les coups de pistolets et canons, nous servent de carillon, écrit-il »29.

  • 30 Ibid., p. 98-99.

38Aux yeux de Pasquier, le prince de Louis de Condé, chef du parti protestant est le principal fauteur de guerre. L’épistolier parle de son « entreprise » au sujet de la prise d’Orléans. La déclaration du 8 avril en vertu de laquelle le prince déclare que le roi est « detenu prisonnier » et pour cette cause « il a chargé les armes pour le délivrer de ceste captivité », marque le franchissement du Rubicon30.

  • 31 Ibid., p. 100.

39Mais de manière contradictoire, ce sont les agissements du Triumvirat qui sont rendus responsables de la violence parisienne au début du mois d’avril. Quand le connétable Anne de Montmorency entre dans Paris le 4 avril, il fait brûler les deux lieux de prêches de Popincourt et du Patriarche. « On ne parle plus que de guerre. Chacun fourbit son harnois », écrit Pasquier. Cette situation « contriste » le chancelier, porteur de l’esprit de l’édit de Janvier. Lors d’un Conseil, il rappelle au connétable que c’était aux gens de robe longue de décider de l’usage des armes, bien qu’ils ne sussent les conduire !31

  • 32  Dorothy Thickett, « Lettre XVI. A Monsieur de Fonssomme. Préparatifs de guerre à Paris. », Étienne (...)

40Enfin, la lettre XVI est un tableau de la guerre de l’imprimé à laquelle s’adonnent les partis. « Maintenant ce ne sont que cartels. Chacun pour pallier son entreprise et donner le tort à son ennemy, envoye des declarations telles qu’il veut. »32

41Toutefois, Pasquier rend Condé définitivement responsable de la guerre. En dépit des efforts de la régente Catherine de Médicis, le prince se montre inconciliable33. Ses trois principales exigences s'avèrent chimériques à satisfaire. Le retour sur l’interdiction de la liberté de culte à Paris, accordée par le roi à l’occasion de son retour dans la capitale le 6 avril, ainsi que le désarmement du Triumvirat et son éloignement de la Cour sont irréalisables34.

Les lettres de guerre

42Les deux lettres suivantes XVII « Les saccagements des Églises » et XVIII « La bataille de Dreux, le 19 décembre 1562 » sont désormais des relations d’événements proprement militaires.

  • 35  Dorothy Thickett, « Lettre XV. A Monsieur de Fonssomme. Les saccagements des Églises », Étienne Pa (...)

43Pasquier débute la première ainsi : « Grande et esmerveillable pitié ! Nul ne couche que de la Religion de Dieu, du service de son Roy, de l’amour et pieté envers sa patrie. Et je n’en voy un tout seul qui sous ces beaux pretextes ne ruine totalement le Royaume de fonds en comble. Tout est en trouble et confusion. »35

44Comment se situe notre lettre XIII dans cette série ? Elle décrit le dispositif qui est à l’origine de la guerre : l’affrontement religieux dans l’espace public et les efforts de la Couronne pour y remédier. Nous sommes donc bien encore dans l’avant-guerre, au même titre que les lettres suivantes XIV, XV et XVI. Toutefois la lettre XIII nous semble la plus significative de l’époque d'avant-guerre. En premier lieu, Pasquier évoque implicitement son intervention en faveur de la paix. Il s’inscrit donc dans la temporalité de la période. En second lieu, il propose une analyse de la situation qui conduira à la guerre. Il souligne ainsi l’invasion de la passion confessionnelle dans l’espace de la capitale.

Quand la passion religieuse menace l’espace politique

45Pasquier n’est pas qu’un simple chroniqueur de la vie politique de Paris. Il est acteur en tant qu'il intervient anonymement dans l’espace de l’imprimé. Il est aussi expert par l’interprétation qu’il propose des tensions politico-religieuses.

Pasquier, un engagé discret

  • 36  L’assemblée évoquée par Pasquier n’est pas celle de janvier 1562 comme l’indique les Mémoires de C (...)

46Pasquier se limite-t-il à a analyser les événements parisiens ou essaie-t-il d’agir sur leur cours ? Dans notre lettre, Pasquier évoque implicitement une intervention personnelle dans l’espace public. Il résume un supposé discours qu’aurait tenu Michel de L’Hospital devant un « consistoire » réuni à Saint-Germain-en-Laye. Durant l’été 1561, cette assemblée a préparé celle de janvier 1562 où l’édit du 17 Janvier fut négocié36.

  • 37  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)
  • 38  Pasquier fait allusion à la paix d’Augsbourg de 1555 qui eut un grand retentissement. Olivier Chri (...)

47En réalité, ce discours est apocryphe. Il émane d’un libelle que Pasquier a publié lui-même anonymement pour soutenir l’édit de Janvier. Cette plaquette de quarante pages intitulée Exhortation aux princes et seigneurs du conseil du Roy pour obvier aux séditions qui occultement semblent nous menacer pour le faict de la religion défend la coexistence religieuse. Dans sa lettre, il la résume en plusieurs points. Bien que l’idéal d’une république soit l’unicité confessionnelle, mieux vaut tolérer la minorité hérétique que la combattre. Les réformés sont trop nombreux pour être exterminés ou expulsés du royaume. En outre, la violence d’une telle action souillerait le règne du jeune roi Charles IX. L’édit de Juillet 1561 n’est pas une solution pérenne. Le texte interdit aux hérétiques de participer aux assemblées catholiques pour éviter des incidents, mais les prive aussi de leur propre culte. Il favorise ainsi l’athéisme. Il est donc préférable de « tolerer ce scandale pour eviter un plus grand », celui de la tyrannie ou de la guerre civile37. Des États voisins comme le saint Empire Romain germanique n’ont-ils pas adopté cette voie irénique ?38

48Cet opuscule est la première intervention de l’érudit dans les affaires politico-religieuses du royaume, alors qu’il vient de publier le 1er tome de son œuvre historique, Recherches de la France, au début de 1561. Sa perception de l’avant-guerre s’inscrit donc dans son implication dans le débat sur l’enregistrement de l’édit de Janvier. Or, Pasquier, comme avocat, fréquente quotidiennement le Parlement, cœur stratégique de la vie juridique, politique et intellectuelle du royaume.

  • 39  Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », art. cité, (...)
  • 40  Ibid., p. 3.
  • 41  Joseph Lecler, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, Albin Michel, 1994, p. 435 (...)

49L’opuscule connaît le succès puisqu’il est réédité à quatre reprises en français et une fois en latin la même année et le sera encore en allemand, l’année suivante39. Cependant, Pasquier préserve son anonymat sous le pseudonyme S. P. P. (Stephanus Paschasius Parisiensis) et n’a d’ailleurs jamais revendiqué cette pièce40. De ce point de vue, il est moins audacieux qu’un Jacques Bienassis par exemple, vicaire général de Tours, qui, au lendemain de la clôture des États Généraux d’Orléans, le 1er février 1561, osa plaider publiquement devant son ordre ecclésiastique en faveur de la tolérance, jusqu’à la réunion d’un concile !41

  • 42  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. M (...)

50Toutefois, le, récit que donne Pasquier de cet hiver 1561-1562 révèle une prise de position en faveur de la reconnaissance de la minorité hérétique. En tant que catholique, il regrette cependant ce pluralisme confessionnel qu’il qualifie de « desbauche », autrement dit deperversion42.

L’invasion du religieux

51Dans sa vision générale des guerres de Religion, à l’image des érudits contemporains comme Michel de Montaigne ou Jacques-Auguste de Thou, Pasquier souligne la cause politique plutôt que religieuse aux troubles civils. Le différend confessionnel n’est qu’un alibi pour justifier des rivalités aristocratiques. En revanche, dans la lettre XIII, l’avocat pointe la passion religieuse dans la capitale, même s’il atténue la violence des incidents.

  • 43  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. I, p. 502.

52Pasquier stigmatise également le rôle des prédicateurs catholiques et des ministres protestants dans les tensions confessionnelles locales. Ces provocations aboutissent à des rixes parfois mortelles. Les effets sont déjà notoires dans les provinces proches. Au début du mois de décembre 1561, une fureur iconoclaste a lieu à Amiens, tandis qu’à Chartres, une bagarre interconfessionnelle éclate43.

  • 44  Nicolas Brulart, Journal des choses plus remarquables (1559-1569), op. cit., p. 68-69.

53Pasquier minore pourtant ces incidents. Il ne note pas l’extrême tension dans le quartier de Saint-Médard par exemple. Selon le Journal de Brulart, les prêches du Patriarche rassemblaient plusieurs milliers de fidèles, escortés par des hommes en arme. Les catholiques du lieu étaient terrorisés44.

  • 45  Pierre Paschal, Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562 principalement dans Pa (...)

54De même, Pasquier sous-estime la violence publique à l’occasion de l’enregistrement de l’édit de Janvier. Ainsi, quid des remuements au palais le 4 mars où des centaines d’étudiants protestants armés menacent les magistrats de s’emparer de leur propre chef des lieux de culte s’ils ne consentent pas à publier l’édit45.

La cruauté enfantine, symbole de l’échec de l’édit de Janvier

  • 46  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. I, p. 440.

55La tension entre violence collective religieuse et maintien de l’ordre public caractérise l’avant-guerre à Paris. Quand la première « entre dans l’Institutionnel de la France des guerres de Religion » pour reprendre une heureuse formule de Denis Crouzet, la guerre commence46. Le 2 mai 1562 le huguenot Pierre Créon (ou Craon) surnommé Nez d’Argent est pendu aux Halles pour avoir commis des actes iconoclastes lors de la rixe de Saint-Médard.

  • 47  « Chanson nouvelle du nez d’argent ». Cité par Denis Crouzet.Ibid., t. I, p. 88-89.

56Des enfants humilient le cadavre du pendu, lui lancent des pierres et de la boue. Puis, ils font une procession parodique, traînant le corps par les rues jusqu’au cimetière. Une chanson relate ainsi les faits : « Quand ils l’eurent traisné. /Ou estoit son sépulchre /Bientost luy ont osté /Les tripes et la fressure, /Puis de son cœur un chien l’a avallé ».47 Au lendemain, quatre enfants trainent encore ce qui reste du corps dans les rues.

  • 48 Ibid., t. I, p. 353.

57Le 14 juin 1562 a lieu une procession à Paris de l’église Sainte-Geneviève, consacrée à la patronne de Paris, jusqu’à l’église Saint-Médard, fermée depuis les incidents de l’hiver. Défilent les paroisses, le Parlement, les mendiants, sept évêques, quatre cardinaux, le prévôt des marchands et l’abbé de Sainte-Geneviève tenant la sainte Eucharistie. Denis Crouzet interprète cette procession comme une exorcisation de l’espace parisien des hérétiques qui sont officiellement chassés de Paris le 19 juin48. C’est la fin du projet de l’édit de Janvier à Paris !

58Au terme de cette brève étude, l’avant-guerre de la guerre civile de religion se caractérise par l’exacerbation confessionnelle que la puissance publique ne parvient pas à contrôler. Le parisien Étienne Pasquier en rapporte les principaux traits dans la capitale. Toutefois, cette avant-guerre s’inscrit dans la perception de l’avocat. À Paris, Le basculement dans la guerre n’a lieu qu’entre avril 1562 avec les violences d’Anne de Montmorency contre les prêches et l’échec des négociations entre la régente et Condé.

  • 49  Louis Merry, Histoire de Provence, Marseille, éd. J. Barile et Boulouch, 1837, t. IV, p. 37.

59À Aix-en-Provence par exemple, la guerre ouverte a commencé dès le début du mois de mars. L’enregistrement de l’édit de Janvier est en effet beaucoup plus dramatique que ce qui en est dit dans la lettre XIII. Après que l’édit est enregistré au Parlement d’Aix, le 3 février, Durand de Pontevès, seigneur de Flassans, à la tête d’une armée de plusieurs milliers de paysans catholiques, exhibant des symboles romains et de croisés, massacrent les réformés de Tourves, avant d’être eux-mêmes anéantis par les troupes de Crussol dans le château de Barjols le 6 mars 156249.

60En revanche, l’horizon d’attente de l’épistolier traduit son engagement dans la guerre à venir. Face à l’instabilité politique que l’affrontement confessionnel provoque, autorité et coexistence religieuse s’avèrent la seule voie de salut public.

Haut de page

Notes

1  Frédéric Beigbeder, Oona et Salinger, Paris, Grasset, 2014, 4e de couverture.

2  Albert Schirrmeister, « Avant la guerre : attitudes d’attente et actions expectatives au xviie siècle », 6-7 octobre 2014, Institut historique Allemand, Paris.

3  Mark P. Holt, The French Wars of Religion, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

4  Pierre-Jean Souriac, Une guerre civile. Affrontements religieux et militaires dans le Midi toulousain (1562-1596), Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 302.

5  Victor Carrière, « Noël Valois. Vassy. La vérité sur le massacre de Vassy », Revue d’histoire de l’Église de France, 1920, vol. 6, n° 32, p. 344-350.

6  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross. Catholics and Huguenots in Sixteenth-Century Paris, Oxford, Oxford UP, 1991, p. 63.

7  Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », in Mathilde Bernard et Nadine Kuperty-Tsur (dir.), Expressions de la dissidence à la Renaissance, Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2013-01|2013, mis en ligne le 07 mars 2013, consulté le 10 septembre 2014. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/5748 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.5748.

8  Dorothy Thickett, « Introduction », Étienne Pasquier, Lettres Historiques pour les années 1556-1594 (éd. Dorothy Thickett), Genève, Droz, 1966, p. 16-17.

9  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu. La Violence au temps des troubles de religion. Vers 1525-Vers 1610, Seyssel, Champ Vallon, 1990, t. I, p. 421-422.

10  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit.,p. 79. Voir aussi Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross, op. cit.,p. 61-63.

11  Selon le journal de Pierre Paschal, Jean de Hans serait mort le 16 novembre 1562. « Le populas si coiffé des prédications, vie et mœurs dudict Minime que plusieurs femmes faisoient touche des patenostres, linges et aultres choses, au corps dudict Minime trespassé cuidant qu’il eust quelque saincteté », Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 88, note 2.

12 Ibid., p. 79.

13  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross, op. cit.,p. 58-60.

14  Michel de L’Hospital a accordé la liberté aux réformés de Paris de s’assembler pour écouter les prêches près de la Porte Saint-Antoine, nommé Popincourt et au Patriarche. Nathanaël Weiss, « Lieux d’assemblées huguenotes à Paris », BSHFP, t. 48, 1899, p. 381 et suiv.

15  Un dénommé Paquot, diacre de l’église de Paris, envoyé dans la délégation aurait été tuée par les catholiques, à la première altercation. Histoire véritable de la mutinerie, tumulte et sédition faicte par les prestres de Sainct-Médard, (1562), Archives curieuses, éd. Cimber et Danjou, t. IV, 1835, p. 89.

16  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 80.

17  Le Journal de Brulart mentionne ce fait. Nicolas Brulart, Journal des choses plus remarquables (1559-1569), Mémoires de Condé, éd. Denis-François Sécousse, vol. 1 : 2-211, Londres et Paris, 1743-145, p. 68-69.

18  Barbara B. Diefendorf, Beneath the Cross, op. cit., p. 62.

19  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 81.

20  Ibid., p. 82.

21  Étienne Pasquier fait référence aux premières spoliations des biens ecclésiastiques, lors des troubles dans le Midi depuis l’été 1560.

22  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 82-83.

23  L’enregistrement de l’édit de Janvier a lieu en réalité le 26 mars.

24  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 86.

25  Le Parlement d’Aix-en-Provence enregistra l’édit de Janvier sous la pression armée d’Antoine de Crussol le 3 février.

26  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 87.

27  Reinhart Koselleck, « “Champ d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, (1579), Paris, EHESS, 1990, p. 307-329.

28  Paul Bouteiller, Recherches sur la vie et la carrière d’Étienne Pasquier, historien et humaniste du xvie siècle, Paris, Éditions ISI, 1989, p. 20-21.

29  Dorothy Thickett, « Lettre XV. A Monsieur de Fonssomme. Le Tumulte de Vassy, 1562 », Étienne Pasquier, op. cit., p. 97.

30 Ibid., p. 98-99.

31 Ibid., p. 100.

32  Dorothy Thickett, « Lettre XVI. A Monsieur de Fonssomme. Préparatifs de guerre à Paris. », Étienne Pasquier, op. cit., p. 105.

33  Voir le texte de Gellard dans ce dossier : « Négocier avec acharnement. Catherine de Médicis à la veille des guerres civiles ».

34 Ibid., p. 107.

35  Dorothy Thickett, « Lettre XV. A Monsieur de Fonssomme. Les saccagements des Églises », Étienne Pasquier, op. cit., p. 112.

36  L’assemblée évoquée par Pasquier n’est pas celle de janvier 1562 comme l’indique les Mémoires de Condé. Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », art. cité,note 11.

37  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 85.

38  Pasquier fait allusion à la paix d’Augsbourg de 1555 qui eut un grand retentissement. Olivier Christin, La Paix de religion. L’autonomisation de la raison politique au xvie siècle, Paris, Seuil, 1997, p. 189-197.

39  Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », art. cité, note 7.

40  Ibid., p. 3.

41  Joseph Lecler, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, Paris, Albin Michel, 1994, p. 435-436. Cité par Catherine Magnien-Simonin, « Étienne Pasquier (1529-1615) ou la dissidence discrète », art. cité,note 7.

42  Dorothy Thickett, « Lettre XIII. A Monsieur de Fonssomme. Les Prêches à Paris. Le tumulte de St. Médard », Étienne Pasquier, op. cit., p. 78.

43  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. I, p. 502.

44  Nicolas Brulart, Journal des choses plus remarquables (1559-1569), op. cit., p. 68-69.

45  Pierre Paschal, Journal de ce qui s’est passé en France durant l’année 1562 principalement dans Paris et à la Cour, (éd. Michel François), Genève, Droz, 1950, p. 6. Selon l’Histoire ecclésiastique, ce sont les catholiques qui tentent d’intimider les magistrats pour qu’ils n’enregistrent pas l’édit. Selon Brulart, il semble que beaucoup de conseillers n’aient pas été présents lors de la publication. Sylvie Daubresse, Le Parlement de Paris ou la voix de la raison, Genève, Droz, 2005, p. 101.

46  Denis Crouzet, Les Guerriers de Dieu, op. cit., t. I, p. 440.

47  « Chanson nouvelle du nez d’argent ». Cité par Denis Crouzet.Ibid., t. I, p. 88-89.

48 Ibid., t. I, p. 353.

49  Louis Merry, Histoire de Provence, Marseille, éd. J. Barile et Boulouch, 1837, t. IV, p. 37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David El Kenz, « « L’avant-guerre » des guerres de Religion, d’après les lettres historiques d’Etienne Pasquier », Les Dossiers du Grihl [En ligne], 2017-01 | 2017, mis en ligne le 23 février 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://dossiersgrihl.revues.org/6545 ; DOI : 10.4000/dossiersgrihl.6545

Haut de page

Auteur

David El Kenz

Maitre de conférences en histoire moderne, Université de Bourgogne/UMR CNRS 7366
David.elkenz@sfr.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les Dossiers du Grihl est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page